Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

JERSEY BOYS

JERSEY BOYS

A la fin des années 50, dans le New Jersey, quand on est jeune et qu’on veut s’en sortir il faut, soit commettre quelques méfaits rémunérateurs, soit devenir célèbre … et quand on est un peu plus pressé que la moyenne on peut jouer sur les deux tableaux ! C’est ce que n’hésitent pas à faire trois jeunes copains qui, gangsters à la p’tite semaine, animent aussi quelques clubs de leurs chansonnettes. Mais ils ont les dents longues, l’appui d’un caïd et un chanteur à voix … promis à un bel avenir, ils deviendront célèbres avec l’arrivée d’un quatrième larron, auteur-compositeur, génial créateur de la chanson « Sherry » qui va lancer le succès des FOUR SEASONS.

Le film retrace donc l’histoire du groupe de sa naissance à leur séparation … et au-delà. Si le nom des FOUR SEASONS n’est pas dans toutes les mémoires françaises, leurs notes elles, relayées par Cloclo et bien d’autres, sont ancrées dans nos souvenirs. La découverte de leur aventure n’est donc pas inintéressante.

L’étonnement vient plutôt du côté de la réalisation … c’est Clint EASTWOOD qui est aux commandes, on le sait musicien à ses heures et mélomane, ce n’est pas son premier film sur l’univers musical, mais ça reste malgré tout une surprise, le film comportant pas mal de numéros musicaux et d’une atmosphère bien éloignée de ses autres films. Comme toujours avec lui, l’image est très soignée, le son parfait et le scénario parvient à mettre en valeur chacun de ces musiciens. Belle reconstitution aussi des époques, et travail dans le choix des comédiens qui ne trahissent pas trop les originaux.

Un gentil film musical, qui n’a rien de transcendant, mais se laisse voir avec plaisir ; … et qui garde le meilleur pour la fin … générique d’enfer qui nous retient de quitter la salle … on finit par le faire en dansant !!! 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article