Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

BIG EYES

BIG EYES

A la fin des années 1950, l’histoire vraie de la discrète Margaret et l’exubérant Walter KEANE, son mari, peintres tous les deux. Mais Walter n’a pas le talent de sa femme ; ambitieux et sans scrupule, il fait passer pour siennes les toiles de Margaret, remarquées, et remarquables par les enfants aux grands yeux qu’elle dessine, les Big Eyes.

Avide de reconnaissance, de notoriété et d’argent, Walter envahit l’espace artistique et médiatique, alors que Margaret est contrainte de produire de plus en plus dans le plus grand secret.

Elle vit comme un deuil cette trahison et cette obligation de devoir disparaitre.

 

Mouais. Je le confesse je ne suis pas une inconditionnelle de Tim BURTON, j’ai donc été gênée par certains de ses choix de mise en scène, du coup … mouais !

 

L’intérêt majeur du film tient, bien sûr, à cette formidable histoire d’escroquerie, exceptionnel terreau pour en tirer un film passionnant.

Beau travail également dans les décors et la reconstitution des sixties.

Bon, le côté kitch et acidulé, on est à peine surpris.

J’ai regretté le manque de repère dans la chronologie de la narration … les années passent sans laisser de trace … mais ce n’est pas l’essentiel.

Pour moi, le gros souci a été le choix presque grand-guignolesque de l’interprétation.

La pétillante Amy ADAMS, devient, à juste titre, une Margaret presque transparente à force de discrétion (blonde et pâle avec ses grands yeux bleus).

Le hic, c’est Christoph WALZ, dont j’apprécie d’habitude le jeu subtil ; mais là … il gesticule, braille, grimace … ça en devient presque risible (à ses dépens !).

 

Du coup, ce pantin lâché dans le monde so chic de Barbie nous fait passer à côté d’un bon film.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article