Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

   DEUXIEME  JOUR

La journée doit commencer par la visite du Palais des Doges. Avant notre départ, j’ai réservé, via internet (www.vivaticket.it) le circuit des Itinéraires Secrets qui complète bien la découverte du reste du palais.

Nous avons rendez-vous à 10h20, pour une visite en français, d’ici là, nous devons récupérer nos billets d’entrée (ne pas oublier d’imprimer la confirmation de réservation incluse dans le mail de réponse de Vivaticket, elle sera exigée pour obtenir les billets !)

En attendant, nous décidons d’aller vers le Molo, découvrir cette partie de VENISE, au bord de la lagune, un peu tristounette ce matin car il a plu dans la nuit et une légère bruine persiste.

 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Difficile d’échapper à l’attroupement qui bloque un pont, tous les touristes sont arrêtés pour contempler et surtout photographier le mythique Pont des Soupirs, Ponte dei Sospiri, soupirs que certains voudraient amoureux mais qui provenaient des prisonniers obligés de passer par ce pont … finalement maudit ! Il fait partie des constructions « récentes » du palais puisqu’il a été construit au moment de l’extension des prisons par les Prigioni Nueve (Nouvelles Prisons), au-delà du petit Rio di Palazzo della Paglia, au tout début du XVIIème siècle. Pour l’heure, c’est bain de foule et jeu de patience pour prendre son tour ou parvenir à se faufiler jusqu’au parapet pour voir le fameux pont. Tous les moyens sont bons pour immortaliser l’endroit, le banal appareil photo est souvent remplacé par le smartphone (porté au bout d’une canne télescopique pour de magnifiques (on n’en doute pas) selfies), la tablette … les moins patients, ou ceux qui sont conduits au pas de charge par leur guide passent tout en filmant, le caméscope à bout de bras, c’est navrant !!  

Bon, on s’est octroyé un petit espace, alors c’est notre tour de le prendre en photo … et de se poser un peu pour le regarder, c’est quand même le but du jeu ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

On continue notre promenade le long du quai, vers le fameux hôtel Danieli, le pont suivant donne sur le lointain campanile de San Giorgio dei Greci, un haut clocher blanc, mais surtout penché ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

On se passionne aussi pour la vie quotidienne des vénitiens qui s’est adaptée à cette géographie si particulière ; à cette heure-ci, c’est le manège des travailleurs : les éboueurs remplissent leurs barques en y vidant des chariots roulés jusqu’au bord de l’eau, chargés de sacs poubelle, ou de gros cartons (pour un tri sélectif des ordures), plus loin voici la livraison des boissons d’un bar ou d’un restaurant, un employé vient, avec une voiture à bras, récupérer sa commande, caisses d’eau gazeuse, sodas, jus de fruits …. 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Et bien sûr les gondoliers qui se reposent entre deux tournées.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous retournons vers le Palais des Doges et nous validons notre entrée dans l’enceinte du Palais Ducal. Notre billet pour la visite des Itinéraires Secrets nous donne accès à tout le Palais ; pour le moment nous jetons un coup d’œil à la cour, nous réservons la visite du reste à la fin du circuit.

 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Palazzo Ducale, qui n’a rien à voir avec un duc, mais avec le Doge, chef de la République de VENISE, nommé à vie, il vient s’installer dans le palais qu’il entretient sur ses deniers, et bien sûr la charge n’est pas héréditaire. Appartement du doge, le palais est aussi le siège du gouvernement et le palais de Justice, tous les pouvoirs sont donc ici concentrés. Le premier palais est construit au XIIème siècle, il sera remanié aux XIV et XVIème siècles, les Nouvelles Prisons, extension importante du palais, sont bâties entre 1556  et 1595.

Dès l’entrée dans la grande cour nous sommes éblouis par la richesse de l’endroit, sa poésie. Tout autour, les galeries d’arcades donnent beaucoup de légèreté à la construction. Au centre de la cour se trouvent deux grands puits en bronze du XVIème siècle magnifiquement ciselés. Deux ailes du bâtiment sont assez simples, façades de briques roses reposant sur deux étages d’arcades blanches, ce sont les parties les plus anciennes du palais ; la partie Renaissance est beaucoup plus riche, elle est ponctuée, au fond par l’imposant escalier des Géants (Scala dei Giganti) qui fut l’entrée d’honneur du palais, les visiteurs étaient alors accueillis par les dieux Mars et Neptune (respectivement dieux de la guerre et de la mer … ce n’est pas un choix à VENISE, surtout en un tel lieu !) ; juste en face l’arche dédiée au mage Francesco Foscari est un monument à elle seule… souvent comparée à un arc de triomphe ! Il faut avouer que ce monument tout en marbre bicolore, blanc et rose, est magnifique.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

L’heure approche, nous avons rendez-vous au pied du grand Escalier des Censeurs, construit en 1525, entrée actuelle du Palais pour les visites touristiques. Ici aussi, il faut déposer les sacs volumineux à la consigne.

Notre guide est parfaitement ponctuelle. Sur les forums j’ai lu qu’elle était plutôt pète-sec et menait son monde avec autorité … la visite commence avec le sourire, même si elle contrôle scrupuleusement la taille des sacs et nous indique comment nous comporter pendant la visite et insistant sur le fait qu’il est interdit de prendre des photos par quelque moyen que ce soit ! Elle nous distribue des petits autocollants à arborer bien en évidence.

Nous nous dirigeons dans un coin de la muraille… Et les itinerari segreti s’ouvrent à nous !  La lourde porte se referme immédiatement après notre passage … nous sommes des privilégiés !

Notre groupe d’une dizaine de personnes est invité à entrer dans un petit espace sombre et exigu, nous sommes dans l’une des cellules dites « pozzi » - les puits – loin de la magnificence de la grande cour, nous voici dans un petit souterrain humide, régulièrement inondé lorsque l’aqua alta capricieuse complique la vie des vénitiens. Ces minuscules cellules sont au nombre de 19, « accueillant » chacune jusqu’à 10 prisonniers dans des conditions à peine imaginables, une faible lampe à huile pour l’éclairage, un trou dans la muraille pour la ventilation, … on passe sur les autres aléas d’une telle promiscuité ! Ceux qui étaient détenus ici n’étaient pas de simples « droit commun », on enfermait ici les assassins, infanticides, les crimes contre la patrie ou la religion,  et aussi ceux qui s’étaient rendus coupables d’atteinte au délicat équilibre écologique de la ville (déjà !!) en déversant des ordures dans les canaux !!! Leur confort n’était donc  pas une priorité !! Ces geôles ont été occupées durant les XIIème et XIIIème siècles, à partir de 1602 les condamnés sont transférés dans les Prisons Neuves … nettement plus confortables, au regard des critères de l’époque … elles ont toutefois été utilisées jusqu’en 1924, mais avec un taux d’occupation revu à la baisse ! Dans ces Nouvelles Prisons, des femmes seront aussi emprisonnées.

Cette partie si spéciale du Palais des Doges occupe cinq étages, dédiés non seulement à la partie judiciaire et carcérale mais aussi à la délicate préservation des Archives.

Les deux premiers étages sont consacrés à ces cellules, dont une aménagée spécialement pour les « parloirs » … le détenu était enfermé, seul, dans une petite pièce, et, à travers la cloison percée de quelques trous, il pouvait converser avec son avocat ou un membre de sa famille, sous la surveillance attentive d’un geôlier.

Nous continuons de monter dans les étages, nous voici maintenant au niveau du Sénat (dans la partie noble du palais), ici sur la même hauteur que la grande salle en question ont été construits,  au XVIème siècle, deux étages en bois pour gagner de l’espace et installer des institutions essentielles de VENISE.

Voici, dans ce premier mezzanino, le bureau utilisé par les notaires, les clercs chargés de rédiger les rapports sur tout ce qui se passait dans cette partie du palais. Une jolie pièce en boiseries d’époque, c’est finalement assez touchant !  Un demi-étage plus haut, nous arrivons dans le bureau du Grand Chancelier, dans un espace ridicule où tient à peine une écritoire et un fauteuil, officiait le citoyen le plus important de la ville après le Doge ! Homme de confiance, le seul, avec le Doge à être nommé à vie, le prestige et les subventions de la charge (évaluées de nos jours à l’équivalent de 600 000€ par an !) compensent largement le manque de place, et assurent de son silence !! Il a accès aux documents les plus secrets de VENISE. Choisi par le Parlement, il ne fait pas partie de la noblesse mais doit figurer dans le Livre d’Argent, qui liste les notables pouvant se prévaloir d’une installation à VENISE de plus de trois générations. Bien qu’occupant un bureau exigu et sombre, il a donc une fonction prédominante qui se traduit dans les grandes cérémonies par le fait qu’il est le seul autorisé à marcher devant le Doge, devant lequel il n’est pas tenu de se découvrir !

 

 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous arrivons ensuite dans la Chancellerie Secrète (Cancelleria secreta), une très belle salle. Tout autour de la pièce, de grandes armoires renfermaient les archives de VENISE, toutes décorées aux armoiries des 44 chanceliers successifs, depuis 1268 ; les blasons s’arrêtent avant 1797, date de l’arrivée de Napoléon et de la chute de la République de VENISE … les espaces suivants sont désespérément vides !  Dans cette salle, 24 secrétaires étaient chargés de recopier en trois exemplaires les  actes importants de la cité, sous le regard vigilant de trois superviseurs … à la table principale, un fauteuil plus cossu que les autres, c’est celui du Grand Chancelier.

Tous ces documents ont maintenant été transférés aux Archives de la ville, on évalue à 70 km la quantité des documents … sans compter environ 300 petites pièces ! VENISE se place ainsi au troisième rang mondial du volume d’archives, après le Vatican et Vienne !! amusant ! Ces archives, plus ou moins secrètes, concernent les contrats de commerce ou de navigation, diverses négociations, les documents de guerre et traités de paix … rappelons qu’une seule personne voyait les actes secrets, le Grand Chancelier.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Après l’aspect très administratif et quelque peu cérémonial de cette salle, nous replongeons dans le monde carcéral en arrivant dans la chambre de torture (camera del Tormento), ni plus ni moins et totalement assumée ! C’est assez surprenant !

Une petite pièce en bois, sous la fenêtre, une table et trois chaises, pour les trois magistrats, « seigneurs de la nuit », car ces petites réunions avaient plutôt lieu le soir, au calme, quand on ne risquait pas de déranger les copistes ! au centre de la pièce, une estrade au-dessus de laquelle est suspendue une simple corde … les festivités peuvent commencer ! Le prisonnier invité à quitter sa cellule en fin de journée savait à quoi s’en tenir ! Autour de la pièce quelques cellules en bois permettaient de faire patienter les clients sans les priver des cris de leurs comparses, ce qui avait tendance, parait-il à délier les langues et alléger les consciences ! Pas de luxe de variété dans le choix du supplice : le malheureux soumis à la torture avait les poignets liés derrière le dos, la corde reliée à ces liens s’élevait au rythme du questionnement des juges … les exécutions capitales n’étaient pas effectuées ici mais sur la Piazzetta San Marco, entre les deux colonnes bienveillantes de la ville !

Nous sommes à présent sous les toits en plomb du palais, il piombi, d’autres cellules, réservées celles-ci aux prisonniers politiques. Traitement de faveur pour cet autre genre de délinquants, ils sont logés à un ou deux dans d’agréables pièces en bois, mais c’est sans compter avec les rigueurs hivernales et les chaleurs estivales. Ces geôles sont au nombre de sept, fermées par de lourdes portes en bois épais et aux loquets et ferrures impressionnants … vu la petitesse de l’entrée, qui voulait humilier ses occupants en les forçant à se baisser pour entrer dans leur domaine ! très basses de plafond, ceux qui étaient de grande taille ne pouvaient y tenir debout. Tel fut le cas du plus célèbre des prisonniers de cette prison de plomb, Giacomo Casanova, lui-même !

Il nait à VENISE en 1725, de parents acteurs. Aventurier et libertin, il est dénoncé par quelques maris jaloux, il est arrêté sur des allégations de magie et de sorcellerie, et enfermé, pour cinq ans, dans l’une des cellules des piombi. Il échappe de peu à la torture et à la peine de mort qui viennent d’être abolies pour ces crimes quelques mois plus tôt. Grâce à son réseau de connaissances et à sa fortune personnelle,  il parvient à obtenir quelques conforts dans sa vie de reclus, on lui accorde un fauteuil, des vêtements, quelques livres et le droit à une promenade quotidienne sous les toits pour délasser ses grandes jambes. Ces traitements de faveur ne vont pas l’empêcher de rêver à une évasion … qu’il réussira un peu plus d’un an après sa condamnation. Il va s’échapper avec un autre prisonnier, un prêtre, ils seront les deux seuls de l’Histoire à pouvoir s’évader de ces prisons.

Sous les toits, nous y sommes à présent, marchant dans les pas du grand séducteur ! Une belle collection d’armes du XVIème siècle a remplacé les sacs de victuailles que l’on entreposait ici autrefois.

Une petite porte s’ouvre sur une merveille d’architecture, nous allons, par petits groupes, admirer la charpente qui porte le plafond de la plus grande salle du palais, la salle du Grand Conseil, immense avec ses 53 mètres de long et ses 25 mètres de large, pouvant accueillir en réunion plus de 2000 nobles … sans qu’aucune colonne ne vienne briser l’harmonie et l’espace de la salle, et pour cause, par un entrelacement presque magique de poutres, il est suspendu à ce treillis. Plus tard dans cette grande salle, nous comprendrons mieux l’exploit d’une telle entreprise, d’autant que les décorateurs de l’époque ne se sont pas contentés d’une légère fresque, le plafond est lesté des lourdes dorures ! Sacré travail … qui résiste au temps … et à la situation si fragile de VENISE.

Cette impressionnante charpente est en bois de mélèze trempé dans l’eau salée de la lagune, il en ressort « minéralisé », ce traitement le rendant plus solide et surtout résistant aux termites.

Après le rocambolesque chapitre de Casanova, retour aux activités très sages du palais, nous sommes dans une salle très décorée, il s’agit du bureau des Trois Chefs (sala dei Tre Capi del Consiglio dei Dieci). Deux sont nommés par le Conseil des Dix, le troisième par le Doge ; leur mandat est d’un mois seulement. Ils sont chargés d’instruire les affaires traitées ici. Les dénonciations sont déposées dans l’une des 72 boites réparties dans la ville, ils doivent préparer les documents nécessaires aux procès. Ils sont aussi chargés de contrôler tous les prisonniers.

La salle contraste avec toutes celles que nous venons de voir, même si, comme dans les autres salles, les boiseries datent du XVIème siècle, ici la décoration est réalisée à la feuille d’or 24 carats, et les peintures sont attribuées à Véronèse.

La pièce suivante est la salle des Inquisiteurs. Ils ne sont pas présents en permanence dans cette partie du palais, travaillant durant la journée à d’autres fonctions auprès du Doge ; ils viennent, la nuit, quand la situation l’exige « s’occuper » des prisonniers des piombi et veillent à la sécurité des lieux. Dans un recoin, un petit passage possible pour rejoindre directement la salle du Conseil des Dix, aussi efficace que discret ! C’est par le plafond de cette pièce que Casanova comptait s’échapper (avant d’être transféré de cellule !) … il aurait au passage détruit un médaillon du Tintoret, « le Pardon » … bienvenu en un tel lieu !

Notre visite des Itinéraires Secrets se termine ici, nous nous séparons de notre guide, qui en cours de visite a maintes fois rappelé que les photos étaient interdites, les lieux protégés par un copyright … et a même exigé d’une touriste qu’elle efface sa carte mémoire … pour les autres … pas vus, pas pris !!

Nous commençons maintenant la visite « publique » du Palais des Doges, avec les mêmes impératifs, hélas … et de scrupuleux surveillants postés dans chaque salle ! Nous sommes au deuxième étage du palais et arrivons dans la salle des Quatre Portes (sala delle Quatro Porte), une grande salle rectangulaire tirant, c’est évident, son nom de ses quatre portes qui distribuent les lieux importants de l’étage : les Collège et  Sénat d’un côté, le Conseil des Dix et l’accès aux appartements du Doge de l’autre. La salle actuelle date de la reconstruction de 1574, après un dévastateur incendie ; lieu de passage, rencontre ou attente, elle est richement décorée.

Nous passons ensuite dans la salle de l’Anti Collège (sala dell’anticollegio), antichambre dans laquelle ambassadeurs ou diplomates attendaient d’être reçus par les membres du Conseil des Dix, le pouvoir exécutif de VENISE. L’ornementation est maintenant très chargée, quel contraste avec l’envers du décor que nous venons de visiter ! Stucs, dorures et boiseries partout, sans oublier les œuvres de maîtres omniprésentes, Le Tintoret ou Véronèse …

Voici maintenant la salle du Collège (sala del Collegio), salle de réception de ce Plein Collège qui regroupe, outre le Doge, des représentants des autres institutions de VENISE. Toujours issue de la reconstruction de 1574, la pièce arbore toujours la même richesse, les mêmes peintres se partagent les travaux de décoration … mais qui, dois-je l’avouer, nous laissent indifférents, cette profusion picturale donnant une impression de confusion plus que de beauté artistique ; on contemple cette débauche ornementale sans avoir envie de s’attarder, ou tomber sous le charme d’une pièce particulière … l’ensemble est noyé dans ce trop-plein fastueux ! 

On bifurque vers une nouvelle salle, c’est le Sénat (sala del Senato), la décoration des pièces semble proportionnelle à leurs dimensions ! Le domaine d’exercice de ce Sénat est plutôt diplomatique, il va gérer les affaires de politique ou commerce extérieur, nommer les ambassadeurs, il fait partie des plus anciens organes politiques vénitiens puisqu’il existe déjà au XIIIème siècle. La décoration du plafond est tellement monumentale que le reste de la salle passe inaperçu, écrasé par ce monstrueux bourrelet de stuc qui avale les peintures du Tintoret, le public se presse, pas moyen d’apprécier à sa juste valeur cette grande salle de réunion.

Le Sénat traversé, nous nous retrouvons à nouveau dans la salle des Quatre Portes. Puis c’est la salle du Conseil des Dix (sala del Consiglio dei Dieci), le pouvoir judiciaire de VENISE, tout ce qui est ourdi contre la République est sanctionné par lui. Un regain d’intérêt avec cette étonnante salle dotée d’une estrade en arc de cercle et ses dix-sept sièges … et pourquoi dix-sept places pour le Conseil des Dix ? Car le Doge, flanqué de six conseillers assistaient aux délibérations ! … la décoration n’en est pas plus modeste pour ça !

Voici ensuite la salle de la Boussole (sala della Bussola), une salle tout en boiseries, et une curieuse avancée dans la pièce avec une porte … c’est l’accès à la salle des Trois Chefs, visitée tout à l’heure dans les Itinéraires Secrets ! Cette salle est donc la transition entre les salles d’apparat et les parties fonctionnelles du palais !

Nous descendons d’un étage par l’escalier des Censeurs (Scala dei Censori) qui est l’escalier par lequel commence la visite traditionnelle.

A cet étage, nous commençons par traverser une magnifique collection d’armes du XVème au XVIIème siècle, souvent étonnantes par leur taille, décorations ou ingéniosité !

Nous entrons ensuite dans la salle de la Quarantie ou Conseil des Quarante (Quarante Vecchia civile), le tribunal d’appel de la ville, composé dès 1179 de  … quarante membres, à la fin du XVème siècle cette cour exceptionnelle se scinde en trois chambres distinctes (criminelle, civile pour les arrêts rendus intra ou extra-muros – n’oublions pas que VENISE ne se limite pas, à l’époque, aux quelques ilots de la lagune !).  Ici se télescopent deux époques de construction du palais, celle du XIVème siècle et celle de toute la partie que nous venons de traverser qui date du XVIème siècle. Un vestige précieux, un morceau de fresque qui subsiste, bien pâle à côté de toute la grandiloquence picturale que nous venons de voir ; c’est ce qu’il reste du « Paradis de Guariento » qui décorait la salle du Conseil qui était située ici avant l’incendie de 1577.

Et nous voici dans l’immense salle du Grand Conseil (sala del Maggior Consiglio), sacré morceau ! Nous en avons eu les dimensions tout à l’heure pendant la visite des Itinéraires Secrets : 53 mètres de long pour 25 de large … on ne connait pas la hauteur de plafond, mais, maintenant qu’on sait comment il est suspendu, depuis le XVIème siècle, au-dessus de nos têtes, c’est vrai qu’on le regarde d’un autre œil !! 1325 m² de planches d’un côté et de stuc de l’autre !! Au-dessous se réunissait la fine fleur de la noblesse vénitienne, de 1200 jusqu’à 2000 citoyens dont les origines étaient répertoriées dans le fameux Livre d’Or. Ce titre de patricien était exclusivement héréditaire, et jalousement protégé, un mariage avec une roturière et on en était déchu ! Les autres hommes méritant de la cité étaient inscrits, eux sur le Livre d’Argent, moins prestigieux.  Ce Grand Conseil détenait le pouvoir suprême à VENISE, contrôlant les autres institutions. Il se réunissait ici tous les dimanches, depuis la restauration du palais. Mais la salle a une autre fonction, bien plus occasionnelle, c’est là qu’ont lieu les tractations et préparatifs préalables à l’élection du Doge. En temps habituel, celui-ci préside aux séances, assis sur un trône  derrière lequel on peut voir le sombre tableau du « Paradis » du Tintoret, la toile la plus grande du monde … mais pas la plus belle ! et qui replace, évidement, l’œuvre de Guariento. La décoration illustre encore une fois la magnificence de VENISE, elle croule sous le luxe ;  les lourds encadrements en bois doré prennent le pas sur les tableaux qui sont, pour certains, à peine visibles tellement ils sont noircis, ternis par le temps ; heureusement de larges baies vitrées illuminent cette immense salle.

De là, guidés par quelques couloirs, nous arrivons, quelle surprise, à l’entrée du fameux Pont des Soupirs (Ponte dei Sospiri), plus rien à voir avec les magnifiques Salles Institutionnelles que nous venons de visiter. La circulation se fait par deux allées parallèles. Le premier passage se fait du côté du rio. Le pont relie donc le Palais des Doges aux Nouvelles Prisons construites au début du XVIIème siècle. Nous débouchons alors dans le dédale des cellules « modernes », plus spacieuses et confortables (selon les normes de l’époque !) que les sombres cachots des pozzi, elles resteront opérationnelles jusqu’en 1924, un quartier étant réservé aux femmes. 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous arrivons dans la salle des Censeurs (sala dei Censori), à l’étage des Loggias. Ils n’étaient que deux, ce qui évitait les coalitions et les avis majoritaires, ils étaient censés veiller à la conformité morale des lois aux valeurs et institutions.

Voici maintenant la salle du Coffret (sala dello Scrignio), c’est là qu’était entreposé le fameux Livre d’Or (Libro d’Oro) qui répertoriait les nobles de naissance, les naissances et mariages y étaient consignés et assuraient donc le suivi de la filiation, et le Livre d’Argent (Libro d’Argento) (ouvert aux personnes honorables de la ville qui pouvaient se prévaloir d’une origine vénitienne ancienne). Les actes originaux sont conservés aux archives, mais nous pouvons voir les armoires blanches et or dans lesquels ils étaient placés.

Cette partie de la visite est terminée, nous sommes revenus dans la cour du palais, nous nous attardons à en faire le tour, découvrant un exemplaire des fameuses boites à dénonciation (bocca della verità – la boite de la vérité !). Une belle gondole est aussi exposée dans la cour ; mais le plus bel élément reste le magnifique escalier des Géants (Scali dei Giganti) ; ancienne entrée d’honneur du palais, c’est au sommet de celui-ci, entre les belles statues de Mars et Neptune que le Doge était investi. Son accès est maintenant condamné, les entrées des visites se faisant par l’escalier des Censeurs (scala dei Censori), pour les Salles Institutionnelles, que nous venons de voir (dans un ordre différent puisque nous terminions les fameux itinéraires !) et par l’escalier d’Or (scala d’Oro) pour l’appartement du Doge, que nous allons voir maintenant …. 

Voici donc ce fameux escalier, une belle arche de marbre encadrée de deux colonnes sur lesquelles sont placées des statues d'Atlas et Hercule, attribuées au Titien. L'escalier, assez abrupt, est magnifique ; un étonnant plafond à caissons, alternant peintures et camées de marbre aux décorations en or. Il est quasiment impossible de le photographier sans parasite, tout le monde voulant se faire immortaliser dans ce beau décor. Reste une solution, ne photographier que le plafond !

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous voici dans les fameuses loggias, balcons du palais, elles offrent une belle vue sur la cour, et de l’autre côté sur la Place Saint Marc. Les appartements du Doge sont construits dans la partie Renaissance, suite à un incendie en 1483. Nous venons de visiter les parties officielles, voici maintenant les salles privées réservées à l’usage personnel du Doge ; les pièces sont, bien sûr, beaucoup plus petites, à l’échelle « humaine » ! A la décoration moins exubérante également ! Salles d’étude, de réception, salle à manger ou chambre, elles sont les pièces du quotidien du Doge, réservées à ses réceptions personnelles, libérées de l’apparat officiel ! Une salle en particulier retient notre attention, il s’agit de la salle des Cartes (sala delle Mappe) dont on admire les fresques murales représentant le Bassin Méditerranéen, la Vénétie et ses possessions, si les cartes originales dataient du XVIème siècle, celles qui décorent maintenant la pièce sont de 1762, avec des connaissances géographiques approfondies ! Au centre de la pièce deux gros globes décolorés par le temps, l’un est une mappemonde, l’autre une carte céleste, l’un et l’autre datent de la fin du XVIIIème siècle.

Enfin un peu de répit … on se pose quelques minutes face à ces cartes magnifiques, admiratifs du travail de cartographie à une époque où Google Map n’existait pas encore ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

A 13h20, notre visite est vraiment terminée ! Un dernier petit tour dans la cour et nous allons passer par le couloir face à l’escalier des  Géants qui nous fait sortir du Palais des Doges par sa magnifique Porte des Papiers (Porta della Carta), une merveille gothique finalement assez discrète entre le palais et la façade de la basilique Saint Marc.  Cette porte, construite en 1440 (mais c’est une copie que nous voyons !), est vraiment superbe, son appellation de « Porte des Papiers » viendrait du fait que c’est à cet emplacement qu’étaient placardés les avis de la cité, et c’est dans ce Palais qu’officiaient les clercs et qu’étaient regroupées les archives de la République de VENISE. Autrefois entrée principale du palais, les maîtres de la cité accueillaient leurs hôtes, côte à côte, sculptés au-dessus de la porte :  le Doge et le Lion … mais le Doge représenté (en l’occurrence Francesco Foscari – dont nous avons admiré l’Arc triomphant dans la cour et le Palazzo sur le Grand Canal) ne semble décidemment pas avoir fait vœu d’humilité, car, si sa tâche le met au service de la République, il est ici, certes agenouillé, mais malgré tout à la hauteur de la tête du lion, qui représente VENISE, et son saint protecteur, Marc, représenté dans un médaillon juste au-dessus, l’honneur est sauf !  … enfin, dominant ce portail, la Justice veille, n’oublions pas le Palais était aussi le siège du pouvoir judiciaire et qu’un tribunal y siégeait ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Voilà, ainsi s’achève, définitivement, notre belle visite du Palais des Doges. Il est 13h50, nous lui avons consacré toute notre matinée !

Nous avons décidé d’aller maintenant voir VENISE depuis le campanile de San Georgio Maggiore, direction le vaporetto #2, en trois minutes la traversée est faite ; et nous débarquons devant la grosse église de San Giorgio Maggiore, je manque hélas de recul sur le parvis pour faire une belle photo de cette grande façade en pierre d’Istrie, qui semble plaquée sur la volumineuse construction en briques. L’église dédiée à Saint Georges a été bâtie en 1565, tandis que sa façade n’a été édifiée que plus de 30 ans plus tard lui donnant des allures de temple antique …

Nous allons immédiatement la visiter ! L’intérieur est, à l’image de la façade, assez dépouillé, vaste et clair, à la fois imposant et chaleureux ! Nous restons un long moment fascinés par le chœur des moines, 48 chaires majeures et 34 mineures en bois si finement ciselé, c’est magnifique ! Il faudrait des heures pour apprécier tous ces détails infimes, c’est une merveille ! Finalement moins remarquable, pour nous (ô scandale !!), Le Tintoret s’expose une nouvelle fois dans cette belle église. Autre élément digne d’intérêt, le carrelage en trompe l’œil, tout à fait étonnant.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Place, maintenant, à la visite du campanile, dont j’attends beaucoup ! Bénédiction suprême : il y a un ascenseur !!! Coût de la montée 6€ par personne.

Sans être envahi, il y a quand même pas mal de monde, mais qui n’a rien à voir sans doute avec le campanile de la Place Saint Marc, vu les files d’attente qu’on a aperçues ! Malgré le ciel très nuageux, la vue est magnifique : je commence par aller voir ce que donne le panorama sur VENISE, c’est magique ! Puis détaillant chaque angle, on peut apprécier l’île de Guidecca, juste au-dessous de nous, les toits de l’église Sant Giorgio, bien sûr ; vient ensuite la Dogana da Mar …  et, oserais-je dire « enfin », la Piazzetta San Marco, son campanile et le Palais des Doges, les gondoles, bâchées de bleu, les touristes, tels des fourmis grouillantes ! On dirait un tableau de Canaletto, dont finalement on n’entend jamais parler, lui qui a pourtant peint VENISE avec tellement de talent ! Continuant de détailler le panorama, voici l’Arsenal et le quartier de Castello. D’autres îles, au loin ; un port de plaisance au pied du campanile, et l’ancien monastère et son joli jardin à la française, c’est, encore une fois, magnifique ! J’adore ! Quel plaisir, quelle bonne idée ! Nous sommes enchantés ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

On reprend le vaporetto #2 pour retourner vers Saint Marc ; nous avons décidé d’aller ensuite du côté du sestere Cannaregio, au nord de VENISE, respectant ainsi mon planning original ! Nous y allons en vaporetto, ça sera le #4.1, il va nous permettre d’avoir un aperçu de la pointe orientale de VENISE. Notre bateau arrive, à côté des autres vaporetti jaunes que nous avons pris jusque-là,  celui-là est d’un vert passé et assez petit … et très, très bruyant ! Autre nouveauté, nous naviguons dans la lagune, ce n’est plus le calme du grand canal … ça bouge donc pas mal !!! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Cette petite balade est très plaisante, on voit de beaux yachts accostés, des quartiers d’habitation, l’entrée maritime de l’Arsenal avec ses deux grandes tours, les grands jardins publics (Giardini Pubblici) ; on longe ensuite un haut rempart avant d’arriver à la station Celestina, notre destination. Nous sommes dans un quartier désert, qui semble très populaire, finis les majestueux palais, ici ce sont de tristes immeubles souvent taggés … pas âme qui vive !

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Après quelques errances, voici enfin la belle église de San Francesco della Vigna, construite au milieu du XVIème siècle et qui doit son nom aux vignes plantées ici autrefois. Comme pour Sant Giorgio Maggiore, la façade a été ajoutée une trentaine d’années plus tard ; avec le même résultat surprenant. L’intérieur est dépouillé mais plaisant, et il recèle quelques trésors (toiles de Véronèse et Bellini). Mais, pour moi, tout l’attrait de cette église réside dans ses deux cloîtres. Rien de bien exceptionnel, sinon le charme habituel des cloitres, le calme, la grâce, la spiritualité qui s’en dégagent. On dirait que Saint François, l'air bienveillant, nous invite à le rejoindre. Sa statue est encadrée par deux hauts cyprès protecteurs, verts, avec en arrière-plan les murs rouges du monastère, du haut campanile (l’un des plus élevés de la ville) et couronnés du ciel bleu … je m’émerveille. Nous faisons le tour de la galerie, marchant sur les pierres tombales des moines, voici un autre cloitre, pavé celui-ci, avec au centre un puits. Quelle jolie visite, … gratuite, c’est étonnant pour une ville où il se dit que l’entrée dans les églises est payante … pour le moment, la question ne s’est pas encore posée pour nous.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

En sortant, nous allons admirer à sa juste valeur la belle façade qui donne sur un petit campo décalé.

 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous suivons, tant bien que mal, l’itinéraire profitant des belles images de VENISE sans rester les yeux rivés aux plans ! L’occasion de voir des tas de petits coins sympas, une belle demeure, les canaux et leurs ponts, un petit passage, un joli patio, et toujours quelques églises disséminées çà et là. 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous arrivons sur le campo de San Giovanni e Paolo, on décide de s’arrêter à une terrasse boire un rafraichissement avant de continuer, la place est agréable et vivante, nous nous installons juste devant l’église. Notre café s’appelle « Al Cavallo », hommage probable à la statue équestre qui trône devant nos yeux, il s’agit de Bartolomeo Colleoni, un chef de guerre mercenaire (condottiero) vénitien qui, au XVème siècle a légué sa fortune à la ville, ne demandant en échange que l’édification, sur la place Saint Marc, d’une statue à son effigie … il ne sût jamais quel sort lui avait été réservé ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Pendant notre dégustation, nous avons suivi de l’œil l’animation sur la place, c’est l’heure de la sortie de l’école, les mamans accompagnent les enfants en portant les cartables, discutant entre elles, les gamins courent dans tous les sens, jouent au ballon en le faisant rebondir sur la façade de l’église, quel sacrilège !

Allons donc, maintenant, visiter cette grande église ; construite entre 1240 et 1430, en briques pour le corps principal et en marbre pour la belle façade latérale que nous admirons depuis plus d’une demi-heure. 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Hélas, le portail est lui recouvert par des bâches. L’intérieur est impressionnant … mais payant, nous n’avons pas envie de nous risquer plus avant, de l’entrée la vue est déjà très belle. Les vénitiens ont surnommé Zanipolo cette église dominicaine, la plus grande église gothique de VENISE, connue pour abriter les tombeaux de 25 doges que l’on voit le long des murs, matérialisés par de beaux monuments de marbre. Mais c’est le volume de la nef qui saute aux yeux : 100mètres de long pour 30 de large (46 au niveau du transept), et surtout 32 de haut (le sommet du dôme atteint 55 mètres). L’église demeure très lumineuse, dix larges colonnes en pierre d’Istrie guident le regard jusqu’à la voûte  bizarrement soutenue par des poutres transversales, ce qui donne un curieux effet de charpente apparente.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Il est bientôt 17 heures, le ciel s’est bien dégagé depuis ce matin, il fait beau maintenant ! Nous allons rentrer à pied à l’hôtel en adoptant une allure de promenade suivant la partie de l’itinéraire « Castello » qui doit nous conduire, d’église en église (et leur campo) jusqu’à la Place Saint Marc.

La première de ces églises sera Santa Maria dei Miracoli, cachée dans le recoin d’une ruelle. Sa façade est une délicate composition en marbres polychromes Renaissance. L’église a été construite à la toute fin du XVème siècle, elle ressemble à une petite boite précieuse, boite à bijoux ou a bonbons … 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

De jolis canaux en petits palais anonymes, nous voici sur le campo Santa Maria Formosa, une grande place aux allures médiévales avec ces maisons à étages gothiques ou Renaissance, au fond de la place, l’église du même nom (formosa signifiant bien en chair, eu égard à la silhouette avantageuse de la Vierge représentée dans l’église) flanqué de son joli campanile atypique … bah, oui, on a tendance à penser que tous les campaniles sont en briques rouges surmontés d’un chapeau noir pointu … en tous cas celui de Santa maria Formosa est bien joli et très élégant ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Derrière l’église coule un petit canal, du reste, l’église a deux façades, celle qui donne sur la place et une autre, à l’opposé, sur le canal.

Nous arrivons sur le campo San Zaccaria, une jolie placette dominée par sa grande église blanche, très calme, les gens sont assis sur la margelle du puits et discutent tranquillement, loin de l’effervescence touristique. L’origine de l’église remonte au IXème siècle, elle faisait partie d’un couvent réservé aux nonnes de riches familles vénitiennes qui finançaient sans rechigner l’entretien et les rénovations des bâtiments. L’édifice a donc été maintes fois rénové, nous laissant, à la Renaissance, cette magnifique façade aux six étages harmonieusement différents. Ayant cédé une parcelle de terrain pour permettre l’agrandissement de la Place Saint Marc, les nonnes en furent remerciées par la visite annuelle du Doge et de sa cour à l’occasion de Pâques.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Quittant ce campo, nous arrivons immédiatement sur la Riva degli Schiavoni, le long quai qui va nous conduire à Saint Marc. Le temps est magnifique, rien à voir avec ce matin. Nous en profitons pour prendre quelques belles photos de San Giorgio Maggiore qui bénéficie d’un éclairage exceptionnel. Nous repassons devant l’hôtel Danieli, sans doute le plus connu de VENISE, fameux, luxueux et controversé ! en effet, l’hôtel est composé de deux parties totalement en opposition, la première, belle, romantique et vénitienne est située dans le Palazzo Dandolo, à la belle façade gothique rouge et blanche, accolée à une vilaine construction moderne sans âme ni esthétique, c’est l’aile moderne de l’hôtel datant de 1948, et c’est là qu’il y a controverse. En 1172, un Doge, revenu de campagne militaire en rapportant la peste à VENISE est assassiné ; il est décrété que sa maison sera détruite et que nulle construction ne pourra désormais y être édifiée. Ce qui est respecté jusqu’en 1948 … avec l’extension, très laide, de l’hôtel, gros bloc de béton carré qui n’a, c’est vrai, pas sa place au milieu des palais vénitiens, à quelques mètres seulement du Palais des Doges ! (il est juste à côtés des Nouvelles Prisons !).

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Mais dans le Canale de Guidecca se profile une attraction : un gros bateau de croisière est en train de quitter VENISE … le public de la place a les yeux tournés vers le paquebot … tandis que tous les passagers (sans doute) sont agglutinés au bastingage pour suivre leur départ de la Sérénissime, c’est vrai que ça doit être un moment mémorable … abstraction faite de la cohue ! c’est phénoménal ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous continuons notre promenade après cet intermède, allant trainer le long du quai, au-delà du campanile, qui est occupé par un petit marché (plus ou moins) artisanal. Nous avons la surprise de découvrir un jardin public, coincé derrière les Procuraties Nouvelles ; ce sont les Giardini Reali, paisible petit parc finalement assez peu fréquenté.

La vue est belle vers l’église Santa Maria della Salute cachée derrière une forêt de gondoles.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous reprenons notre chemin, cherchant à passer par un nouvel itinéraire pour découvrir de nouveaux recoins de VENISE. Au hasard des rues, nous avons l’occasion de voir les boutiques qui proposent les accessoires de Carnaval, toilettes, masques, … tous plus beaux les uns que les autres.

 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4
VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous arrivons devant le fameux théâtre de La Fenice, l’opéra de VENISE, dont on se souvient qu’il avait été gravement incendié il y a quelques années, et du coup, on a envie de se renseigner sur les conditions d’une éventuelle visite … à étudier ! 

 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Une petite pause avant la reprise du tourisme. On décide de ne pas trop s’éloigner pour aller diner,  tout en découvrant un nouveau quartier. Nous décidons l’aller sur l’autre rive du Grand Canal, vers San Toma, et de voir sur place … mais, comme d’habitude, un pas en entrainant un autre, on  vagabonde dans tout le quartier ! 

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

La promenade s’éternise, les tables se font rares … on décide de s’arrêter dans un petit snack … dont la terrasse est en bordure du Grand Canal, sur lequel circulent encore quelques  bateaux. La nuit commence à tomber et les rives du canal s’illuminent.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Une fois le diner terminé, on entreprend le retour à l’hôtel, nous suivons le Grand Canal jusqu’au pont suivant, celui degli Scalzi, plus on avance, plus il y a d’animation, et, une fois le pont franchi, nous nous apercevons que de ce côté, les restaurants sont les uns sur les autres, souvent très bon marché !!! Nous commençons par faire un peu de tourisme dans ce quartier très vivant ! Nous suivons le Rio Tera Leonardo, une large rue bordée de restaurants, boutiques, un marché de primeurs est même en train de remballer ; nous nous laissons guider par les panneaux « Rialto – San Marco », bientôt nous voyons une bifurcation vers le Casino … un appel irrésistible, il est installé dans le joli Palazzo Vendramin Calergi, un palais Renaissance où mourut le musicien Richard Wagner en 1883. Le palais était bien plus joli depuis le Grand Canal, il semble assez commun vu d’ici, coincé dans un petit recoin.

VENISE - mai 2014 - visite en 4 jours - 2/4

Nous sommes très déçus de la décoration de ce casino, bêtement, nous nous attendions à voir une petite merveille, et il est en fait très commun, banal, sans luxe ni imagination … si au moins il est généreux avec nous !! Si …

Le retour vers l’hôtel sera épique ; nous avons choisi la voie terrestre … mauvaise idée, le soir, avec des plans incomplets et des passants de plus en plus rares … même le plaisir de voir VENISE de nuit a fini par s’émousser au fil du labyrinthe ! … et revoici quelques gouttes …

Pourtant, demain, il faut que le soleil revienne, nous avons prévu d’aller à BURANO, île de la lagune. 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mandybax 08/03/2016 00:25

Merci beaucoup pour votre blog ! cela m'a permis de me remémorer les détails de la visite secrète des Doges pour faire mon album photo :-)

Dan SAUBION 26/03/2016 18:48

Merci Mandybax,
Belle visite n'est-ce pas !!!
N'hésitez pas à revenir découvrir d'autres pages ... et/ou vous abonner ! à bientôt, j'espère !