Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

LA ISLA MINIMA

LA ISLA MINIMA

L’Espagne sort à peine du franquisme. Dans une Andalousie glauque et marécageuse, deux jeunes filles disparaissent. Deux policiers de la ville viennent enquêter, ayant l’un et l’autre des personnalités et des méthodes de travail opposées.

Un très bon film qui fascine par son atmosphère, son histoire, ses personnages et son propos.

Intelligemment, le scénario, le contexte et le déroulement de cette histoire, le choix des caractères des enquêteurs sont le reflet d’une époque parfaitement reconstituée à l’écran ; l’écho parfait à cet après Franco mal connu, quand l’Espagne devenait un pays démocratique dirigé par un roi ; une nation qui réapprenait les valeurs de la liberté avec de vieux réflexes fascistes ; où il n’était pas évident de séparer le bon grain de l’ivraie.

Le film parvient donc parfaitement à restituer l’ambiance de l’époque. Alberto RODRIGUEZ, le réalisateur, joue sur le contrepied montrant une image différente de l’Andalousie, mettant en scène des personnages sans couleur dans des paysages inattendus, mêlant judicieusement le côté policier captivant à l’évocation politique discrète mais essentielle ; la double lecture du film lui donne un attrait particulier sans nuire à l’ensemble.

Il faut souligner la très belle esthétique du film, l’image est très travaillée, les paysages remarquablement choisis et filmés ; ils valent, à eux seuls, le détour, montrant la captivante Andalousie sous des angles nouveaux, souvent inconnus.

Une bonne surprise.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article