Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

A MOST VIOLENT YEAR

A MOST VIOLENT YEAR

1981, année record pour la criminalité new-yorkaise.

1981, Abel MORALES, immigré à New York, a fait sa place au soleil dans le petit monde très fermé des transporteurs de pétrole. Secondé efficacement par sa femme, il doit faire face à plusieurs revers (braquage de ses camions, enquête financière, rivalités) alors qu’il tente d’acquérir de nouveaux terrains pour asseoir définitivement sa position de leader.

 

Oui … bof … finalement OUI !!

Sensation mitigée à la sortie de la projection … « oui, mais … », une réserve due au rythme et à l’image du film.

 

Le scénario est solide, intéressant mais à tendance soporifique ; je me suis perdue, parfois dans ces dialogues bavards, justifiés certes, mais brisant le tempo d’un film déjà lent et démonstratif.

L’autre obstacle a été le choix d’une image sombre, très sombre … jaunie, « à l’ancienne », qui n’apporte rien à la reconstitution des années 80, et a plutôt tendance à nous confiner dans une atmosphère obscure … emballage inutile, on avait compris l’idée générale ! et, là encore, complice de Morphée !

 

Mais … on se prend au jeu, aux efforts de ce héros parvenu pour garder la tête hors de l’eau et l’honneur le moins entaché possible ; Oscar ISAAC, élégant et ordinaire, rend crédible cet homme seul contre tous, qui se voudrait aussi immaculé que son joli manteau jaune ! Epaulé par une épouse, elle haute en couleurs, Jessica CHASTAIN, qui n’hésite pas à tremper sa belle manucure bourgeoise dans les basses tâches mafieuses. Et il y a David OYELOWO, l’enquêteur auquel reviendra le mot de la fin … essentiel.

 

C’est longuet, c’est manichéen … mais ça se laisse voir … revoir, c’est pas dit.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article