Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AMERICAN SNIPER

par Dan SAUBION 25 Février 2015, 18:17 Billets d'où

AMERICAN SNIPER

En Irak, sur un toit, un soldat, un fusil, un viseur … dans cet objectif, un homme, puis une femme et un enfant …  sont-ils une menace pour la troupe qui avance ? Doit-il tirer ?

Chris KYLE, fervent patriote, s’est engagé dans les Navy SEALS, l’élite de l’armée américaine, pour défendre son pays. Tireur d’une précision exceptionnelle, il va devenir « La Légende », sauvant de ses tirs ses compagnons d’armes ; attirant sur lui les regards de l’ennemi.

Lors de ses permissions il fonde une famille, ne voyant grandir ses enfants que de loin ; ayant de plus en plus de mal à renouer avec la vie civile. Lorsqu’il décide de mettre fin à sa carrière militaire, il doit réapprendre à vivre « normalement ».

 

Le film est tiré de biographie du soldat Chris KYLE et de ses faits d’armes ; ce qui prive le film de l’aiguillon du suspense puisqu’on connait déjà la fin. Il faut faire avec … ce n’est qu’un dommage collatéral !

 

Bonne cuvée Eastwoodienne.

 

Film de guerre ? Film sur un homme dans la guerre, plutôt. Clint EASTWOOD ne porte pas de jugement sur son personnage ou sur le conflit, il constate. Il donne vie à ce « héros » de guerre plus habile sur le front que dans une garden-party. Il ne cherche pas à en faire un modèle ou un surhomme, c’est juste un brave type qui s’engage pour ses convictions, celles qui lui ont été inculquées par son père ; tirera-tirera pas, c’est le danger qui menace ses compagnons qui décide ; puis, rentré au bercail, il perd ses repères et a, mission après mission, de plus en plus de difficultés à trouver ses marques. EASTWOOD laisse le spectateur forger son opinion.

Ce décalage est parfaitement traduit par la mise en scène ; action, scènes de guerre, violence, cris explosions, nous sommes au combat où la tension et l’adrénaline sont perceptibles ; de retour à la maison, l’ambiance est feutrée, calme, sans exaltation. Clint EASTWOOD parvient tout à fait à exprimer ce hiatus.

Chris KYLE est interprété par Bradley COOPER, les beaux yeux bleus d’Hollywood, le gentil beau gosse, transformé pour le film en armoire à glace barbue, la casquette ou le casque vissés sur le crâne, hyper concentré ou absent. Il est parfait pour incarner ce personnage manichéen qui brille à la guerre et s’efface au quotidien ; ayant presque du mal à séduire sa future femme. Quelle bascule par rapport à ses précédents rôles.

Sienna MILLER est l’épouse qui mène un autre combat, celui de construire sa vie seule dans une angoisse permanente ; et elle est tout à fait juste et forte face à ce mari fuyant.

 

Alors héros ou pas, dernière pirouette de Clint EASWOOD, généralement taxé de complaisance patriotique, qui conclut par des images d’actualités … et … silence … brillant !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page