Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WASHINGTON en 5 jours - 3

par Dan SAUBION 14 Octobre 2015, 19:01 COTE EST DES ETATS UNIS - De Washington à Boston

Nous avons arrêté l’itinéraire de la journée ; on va aller découvrir l’ouest de Washington : les mémoriaux et le cimetière d’Arlington … the presidents’ day en quelque sorte !

Après un typique breakfast, on rejoint WASHINGTON, nous avons dans l’idée de faire le mémorial de JEFFERSON, puis celui de ROOSEVELT, ensuite Martin Luther KING, LINCOLN et ceux des Vétérans ; on enchainerait après par la visite du cimetière d’Arlington, accessible en traversant le Potomac. Sur la carte ça semble faisable … 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Pour le moment, nous sommes sur Independence Avenue et ça sent la pluie ! On vient de bifurquer dans la 14th street quand on sent les premières gouttes ; juste en face l’Holocaust Memorial Museum … ça sera notre repli.

 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Curieux endroit, un grand hangar de briques et de poutres métalliques apparentes, à l’accueil ; rien en français, on se dépatouillera avec le plan en anglais.

Entrés par hasard, on ne sait trop à quoi s’attendre, mais pas à ça ! Ce n’est pas un musée de la déportation ou de l’holocauste, c’est un mémorial, et la nuance est importante. Ici, la mémoire a une grande place, de vieux déportés témoignent, discutent avec les visiteurs, des groupes de jeunes ; un espace accueille les survivants ou leurs familles pour collecter encore (et toujours) des informations.

Le « slogan » du musée est très explicite : « Ce musée n’est pas une réponse. C’est une question ».

WASHINGTON en 5 jours - 3

A l’étage, the Hall of Remembrance (la salle du souvenir), un espace de réflexion, de recueillement et de souvenir.

Au-dessus d’une flamme, un texte invite à se souvenir de peur que ce que les yeux ont vu ne s’efface, à ne pas oublier et à transmettre aux enfants et aux enfants de nos enfants.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Dans un grand couloir, ponctué de grandes grilles, des panneaux exposent des carreaux de faïence décorés par des enfants sur le thème de l’holocauste ; certains sont très touchants. On y voit beaucoup d’étoiles juives, des symboles de paix, des barbelés, des enfants tristes, la nuit, les pleurs, l’espoir, des cœurs … les enfants sollicités ont eu de belles idées. Ce « Wall of Remembrance » a été installé en avril 1993.

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

L’architecture rappelle le monde carcéral, c’est troublant. 

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

D’autres panneaux pointent du doigt les génocides contemporains, tandis qu’un peu à l’écart un film est projeté retraçant l’Holocauste de la Deuxième Guerre Mondiale, on ne s’attarde pas, le commentaire est bien sûr en anglais.

Curieusement, le guide du musée que j’ai récupéré mentionne des troisième et quatrième étages qui couvrent la période de l’Holocauste de 1933 à 1945, mais ils ne figurent pas sur le plan remis aux visiteurs à l’entrée. La visite du musée n’étant pas dans nos priorités, je ne me suis pas documentée sur le sujet, alors nous n’allons pas plus loin.

A la sortie, continuant sur la 14th, on passe devant le Department of the Treasury, qui occupe les deux côtés de la rue, on a la possibilité de se procurer des billets pour visiter le Bureau of Engraving & Printing ; là où sont imprimés les fameux billets verts, ainsi que d’autres documents officiels émis par le gouvernement américain.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous continuons notre chemin, et arrivons en vue du Tidal Basin (un bassin artificiel en retrait du Potomac) et du très joli mémorial Thomas JEFFERSON. Quel dommage que le ciel soit si gris, cette vue est tellement romantique … on la voudrait baignée de soleil, soulignée par un beau ciel bleu ! 

WASHINGTON en 5 jours - 3

On est complètement séduits par ce bel endroit. Nous sommes dans le West Potomac Park, tous les mémoriaux sont gérés (entretenus) par les Parcs Nationaux américains, on reconnait leur blason sur le panneau du parc.

C’est un joli parc boisé, longeant le bord du bassin, une nouvelle vue se dégage, voici le Washington Monument qui se dévoile peu à peu, se reflétant dans l’eau. Washington n’a pas fini de nous séduire ! Hommage à ses présidents, d’un côté le joli pavillon, de l’autre l’obélisque … et devant nous une famille de cygnes noirs qui va se baigner, cinq adultes et une dizaine de petits … pas farouches ils nous coupent la route et deviennent les victimes involontaires de tous les paparazzi qui se trouvent là ! Nous sommes quelques uns à nous balader ici, touristes, promeneurs, joggeurs … 

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

Et voici donc Thomas JEFFERSON Memorial.

Né en 1743, en Virginie, il épouse la cause des colons en lutte contre l’Empire Britannique et, le moment venu, il participe au comité de rédaction de la Déclaration d’Indépendance, dont il est considéré comme l’auteur principal. Il sera gouverneur de Virginie, puis ambassadeur en France de 1785 à 1789, là, il fréquente les philosophes des Lumières et adhère à leurs idéaux. De retour aux Etats Unis, il est nommé secrétaire d’Etat sous George Washington. Il devient le troisième président des Etats Unis en 1801. Il effectuera un second mandat, et se retirera de la politique en 1809.Touche à tout, on lui reconnait des talents de politicien, philosophe, architecte, musicien, collectionneur de livres (on se rappelle qu’il a fait don de sa bibliothèque privée au Congrès), scientifique, horticulteur, diplomate, inventeur … Il meurt le 4 juillet 1826, le jour de la commémoration des 50 ans de la Déclaration d’Indépendance. Il rédige lui-même son épitaphe : « Auteur de la Déclaration d'Indépendance des États-Unis, auteur de la loi sur la liberté religieuse en Virginie, fondateur de l'Université de Virginie », il ne fait pas mention de ses mandats présidentiels, ni que c’est sous son gouvernement qu’a été interdite la traite des noirs.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Le choix de l’emplacement du mémorial n’est pas anodin, il est dans le prolongement de l’axe Maison Blanche-monument de George Washington. Il est construit dans le style néo-classique que Jefferson avait introduit dans le pays. La première pierre est posée en 1939 par F.D.Roosevelt, qui inaugurera le monument le 13 avril 1943, pour célébrer le bicentenaire de la naissance de Jefferson.

Nous voici devant un petit panthéon ! Un écrin blanc. Une enceinte de colonnes recèle une grande statue du président en pied, le regard tourné vers la Maison Blanche. Une statue de près de six mètres de haut et de cinq tonnes de bronze ! Autour du personnage, sur les murs, sont gravées des citations de Jefferson.

Ce monument n’est pas simplement une étape touristique, c’est avant tout un mémorial avec tout le respect qui lui est dû comme le rappelle une petite plaque … 

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

Quittant JEFFERSON, nous arrivons devant le très discret mémorial de George MASON ; à nos yeux c’est déjà beaucoup, vu l’ignorance que nous avons de lui !!

Ce gentleman de Virginie s’illustre au moment de l’Indépendance en rédigeant la Déclaration des Droits de Virginie, qui a ensuite inspiré la Déclaration d’Indépendance américaine … ainsi que la Déclaration des Droits de l’Homme française et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ratifiée par l’ONU en 1954. Il préconise, en outre, la mise en place d’un congrès continental pour préserver les droits des colons.

Grand homme, petit mémorial qui n’est édifié qu’en 2002 !! Il est mort en 1792 ! la patrie ne se montre pas trop reconnaissante avec ce petit jardin un tantinet à l’abandon, un bassin circulaire, un jet d’eau minable, un parterre de fleurs sans fleurs … c’est pas la gloire, pourtant George nous attend sous sa tonnelle, désinvolte, un livre à la main ; sur le banc près de lui des ouvrages qu’il a dû lire : « Le contrat Social » de Rousseau et « Essai sur l’Entendement Humain » de Locke.

La statue est assez jolie, de belle facture, la posture avenante et la physionomie du bonhomme agréable !

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous reprenons notre balade, nous rendons compte, a posteriori, que le monument de MASON n’est même pas sur la carte !!

Voici maintenant un petit pont duquel nous avons une belle vue sur le Tidal Basin, les monuments et le ballet des hélicoptères qui semblent faire des navettes vers la Maison Blanche. L’occasion de souligner que le ciel de Washington est très animé, car outre les hélicoptères, il y a aussi les avions de ligne qui survolent cette partie de la ville à basse altitude. 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Le petit pont est joli, décoré d’une belle fontaine, nous continuons de longer le bassin jusqu’au Franklin Delano ROOSEVELT Memorial, dont « l’entrée » est matérialisée par un mur de granit rouge, d’autres murs portent des citations du grand homme. Voici un curieux décor de blocs de granit et de cascades, formant une fontaine ; toujours des citations, la statue d’Eleanor ROOSEVELT, son mari n’est pas représenté. 

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

Continuant notre promenade, nous réalisons que le mémorial est composé de plusieurs parties. Voici maintenant une grande plaque représentant le cortège funèbre du président, dans l’espace suivant, voici enfin sa statue. Il est représenté assis, tel un promeneur attentif, se reposant avec son chien à ses côtés. Rien dans sa posture n’indique sa fonction.

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

L’espace suivant est occupé par cinq larges colonnes et un mur, sur lesquels sont fixés des panneaux de bronze travaillé représentant des personnages, des visages, des mains, des activités quotidiennes … de petites parcelles de vies, l’Amérique durant les années ROOSEVELT. Ces petits instantanés sont magnifiques.

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

De l’autre côté du mur, un homme assis sur une chaise écoute attentivement la radio, plus loin deux autres sculptures très expressives, un couple du monde rural, sombre, triste, démuni et à côté d’eux cinq hommes alignés derrière une porte close. A les regarder on se demande s’ils touchent le fond du désespoir ou si, au contraire, la bonne nouvelle va arriver, la porte s’ouvrir sur un avenir meilleur, l’abondance revenir … ces trois sculptures ne laissent pas indifférent.

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

Voici encore une nouvelle partie du mémorial, cette fois F.D.R. est représenté sur son fauteuil roulant. C’est en fait la première partie de cet immense mémorial conçu sous la forme d’un « prologue », là où nous sommes, avec cette statue et aussi une maisonnette du National Park Service. Puis suivent quatre « pièces », une par mandat présidentiel de F.D. ROOSEVELT.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Le grand mur, toujours en granit rouge du Dakota du Sud, porte l’inscription « FRANKLIN DELANO ROOSEVELT – President of the United States – 1933 – 1945 ».

 

F.D.R. nait en 1882 à New York. Il est sénateur, puis adjoint au Secrétaire d’Etat à la Marine pendant la Première Guerre Mondiale. En 1920, il est candidat à la vice-présidence, mais son parti est battu, suit une éclipse politique ; c’est à cette époque qu’il contracte la poliomyélite qui le prive de son autonomie. En 1928, il est élu gouverneur de New York, c’est à ce poste qu’il va gérer la Grande Dépression, mettant en place des aides pour les chômeurs, limitant les durées de travail pour les femmes et les enfants, améliorant les systèmes hospitaliers ou carcéraux.

En 1933, il est élu 32ème président des Etats Unis. Les cent premiers jours de son mandat restant dans les mémoires pour le nombre et l’importance de ses décisions dans les domaines économiques et sociaux.

En 1937, il est réélu, le pays va mieux après cette longue crise économique, mais rapidement la Deuxième Guerre Mondiale secoue l’Europe, les Etats unis n’interviennent pas. Roosevelt est réélu, jamais un président n’avait obtenu trois mandats. En 1941, la Nation américaine est précipitée dans le conflit ; le président prend la décision de la construction de la bombe atomique. En 1944, il a 62 ans, une santé fragile et il est lourdement handicapé, il sera malgré tout élu une nouvelle fois pour un quatrième mandat.

Il meurt le 12 avril 1945, il ne verra pas la victoire alliée.

WASHINGTON en 5 jours - 3

On repense au mémorial qu’on vient de traverser à contre-courant, et on visualise parfaitement la chronologie des scènes et des environnements recréés autour de ces quatre mandats exceptionnels. Le bon plan consiste donc à démarrer la découverte par le Visitor Center où sont disponibles des brochures explicites (mais tardives dans notre cas !!)

La taille et la magnificence de ce lieu est justement proportionnelle à l’action et à l’influence de ce président hors du commun qui a su, pendant douze ans, conserver la confiance de son pays qui lui a « confié les clés de la maison » à trois reprises. Il en était conscient en écrivant : « Je n’oublie jamais que je vis dans une maison qui appartient au peuple américain, et qu’il a placé sa confiance en moi. »

La construction du mémorial a été décidée par le Congrès dès 1955, et après examen des différents projets, l’installation a pris une vingtaine d’années, et il n’a été achevé qu’en 1997. Mais la statue de Roosevelt en fauteuil roulant n’est, elle, apparue qu’en 2001 au terme d’une longue lutte des handicapés pour faire admettre la représentation de l’infirmité du président.

Ce mémorial est magnifique, il rend un hommage flagrant et émouvant à cette figure marquante du XXème siècle. Il faut noter aussi qu’Eleanor, sa femme, First Lady, y a sa place ; ce qui est exceptionnel. Le monument occupe plus de 7 hectares.

Nous sommes conquis par l’endroit, un vrai parc élégamment paysagé, nous regrettons un peu de l’avoir pris dans le mauvais sens, mais bon, ça ne porte pas à conséquence … et c’est dans la logique du déroulement de notre programme !

Il nous aura fallu plus d’une trentaine de minutes pour visiter ce mémorial.

 

Continuant de contourner le Tidal Basin, notre prochain objectif est le Dr Martin Luther KING Jr Memorial.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Il est 12h30 quand on voit se profiler la statue. Si Martin Luther KING n’a pas été président des Etats Unis, la nation lui rend ici l’hommage qu’il mérite dans la ville « sanctuaire » qu’est Washington.

Le pasteur noir milite, dans les années 1960, pour les droits civiques des Noirs américains. Il prononce le célèbre « I have a dream » à quelques pas d’ici sur les marches du Lincoln Memorial, le 23 août 1963. Son engagement aboutira au vote de lois contre la ségrégation raciale. Ce militant non-violent est assassiné en 1969. 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Il est le premier noir américain non président à se voir honoré d’un tel mémorial. Le monument est installé en 2011. L’élément essentiel est la statue de Martin Luther KING, en granit blanc, portant l’inscription « à partir d’une montagne de désespoir, une pierre d’espoir » … derrière lui, dans une perspective parfaite, deux blocs de rocher. L’ensemble est impressionnant, la posture est assurée et le visage, parfaitement ressemblant, exprime toute la détermination du militant ; le regard semble porter, au-delà du Tidal Basin, sur le mémorial de JEFFERSONn, sur l’autre rive, qui a fait abolir la traite des noirs.

Sur le mur d’enceinte du mémorial, des extraits de discours de Martin Luther KING.

Nous poursuivons, traversant toujours le joli West Potomac Park, et tombons sur une curieuse lanterne en pierre ; elle est le symbole de la pacification des relations entre les Etats Unis et le Japon. 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Encore un autre monument, un petit temple ou un petit kiosque à musique, c’est le District of Columbia War Monument, il rend hommage aux 26 000 habitants du District of Columbia qui ont servi pendant la Première Guerre Mondiale et en particulier aux 500 hommes et femmes qui y ont laissé leur vie. Aujourd’hui, il semble bien isolé.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous voici arrivés près du Korean War Veterans Memorial, entre les arbres on voit déjà les nombreux visiteurs venus voir ce monument que nous contournons pour le prendre dans le sens de la circulation de tout ce monde ! … et déjà, vu de dos, nous sommes impressionnés par la conception de ce mémorial.

En exergue de cette composition hors du commun, deux phrases : « Freedom is not free », la liberté n’est pas gratuite ; et « our nation honors her sons and daughters who answered the call to defend a country they never knew and a people they never met », « notre nation honore ses fils et filles qui ont répondu à l'appel pour défendre un pays dont ils ne savaient rien et un peuple qu'ils n’ont jamais rencontré ». De 1950 à 1953, les Etats Unis s’engagent dans une guerre contre la Corée représentant une menace pour les nations démocratiques à travers le monde …

Le monument est installé en 1995, le jour du 42ème anniversaire de l’armistice qui mit fin à la guerre. Il est tout à fait étonnant, prenant, magnifique et très émouvant : dans un champ, un groupe de 19 soldats progresse sous la pluie, ils ont leur barda sur le dos, des ponchos pour les protéger des intempéries, les armes à la main, à l’affût … les traits sont tirés, les regards inquiets …

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

Comme cette composition est expressive, grandeur nature, en mouvement, on assiste à une scène de guerre ; comment mieux rendre hommage à ces vétérans ?!

WASHINGTON en 5 jours - 3

Le mémorial se poursuit par un bassin du souvenir, inaccessible vu la foule qui se presse autour, et un grand mur qui délimite l’installation, une muraille de granit poli laissant apparaitre des visages, des scènes de guerre, des régiments de tous les corps d’armée, toutes races ou religions confondues, les soldats sont déterminés et solidaires. Une superbe réalisation.

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

Il est 13h10 et les mémoriaux s’enchainent, le prochain sur notre plan sera celui de LINCOLN ; l’emblématique président.

Il est le seizième à occuper le poste et il effectue deux mandats. Il est d’origine très modeste, il parvient à devenir avocat, et est rapidement tenté par l’investissement politique. Il est élu au Congrès où il commence à exprimer ses idées abolitionnistes. En 1860, il devient président ; quelques mois plus tard la Guerre de Sécession éclate. En plein conflit, le 1er janvier 1863, il annonce l’émancipation des esclaves. Réélu à la fin de 1864, la guerre prend fin un mois après son investiture. Il est assassiné quelques jours après. Il a dû gérer la plus grave crise de la nation. Durant cette Guerre Civile, son objectif était de maintenir l’Union ; il y est finalement parvenu, laissant pour la postérité le souvenir de celui qui a mis fin à l’esclavage aux Etats Unis.

La construction du mémorial est décidée dès 1867 mais le projet ne verra le jour qu’à partir de 1914 … et ne sera terminé qu’en 1922 ! L’architecte veut, par le choix de ce monument en forme de Parthénon athénien, associer le travail de LINCOLN au berceau de la démocratie.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Le bâtiment est constitué de 38 colonnes en marbre, soit une par état de l’Union au moment de la mort d’Abraham LINCOLN, et deux supplémentaires à l’entrée.

Comme pour les autres mémoriaux, une guérite des gardes des Parcs Nationaux est présente sur le site, distribuant des brochures relatives aux monuments bien utiles à la compréhension des lieux, mais – hélas – toujours en anglais ; seule un dépliant portant sur l’ensemble du Washington Mall est disponible en français.

Bien, et ce brave Abraham ? Il y a beaucoup de monde autour et sur les marches du monument, victime de sa popularité ! Combien de fois l’a-t-on vu, dans des films, séries, reportages ? C’est aussi ici que Martin Luther KING a fait son discours « I have a dream » en 1963.

 

Nous gravissons, à notre tour, les fameuses marches, et quand on se retourne on a la merveilleuse perspective du National Mall sous les yeux, du Lincoln Memorial jusqu’au Capitol en passant par le Washington Monument ! Devant nous  Reflecting  Pool, le long canal dans lequel se reflètent les monuments du Mall. Quelle émotion ! L’habituel petit frisson du « on y est !! » ! Il faut reconnaitre que, malgré le ciel gris (saleté de ciel gris !) c’est grandiose !!  Près de quatre kilomètres pour cette « esplanade nationale », immense jardin pensé dès 1790 par Pierre-Charles l’Enfant, l’ingénieur qui a conçu le premier tracé de la ville.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Pendant la montée, la monumentale statue de LINCOLN se révèle peu à peu ; pas engageant le bonhomme ! Nous sommes bientôt à ses pieds, elle mesure près de six mètres de hauteur ; le grand homme est représenté assis, il nous a à l’œil. Au-dessus de lui, une inscription : «Dans ce temple, comme dans les cœurs du peuple pour lequel il sauva l’Union, la mémoire d’Abraham LINCOLN est préservée à jamais. ». 

WASHINGTON en 5 jours - 3

L’attitude choisie par le sculpteur devait refléter la force mais aussi la compassion du président, l’homme apparaitrait usé par les épreuves mais encore plein d’énergie ; j’y vois plutôt de la sévérité et, sinon du découragement, au moins une grande fatalité dans ce regard sombre.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous laissons le mémorial de LINCOLN pour celui construit pour les vétérans du Vietnam. Il occupe, lui aussi, une grande superficie et se compose de trois monuments, deux statues et un long mur en angle de 75 mètres de long. Il faut souligner que ce mémorial a vu le jour rapidement, dès 1979, grâce à des fonds privés.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous n’irons pas jusqu’à ce mur de marbre noir poli sur lequel sont gravés 58 267 noms, dans l’ordre chronologique. Nous nous arrêtons devant une belle statue, Three  Servicemen Statue, trois jeunes hommes, soudés, armes à la main, unis dans l’adversité ; la guerre a gommé leurs différences. Malgré leur armement et leur apparente détermination ils semblent pourtant si vulnérables.

Cette statue, bicolore, est très belle, pleine de vie, émouvante aussi ; on se laisse charmer par ce groupe.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Un peu plus loin, nombreux sont ceux qui défilent devant le mur de noms ; ils sont répertoriés, par ordre alphabétique, dans de gros registres, protégés par des plaques vitrées. On peut les feuilleter, y trouver un nom, le corps d’armée auquel appartenait le soldat, son grade, la date du décès, de quel état il était originaire, et en fin de ligne, l’indication de l’emplacement de son nom sur le mémorial. Deux colonnes de noms par page, plus de 80 lignes … des centaines de pages … c’est effrayant !

Une petite note en bas de la page invite à télécharger une application sur les mobiles pour rechercher un disparu. C’est terrible ! 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Un troisième élément compose ce mémorial particulier, The Vietnam Women’s Memorial, il rend hommage aux femmes des Forces Armées qui ont pris part à cette guerre. Trois femmes soutiennent et protègent un soldat blessé.  Ici encore, la proximité des personnages témoigne de leur solidarité, chacune arborant une expression différente. 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Des fleurs et un drapeau américain sont déposés au pied de la statue, autour du cou d’une des femmes, un de ces fameux colliers militaires avec les plaques d’identification, et, pour notre plus grande surprise, des billets, de nombreux billets, sont glissés dans la main du soldat …

Peu d’affluence autour de cette belle statue qui pourtant mérite un détour et une minute de recueillement. 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous, c’est le mur du souvenir que nous zappons. Nous retournons vers le monument de LINCOLN, et derrière lui le Potomac ; nous allons traverser le Arlington Memorial Bridge pour aller visiter le cimetière d’Arlington.

Nous sommes sur le quai au bord du fleuve en direction du grand pont qui relie le District of Columbia à la Virginie. L’entrée du pont est marquée par de grandes statues équestres dorées, pas franchement jolies.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Et voilà, c’est parti pour une traversée de 650 mètres … une dizaine de minutes qui nous offrent de nouvelles vues sur Washington, en l’occurrence ses buildings et sa cathédrale que nous n’avions pas encore vus. 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Un bras du Potomac isole la longue Columbia Island ; un ruisseau qu’on imaginerait davantage en pleine forêt ! les arbres touffus plongent vers la surface de l’eau immobile, ça et là des souches affleurent … et sur ces branches des tortues colorées prennent un peu de repos ! Oui, oui, des tortues en plein Washington ! Décidemment cette ville n’en finit pas de nous surprendre ! 

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

A la sortie du pont, l’arrivée en Virginie est marquée par une large avenue flanquée de deux grands piliers surmontés par des aigles, au loin le portail du cimetière d’Arlington et une petite colline dominée par un petit temple.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Encore quelques minutes de marche avant d’arriver, nous sommes maintenant sur Memorial Drive. En cours de route nous passons devant une statue intitulée « The Hiker » (le randonneur), elle commémore la guerre de 1898 entre l’Espagne et les Etats Unis ayant pour enjeu l’indépendance cubaine, le soldat représenté n’est pas en uniforme mais en tenue de campagne, d’où les combattants tiraient leur surnom de « randonneurs ».

WASHINGTON en 5 jours - 3

Juste en face un autre mémorial, celui-ci est destiné à rendre hommage aux bâtisseurs, les « Seabees », hommes des Construction Batallions (CB) auxquels on doit les infrastructures, routes, ponts, terrains d’atterrissage et bases militaires. Leur devise domine le monument : « Seabees can do » (les seabees peuvent le faire), sur le mémorial, on les voit en action, et une statue, en avant, met en scène un soldat, torse nu, le fusil porté dans le dos, tendant la main pour aider un gamin. Le contraste entre le frêle enfant et le vigoureux militaire donne beaucoup de charme et une tendresse inattendue à cette statue.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous entrons sur le site du Cimetière National d’Arlington par une entrée latérale, passage obligé par le Visitor Center, nous y récupérons un plan pour nous guider.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Avant les premières tombes, un panneau blanc avertit : « Welcome to Arlington National Cimetery our nation’s most sacred shrine » ; dans le sanctuaire le plus sacré de la nation, dignité et respect sont de mise.

Au loin, une longue pelouse ponctuée de tombes blanches, alignées sous les arbres.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Voici les premières stèles, sur chacune, le nom du mort et les informations essentielles le concernant, état dont il est originaire, grade, régiment, conflit dans lequel il a été engagé, dates de naissance et de décès, la plupart du temps l’appartenance religieuse, et le cas échéant une distinction militaire. … soigneusement alignées, sans autre marque distinctive … comme elles sont nombreuses … à perte de vue …

Il y a plus de 400 000 tombes dans ce cimetière, mais tous ne sont pas tombés au champ d’honneur ; il s’agit d’un cimetière militaire, à ce titre les vétérans, les militaires à la retraite et leurs ayants droit peuvent y être inhumés. Les anciens présidents y sont enterrés de droit. Et quelques rares civils, morts dans des circonstances exceptionnelles, peuvent aussi y avoir leur tombe.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Après la section des stèles alignées, voici une portion aux monuments moins uniformes, qui ressemble à un cimetière classique, ici les tombes sont plus «familiales » les épouses reposent auprès de leurs soldats de maris.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Répartis dans ce vaste domaine de plus de 2.5 km², de nombreux monuments rendant différents hommages individuels ou collectifs, comme ce grand tombeau réunissant les ossements de 2111 soldats morts sur les champs de bataille durant la Guerre de Sécession, réunis ici en 1866.

WASHINGTON en 5 jours - 3

L’origine de ce cimetière militaire est justement étroitement liée à la Civil War.

 George Washington Parke Custis est le beau-fils du premier président des Etats Unis (qui l’élève comme son propre enfant), héritant de cet immense domaine il y bâtit un mémorial à la mémoire de son beau père. A sa mort, en 1857, il lègue Arlington House à sa fille, Mary Anna, mariée à un militaire, un certain Robert E.Lee. Quand la Guerre Civile éclate, il devient rapidement commandant des armées de Virginie du Nord, confédérées. Quelques mois avant la fin de la guerre il est nommé général en chef de toutes les armées confédérées, c’est lui qui signe la capitulation, à Appomattox, en avril 1865. Sa plantation d’Arlington lui a été confisquée par les nordistes qui l’ont transformée en cimetière militaire.

Custis-Lee Mansion, le manoir familial est toujours perché sur la colline.

 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Juste au dessous, les tombes du président John Fitzgerald KENNEDY et de sa famille. Jacqueline Bouvier Kennedy Onassis, sa femme et deux de leurs enfants (une petite fille mort-née en 1956 – sa tombe porte la mention « daughter » et Patrick né en 1963 qui n’a vécu que deux jours). Le monument est très modeste, discret, même si c’est la tombe la plus visitée du cimetière ; quelques dalles de granit rose scellées par la verdure, les quatre pierres tombales en ardoise et une flamme vouée à brûler pour l’éternité. Un léger cordon de sécurité protège les tombes. 

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

Impression bizarre en passant devant le grand homme, président chéri des américains, plus de cinquante ans après sa disparition leur attachement lui reste indéfectible ; il semble si familier. De là où nous sommes, nous dominons l’étendue des tombes militaires … le choix de l’emplacement n’est pas anodin !

On y accède par une allée sur les murs de laquelle des citations de discours du président sont gravées.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Un tout petit peu plus loin, une croix blanche, une plaque de marbre blanc et un simple bouquet, il s’agit de la tombe de Robert Francis KENNEDY, le frère du président.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Tragiques destinées pour ces deux hommes, fils d’un père dévoré par l’ambition. Jeunes et dynamiques, ils sont le renouveau de la politique américaine du début des années 60. Politiciens, devenus président des Etats Unis pour John, et l’équivalent du ministre de la Justice pour Robert. Ils seront tous les deux assassinés, le premier en 1963 à Dallas, le second en 1968 à Los Angeles alors qu’il venait de se lancer avec espoir dans la lutte présidentielle.

Après ce face à face avec l’histoire contemporaine, nous poursuivons notre promenade découverte du cimetière.  Députés, sénateurs, tombes plutôt récentes dans ce secteur.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous arrivons devant une curieuse construction, une sorte de grande pergola blanche, fleurie en forme d’amphithéâtre. C’est le James Tanner Amphitheater, il a été installé dès 1873 pour répondre à une foule de plus en plus nombreuse, après la Guerre Civile, à se réunir pour les commémorations à Arlington. La construction est inattendue et jolie, on dirait un kiosque à musique avec ses colonnes blanches, son toit recouvert de verdure et ses parterres de fleurs !

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous sommes à présent à côté d’une curieuse construction en briques, une sorte de tumulus, de cheminée tronquée. En nous approchant, nous comprenons qu’il s’agit du mémorial élevé en mémoire des victimes de l’attentat contre le vol 103 de la PAN AM qui s’était écrasé en Ecosse à Lockerbie le 21 décembre 1988. 270 pierres d’Ecosse forment ce monument dont l’histoire nous revient en mémoire.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Un peu plus loin, le monument édifié pour un certain Theodore J.Wint retient mon attention. Cet illustre inconnu est né en 1845 et est décédé en 1907 … entre temps brigadier-général, il a servi pendant : la Guerre Civile, les guerres contre les indiens, à Cuba, en Chine, au Philippines, et dans l’armée de pacification de Cuba …  soixante deux années bien occupées … et non sans risques !!! il méritait bien ce petit mémorial ! 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Voici, derrière de magnifiques magnolias en fleurs (il y en a plein à Washington !) les premières colonnes de l’Arlington Memorial Amphitheater, qui depuis 1920 a pris la relève de celui de James Tanner devenu trop petit. Une boite en cuivre incorporée à la première pierre est scellée dans l’architecture et renferme, entre autres, une Bible, une copie de la Déclaration d’Indépendance et de la Constitution des États-Unis, un drapeau américain (tel qu’il est en 1915)…. Et les plans de Washington, une série de timbres en vigueur à l’époque … 

WASHINGTON en 5 jours - 3

C’est une majestueuse construction en marbre blanc, un grand amphithéâtre à ciel ouvert pouvant accueillir jusqu’à 5000 personnes ; pour l’instant il est quasiment désert. Des gradins sont répartis en arc de cercle devant la tribune de l’orateur.

WASHINGTON en 5 jours - 3

Nous faisons ensuite le tour de ce bâtiment pour aller voir la tombe du soldat inconnu. Il est 16 heures et c’est le moment du cérémonial de la relève de la garde. De nombreux visiteurs y assistent, maintenus par un cordon de sécurité. La tombe du soldat inconnu est gardée 24h/24 et tous les jours de l’année, quelque soit le temps, et la relève est assurée toutes les heures. C’est un honneur, pour la sentinelle, bénévole, de veiller sur ceux qui ont donné leur vie pour la patrie mais qui ne sont connus que de Dieu !

 

 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Rituel impeccable, mais un tantinet ridicule : inspection du planton par un gradé, maniement des armes suivant une chorégraphie bien réglée, passation de pouvoirs, … l’attitude est sévère, l’inspection rigoureuse, les ordres fusent, les talons claquent, trois petits tours et puis s’en vont vers le monument tandis que la nouvelle sentinelle prend son poste, le regard dissimulé derrière des  lunettes de soleil … réglementaires !

WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3
WASHINGTON en 5 jours - 3

On croit en avoir fini mais voilà qu’on installe, au bord de la stèle des vétérans en fauteuils roulants, d’autres plus valides suivent à pied … une nouvelle cérémonie commence … Une voix annonce l’hymne national, invitant le public au recueillement, les premières notes de « The Star-Spangled Banner » retentissent, et là comme un seul homme, chacun se tait, les hommes se découvrent, la plupart met sa main sur le cœur dans un mouvement de ferveur collective … c’est très émouvant, on ose à peine bouger tellement l’instant est solennel !

WASHINGTON en 5 jours - 3

Lorsque la cérémonie se termine nous redescendons vers l’entrée du cimetière. Nous n’aurons pas vu toutes les tombes ou stèles dignes d’intérêt mais le courage nous manque ! Nous retrouvons le Visitor Center. Nous n’avons pas le courage d’aller voir le Memorial dédié aux femmes engagées ! A court d’énergie aussi pour aller jusqu’au mémorial d’Iwo Jima, mais un petit papier distribué au Visitor Center indique qu’il est à quinze minutes à pied … c’est quinze de trop ! Pour nous ça sera directement la case « métro » !

 

Et voilà, fin de tourisme pour cette belle et bonne journée !

 

WASHINGTON en 5 jours - 3

Quelle belle journée !! Que d'impressionnants monuments ! Lequel choisir ? Le romantique Jefferson, le bucolique Mason, le grandiose Roosevelt, l'imposant Luther King, l'impérial Lincoln, ceux des vétérans ... Arlington ?

Allez, je joue le jeu et je vote pour le mémorial coréen, très original, saisissant et émouvant ; une très belle réalisation pleine d'humanité comme la statue des trois militaires au Vietnam.

EDEN PARK GUEST HOUSE : toujours pas bougé

commentaires

Haut de page