Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

L'AFFAIRE SK 1

L'AFFAIRE SK 1

7 ans d’enquête, 4000 policiers … une histoire vraie, une histoire terrifiante, celle de l’enquête sur les crimes du tueur de l’Est Parisien ; Guy GEORGES.

 

En 1991, Franck MAGNE est un jeune policier qui se voit affecté à une équipe du « 36 » … là il prend connaissance d'un dossier irrésolu : le viol et l’assassinat d’une jeune fille. Le premier d’une longue et terrible série… Enquête sur SK 1, le premier serial killer à l’identité génétique identifiée. L’enquête va durer plusieurs années, mettre en œuvre toutes les forces de police et les moyens d’investigation de plus en plus performants … Il y aura des fausses pistes, des rivalités, des échecs …

Dix ans plus tard, un homme est jugé, il s’appelle Guy GEORGES, défendu par une avocate pugnace.

 

Prenant, saisissant ! qui prend à la gorge, aux tripes … qui saisit d’effroi !

 

Une belle réalisation de François TELLIER, un film fort, un habile exercice d’équilibre. Il sait filmer cette enquête au niveau de l’humain.

Ce n’est pas un film à charge, le « monstre » a droit à son plaidoyer.

Les enquêteurs, quant à eux, sont des travailleurs laborieux, besogneux, limités dans leurs moyens, illimités dans leur implication.

On est bien loin des « Experts » qui bouclent les enquêtes en 50 minutes … ici on les suit pendant dix ans … dix années de recherches, de vies, de doutes … que le réalisateur réussit parfaitement à nous faire admettre.

Et il y a les victimes, montrées sans voile, et sans complaisance. Ici encore, le juste dosage a été trouvé.

 

Interprétation très juste de tous. C’est Raphael PERSONNAZ qui emmène le film, très bien entouré. Des comédiens qui se fondent dans leurs rôles, sans cabotinage.

 

Quand l’image laisse la place à l’écran noir, la salle a du mal à se ressaisir … sacré remous !

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article