Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

par Dan SAUBION 14 Octobre 2015, 18:51 COTE EST DES ETATS UNIS - De Washington à Boston

Aujourd’hui, le programme se résume à « Philadelphie, berceau de la nation » !

Nous devons retirer à l’Independence Visitor Center les billets d’entrée pour Independence Hall. Aux abords du bâtiment, on est mis dans l’ambiance par des personnes qui se promènent en costumes d’époque. Aucun problème pour s’inscrire à la visite, notre entrée est validée pour 12h15, mais nous devons prévoir de nous présenter au contrôle de sécurité à 11h45. Nous avons largement le temps de  faire un petit tour à la découverte du quartier, à commencer, à la sortie du Visitor Center, par le signe « xoxo », souvent rencontré dans Philly … ce petit coucou d’ado que la ville s’est approprié.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Commençons par aller voir cet Independence Hall d’un peu plus près ; l’image est jolie de ce bâtiment classique longiligne en briques aux fenêtres blanches, mais les immeubles construits derrière gâchent tout de même un peu (beaucoup) ce joli tableau du XVIIIème siècle !

Approchons nous, éliminons les parasites de notre perspective … voici ce que George WASHINGTON aurait pu contempler ! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Independence Square est constitué de trois bâtiments bien distincts, au centre, avec son haut clocher, Independence Hall, à droite Congress Hall (c’est pour l’entrée dans ces deux-là que la réservation de la visite est nécessaire), et à gauche, Old City Hall.

C’est par lui que nous allons commencer ! Il se trouve au coin de Chestnut St et Fifth St. Cet ancien Hôtel de Ville était originellement la première Cour Suprême des Etats Unis. Elle y siégea de 1791 à 1800, date à laquelle WASHINGTON devint la capitale fédérale. Dans la construction du pays, tout était à faire, et les juges eurent à poser les règles de cohabitation des pouvoirs exécutif, législatif et donc judiciaire ; organiser également le fonctionnement des différents tribunaux et leurs recours ; et asseoir purement et simplement la suprématie de cette cour fédérale vis-à-vis des Etats, voire des autres nations.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Nous sommes presque étonnés d’entrer si facilement dans ce petit bâtiment. Timide, vieillot, nous voici dans la grande salle blanche, dans laquelle l’Histoire américaine s’est écrite. On se croirait dans une scène de western : les murs peints à la chaux, sur une petite estrade les fauteuils des juges et dans la pièce les tables et chaises style « saloon », des encriers, des plumes … des bougies … le souci du détail de la reconstitution a même déposé une bouteille de whisky et quelques verres sur une desserte … et les inévitables crachoirs au sol … On imaginerait presque Gary COOPER entrer dans la salle !  

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

La magie pourrait s’évaporer à la sortie en retrouvant le soleil et la circulation … mais, justement à ce moment, une carriole à cheval passe dans Chestnut St … l’instant de grâce se prolonge quelques instants … 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Traversant la rue, nous voici dans un charmant petit parc, dont l’attrait principal est une petite statue représentant l’un des signataires de la Déclaration d’Indépendance et de la Constitution : la plume encore à la main, George WASHINGTON lève triomphalement un parchemin vers le ciel, rappelant ainsi qu’en un même lieu, à quelques années d’écart, le cours de l’Histoire a été changé. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Plus prosaïquement, quelques mètres plus loin, voici The Second Bank of the United States (la deuxième banque des USA),  créée en 1816 pour faire face à une crise (déjà) économique !  Une grosse construction aux allures antiques avec ses huit hautes colonnes doriques  … et sur le trottoir opposé « The Bank Building » … est devenu une résidence de luxe ! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Voici maintenant une construction qui semble la copie d’Independence Hall, au fond d’une ruelle voici Carpenters’Hall (l’Hôtel des Charpentiers), la maison dans laquelle siégea le Premier Congrès Continental en 1774 qui allait aboutir à la Déclaration d’Indépendance ! Hélas, notre culture de l’histoire américaine est trop superficielle, heureusement des panneaux informatifs vont nous permettre de  mieux (enfin, un peu) comprendre l’importance de ce lieu !!! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Alors qu’en est-il ? Carpenters’Hall était le lieu de réunion de la Carpenters Company, une association de charpentiers mettant tout en œuvre pour favoriser l’accès à ses techniques, aidant la formation des ouvriers, prenant également en charge les frais d’éducation de leurs familles, assistant leurs veuves et orphelins. Pour info, cette association existe toujours … cultivant les mêmes projets philanthropiques.

Au XVIIIème, de nombreuses constructions ont été dessinées et construites par ces maîtres bâtisseurs qui ont non seulement posé les murs de Philadelphie mais se sont étroitement liés aux leaders de la Révolution, mettant à leur disposition leur salle de réunion !  

Ainsi, en 1774, lorsque les tensions naissent entre la Grande Bretagne et ses colonies, c’est ici que les représentants des Treize états vont se réunir.

Le malaise s’était cristallisé quelques mois auparavant, quand la perfide Albion avait décidé d’augmenter les taxes sur les produits envoyés vers ses colonies qui, elles, ne s’estimaient pas redevables d’un impôt envers un royaume dans lequel elles n’avaient aucune reconnaissance politique. Ce bras de fer conduisit,  en décembre 1773, à la révolte des colons et à la Boston Tea Party, action  au cours de laquelle les Fils de la Liberté de Boston  jetèrent à la mer des ballots de thé de la Compagnie des Indes Britanniques. En réponse, les anglais mobilisèrent leurs troupes et promulguèrent les Coercive Acts, lois punitives pour l’Etat du Massachussetts, qui devaient avoir valeur d’exemple pour les autres états des colonies … et qui produisirent l’effet contraire, les états en question(à l’exception de la Géorgie) se mobilisèrent alors  pour protester, se réunissant du 5 septembre au 26 octobre 1774, ils dressèrent la liste de leurs doléances et revendications, convenant de se réunir à nouveau si le Roi George III n’infléchissait pas ses positions.

Nouveau congrès en mai 1775, avant d’aboutir, le 4 juillet 1776 à la Déclaration d’Indépendance ! Entre le 18 et le 25 juin 1776, le Congrès est rassemblé chaque colonie vient revendiquer son indépendance. 103 représentants pour onze états, Carpenters’Hall devient le berceau de la Nation américaine. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Nous pénétrons dans cette fameuse maison, nous sommes avant tout chez des bâtisseurs, pas étonnant donc de trouver dans l’entrée de vieux outils, dans la salle principale, une maquette de la maison, et au sol des mosaïques sur lesquelles figurent la date de la création de la « Company », en 1724, et des compas. Au mur, au-dessus des cheminées, deux bannières – historiques ! L’une portée à l’occasion de l’anniversaire de la ratification de la Constitution, l’autre pour le centenaire de la naissance de George WASHINGTON. Et surtout, voici  une estrade sur laquelle on imagine le président de séance organisant les débats, supervisant les votes … dans la ballot box (l’urne en bois) exposée dans la pièce !! 

C’est drôle, sur une peinture de l’époque reproduisant une réunion du congrès de 1774, on reconnait bien la pièce … et son mobilier !

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Dans la petite rue, le pavillon abrite le Musée d’Histoire Militaire, « New Hall Military Museum ». 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

La promenade se poursuit sur 3rd Street. Voici un nouveau bâtiment néo grec ? romain ? six colonnes corinthiennes cette fois … pour … The First Bank of the United States !!! Elle, c’est en 1791 qu’elle est fondée par le Congrès américain, gestionnaire de dépôts  et émettrice de billets jusqu’en 1811.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Un petit peu plus loin, de nouvelles colonnes nous attirent, une adorable bonbonnière que nous avons déjà aperçue … à côté d’un cinéma !! Voici donc Merchant’s Exchange, une construction néo-grecque, datant des années 1830, centre de transactions jusqu’à ce que la Bourse de Philadelphie ouvre ses portes en 1875. Ce petit bâtiment est vraiment très joli, il épouse la forme triangulaire de la parcelle de terrain sur lequel il est construit. Sa façade principale n’a que l’attrait de ses colonnes qui font écho à la First Bank qui est presque en face, mais le dos du bâtiment se présente, lui, en arc de cercle, un arceau de colonnes corinthiennes, un toit festonné surmonté d’une jolie petite coupole, tout ceci sur fond de grandes fenêtres … c’est tout à fait charmant.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Il suffit de traverser la rue pour arriver à City Tavern, la reconstitution d’une taverne et toujours occupé par une auberge … nous ne la regardons que de loin … l’heure tourne … 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Nous remontons maintenant vers  Walnut St et traversons un très joli petit jardin clos, simple et élégant, formé de petits buissons colorés avec cette plaque inattendue : « ici, dans ce charmant jardin, les liens de la mémoire nous rattachent aux hommes avisés et bons qui ont créé notre nation – dédicacé par Madame Lyndon B.JOHNSON le 10 juin 1966 ».

C’est le  «18th Century Garden ». Ce petit jardin recrée ceux que l’on pouvait voir au XVIIIème siècle. Toute la rue a conservé cette image nostalgique, les maisons alignées en briques, qui ont l’air semblables au premier regard, mais qui se distinguent par la forme de leurs portes, fenêtres, une lucarne ici, une corniche là  …. D’infimes détails qui brisent l’uniformité tout en conservant l’harmonie de l’époque.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Nous voici revenus à notre point de départ, devant le point de contrôle de l’entrée d’Independence Hall une file d’attente assez longue s’est déjà formée. Nous passons le poste de sécurité ; et nous voici entrés dans Independence Square ; un agréable parc bordé des fameux bâtiments. L’un d’entre eux abrite, depuis 1785, l’American Philosophical Society, une association créée en 1743 par Benjamin FRANKLIN afin de réunir les esprits éclairés du pays et promouvoir la culture. De grands noms figurent parmi les membres de la société, George WASHINGTON,  Thomas JEFFERSON, John ADAMS … mais aussi LA FAYETTE ou Louis PASTEUR !

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Quand la visite commence, nous sommes accueillis par un ranger aux allures de quaker … cheveux longs blancs hirsutes, il nous fait asseoir dans une petite pièce et commence par nous faire un petit exposé sur l’Independence.

Voici que débute la visite d’Independence Hall proprement dit, lieu majeur de l’histoire américaine puisque c’est là qu’ont été signés les actes fondateurs de la nouvelle nation.

Le bâtiment a été construit entre 1732 et 1753, dans le style géorgien typique de la ville à l’époque. Il est alors  le Pennsylvania State House, le siège du pouvoir de l’état.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

La première salle que nous voyons est la salle d’audience (courtroom), c’est une salle de tribunal dans laquelle a été réuni du mobilier d’époque. Bizarrement, la salle est ouverte, en effet, par souci d’égalité et d’équité les tribunaux siégeaient en public, la meilleure façon semblait-il de garantir les droits de toutes les parties. Une ouverture qui n’enlève pas la solennité du lieu ! Il faut donc imaginer, ici, en 1776, WASHINGTON, FRANKLIN et les autres représentants des Treize Colonies, réfléchissant au moyen d’échapper au joug anglais, rédigeant, à mots choisis, la déclaration de leur indépendance … 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

De l’autre côté du hall d’entrée, voici une nouvelle salle, d’une imposante simplicité. C’est la salle des Assemblées (Assembly room) ; un petit parlement miniature, une chaire présidentielle et autour des tables pourvues de bougies, encriers, livrets, cahiers, pipes … les signataires n’ont plus qu’à prendre place.

Le 2 juillet 1776, le Congrès est réuni pour un vote … on veut l’indépendance ! Thomas JEFFERSON en rédige les termes et motifs ; et le 4 juillet le Congrès  adopte cette résolution. George WASHINGTON vient se poster devant la porte principale et lit le texte. Les treize états fondateurs ont déclaré leur indépendance.

On l’a vu à WASHINGTON, la gestion de cette confédération n’est pas aisée, l’exercice du pouvoir mal assuré ; une gestion fédérale s’impose peu à peu, tandis que la paix est revenue grâce au traité de Paris, signé en 1783.

A partir de 1787, on se réunit à nouveau dans Independence Hall, autour de George WASHINGTON, l’enjeu : consolider un pouvoir central sans pénaliser les différents états, équilibrer le poids de chacun, et poser les fondations des nouveaux Etats Unis d’Amérique.

Cette « Constitution » est ratifiée le 17 septembre 1787, mais son application nécessite un délai de plusieurs mois. Enfin, en 1789, George WASHINGTON est enfin investi de sa nouvelle fonction : premier président des Etats Unis !! Heure de gloire pour Philadelphie, berceau de la révolution, qui devient capitale du pays. 

C’est donc dans cette salle qu’ont été apposées les signatures des deux textes fondateurs. On perçoit l’émotion du public américain ; pour nous c’est plutôt l’élégance discrète de la pièce qui nous plait.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Et voilà, fin de la visite d’Independence Hall … un petit goût de « tout ça pour ça » en quittant les lieux !!! Intéressants, certes, mais avec un protocole disproportionné !! Mais il faut reconnaitre que nous sommes moins concernés que les autochtones !

Nous revoilà dans Independence Square, avec un dernier morceau à visiter … là l’entrée se fait sans réservation mais par petits groupes.

Nous avons quelques minutes devant nous pour trainer encore un peu dans le parc, écouter de loin les rangers qui, sur des bancs, racontent à ceux qui veulent les écouter, des anecdotes sur ces grands moments historiques.

Allez, Congress Hall (le Congrès) ouvre ses portes … avec toujours le même guide.

Nous commençons par une petite exposition sur le sujet …. Extraits et reproductions des textes, et  l’encrier en argent ayant servi aux signatures de la Déclaration d’Indépendance puis de la Constitution.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Dans cette aile du bâtiment vont siéger, jusqu’au déplacement de la capitale vers Washington, les deux nouvelles assemblées du Congrès, Chambre des Représentants et  Sénat. Ce sont ces deux chambres que nous allons visiter.

Au rez-de-chaussée, la Chambre des Représentants … la chambre « basse » ! Une grande pièce, sans fioritures, murs blancs, tentures vertes. Une petite tribune domine la salle où sont alignés les 106 sièges des représentants des seize états tels qu’ils étaient en 1797 quand John ADAMS prêta serment, succédant à George WASHINGTON et pérennisant le bon fonctionnement des institutions américaines. Nous nous asseyons quelques minutes pendant le speech de notre guide. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Nous montons ensuite à l’étage pour visiter le Sénat, la chambre « haute ».  Le couloir distribue différents bureaux, le secrétariat du Sénat, pièce de travail et de réflexion, c’est ici qu’était traité le courrier, transcrits les documents. Ce bureau est  meublé de pièces d’époque restituant parfaitement l’atmosphère du XVIIIème siècle, ainsi de nombreux feuillets sont maintenus par des rubans rouges comme il était d’usage à l’époque pour présenter les documents officiels.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Voici ensuite trois autres pièces, salles de réunions des sénateurs, Joint Commitee Room, ainsi que les West et East Commitee Rooms ; pièces jumelles équipées d’une grande table de travail entourée de fauteuils en bois façon saloon, rien de luxueux ou de confortable dans ces pièces  dans lesquelles les sénateurs passaient la plupart de leur temps ! Les seules décorations, dans les salles Ouest et Est, sont deux grands portraits … de Louis XVI et Marie-Antoinette !!! Il s’agit, maintenant, de reproductions offertes par Valéry GISCARD D’ESTAING en 1976 à l’occasion du bicentenaire de la Déclaration d’Indépendance ; les originaux qui ornaient les salles à l’époque ayant été déplacés au moment du déménagement pour Washington, et perdus pendant la guerre de 1812 ! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Voici maintenant la belle salle du Sénat. Plus riche que la Chambre des Représentants, il n’y a pourtant rien d’ostentatoire ici. C’est une élégante pièce aux murs verts, fenêtres blanches et voilages rouges, peu de sièges finalement puisque la Constitution avait fixé à deux le nombre de sénateurs par état, soit 26 à l’origine ; effectif qui s’est accru au fil de l’entrée de nouveaux états, ainsi a-t-on vu arriver les représentants des Vermont, Kentucky et Tennessee avant le départ pour Washington ! Quant aux fauteuils proprement dits, plus de la moitié faisaient partie du mobilier de l’époque !! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Au plafond et au sol, une fresque, un tapis, représentant l’aigle américain et les treize étoiles d’origine ! Sur le tapis figurent aussi les blasons de ces treize états fondateurs. Il s’agit maintenant de reproductions des éléments d’origine.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Nous découvrons cette pièce depuis une petite galerie qui la borde, elle a été installée en 1795 pour permettre au public et à la presse d’assister aux débats.

Nous quittons cette pièce qui a vu, le 4 mars 1793, George WASHINGTON prêter serment pour son second mandat … pas étonnant que cet Independence Hall revête une telle importance aux yeux des américains si patriotes 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Et voilà, la visite est terminée … un mini briefing dans le parc et on part découvrir Liberty Bell … il est 13 heures, il n’y a pas beaucoup de queue et ça avance vite … peu de choses à voir finalement : un hall d’exposition et LA cloche de la Liberté ! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Liberty Bell … késako ? Liberty Bell, la cloche de la Liberté, est, selon un article du «the Public Ledger » datant du 23 février 1846 : « une vénérable relique de la Révolution, irrémédiablement fissurée » … on en pleurerait !

Liberty Bell, simple cloche de fabrication anglaise, est placée, en 1752, dans le clocher de Pennsylvania State House, dans une époque apaisée, elle porte la mention « tu proclameras la liberté dans tout le pays pour tous ses habitants » … message visionnaire ! Pas de chance, dès sa première utilisation la cloche se fêle … par deux fois, et divers moyens, on tente de la réparer … en vain. Rien de bien glorieux jusque-là !!! En 1830, elle devient l’emblème des abolitionnistes qui lui donnèrent son nom actuel. Au début du XIXème siècle, la fameuse fissure apparait sans qu’on puisse en  déterminer la date  et le motif. Mais, en 1847, une nouvelle rumeur vient ajouter à sa renommée naissante, on dit qu’elle a sonné le 4 juillet 1776, à l’occasion de la proclamation de la Déclaration d’Indépendance ; qu’elle se serait fissurée après l’annonce de la mort du Juge de la Cour Suprême John MARSHALL en 1835 … rien de tout cela n’est avéré, qu’importe, Liberty Bell est devenue, malgré elle le symbole de la liberté, et des luttes pour y parvenir ! Elle va être de toutes les luttes, itinérante si besoin est avant de trouver un havre de paix dans son Visitor Center !

L’exposition présente donc toutes sortes d’objets, peintures, gravures, articles … ayant trait avec la cloche. Et enfin, l’apothéose … les 940kg de la bell fendue !!! Pas si impressionnante, finalement … défilé devant la relique, clic, clic … 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Et voilà, fin de la visite ! On a fait le tour des essentiels de ce secteur ! un petit casse-croûte dans Independence Square, sous l’œil du Commodore John BARRY (pas le compositeur célèbre !!). Marin de renom, il est considéré comme le père de la marine américaine … de la main, il nous indique la voie à suivre pour la suite de la visite !!

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

14 heures … c’est reparti !! sur la 5th, nous débouchons devant Library Hall. Ce bâtiment, toujours en briques, a été construit en 1731, pour accueillir la Library Company of Philadelphia créée par Benjamin FRANKLIN dont on voit la statue sur la façade. Elle a servi de bibliothèque au Congrès pendant la Révolution. La construction a été détruite en 1950 et reconstruite à l’identique.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Poursuivant sur la 5th, nous voici devant l’ancienne bourse de Philadelphie. Ce bâtiment est beaucoup plus récent que ceux que nous avons vus depuis ce matin. C’est l’un des premiers édifices construits avec une charpente métallique, il date de 1895 et a donc été le premier lieu de transactions boursières du pays. Devenu en 1979, un complexe de bureaux et de commerces ; en 1995, il célèbre glorieusement son centenaire, converti en un grand centre commercial. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Nous entrons y faire un tour ; c’est génial, ancienneté et modernité parviennent à cohabiter sans mal ! Les boutiques contemporaines, fastfoods, … se sont installés dans un décor purement XIXème siècle ! Escaliers en fer forgé et balcons décorés de la bannière américaine, l’espace est très lumineux et agréable.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Bifurquant dans Arch Street, on arrive au Christ Church Burial Ground, le grand cimetière historique de Philadelphie … l’entrée est payante … car ici repose Benjamin FRANKLIN … dont on peut voir la tombe depuis la rue !! Dans le cimetière, outre le grand homme et sa famille, d’autres signataires ou figures importantes de la Révolution y ont trouvé leur dernière demeure ; c’est malgré tout celle de FRANKLIN qui est la plus visible et visitée, les gens y déposant une piécette pour attirer la fortune … comme disait le grand Benji « un penny économisé est un penny gagné » … reste à espérer que ceux qui garnissent sa tombe n’ont pas été dépensés en pure perte !

On ne retrouve pas dans ce cimetière l’harmonie des cimetières américains, il y a ici des stèles, de larges pierres tombales, des mausolées …

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Bon, il y a un endroit qu’on doit absolument trouver par ici, dans Church street … une boutique de T-shirt dont j’ai ramassé le flyer à l’Independence Visitor Center … l’offre est alléchante : « Philly Tees $5.00 always ! » … on choisit son T-shirt, taille, couleur … on choisit la calligraphie, la taille, la couleur de celle-ci … et dans l’instant on repart avec son T-shirt personnalisé pour 5$ … (www.oldcitytshirts.com)

On trouve la petite boutique, son patron super sympa, qui parle un peu français … pas de tromperie sur la marchandise … si on s’en tient à la forme basique … pour les versions plus fantaisie, les bodies pour bébé, ou autres modèles les prix changent … mais c’est sans problème que nous choisissons parmi la dizaine de coloris proposés … une minute après avoir passé commande voici nos beaux T-shirts. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Revenus sur Arch Street, voici Arch Street Friends Meeting House, une” église” de Quakers ! ou plutôt, comme son nom l’indique, un centre de réunion. Une bâtisse en briques, vaste mais très simple ; les seules fantaisies ornementales sont des paires de colonnes blanches devant chaque porte. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

A l’origine le site n’était qu’un cimetière, le terrain avait été donné par William PENN lui-même aux « amis » en 1693 ; la maison n’a été construite qu’en 1804 pour permettre les réunions des Quakers.

Nous sommes manifestement les bienvenus dans cette maison. L’ensemble, comme l’accueil, est aussi simple que chaleureux.

Un grand salon, dans lequel on imagine un paisible bavardage, meublé de confortables fauteuils.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Dans une autre salle une petite exposition. Nous sommes dans une salle de réunion vieille de 200 ans, comme les gradins alignés le long du mur en témoignent.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

A travers l’exposition, on effleure la pensée de cette « Religious Society of Friends », la Société Religieuse des Amis, bien avant Facebook !! Né au XVIIème siècle en Angleterre, ce courant de pensée issu du christianisme s’en éloigne par son absence de hiérarchie et de structure formelle du culte. Ici on cultive l’égalité et la liberté, qui s’expriment dans la simplicité … des lieux, des ornements, des vêtements …

Du coup, les femmes qui nous ont reçus en jupes longues en liberty, gagnent une forme d’ »intemporalité » ….sont-elles en costume traditionnel ou portent-elles les vêtements communs du quotidien d’un quaker ?

La vie des Amis, on la découvre à travers quelques tableaux, une maisonnette reconstituant une habitation du XIXème siècle, et aussi une  curieuse collection de «silhouettes » ; elles sont l’œuvre d ‘un français, August EDOUART, l’inventeur de cette technique artistique de découpe manuelle … ces petites saynètes sont charmantes, comme autant d’instantanés de la vie quotidienne du XIXème siècle ! sur quelques centimètres carrés, noirs sur (ou sous !) blanc, les personnages prennent vie avec une finesse et un réalisme étonnant. C’est un travail magnifique ! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Dans la vitrine à côté est exposé un grand plaid en patchwork ; il est l’œuvre des femmes de la Société des Amis en réponse à l’épidémie de fièvre jaune qui avait décimé un dixième de la population de Philadelphie. Ces dames avaient alors fondé une association pour venir en aide aux plus démunis ; les femmes les plus pauvres y étaient employées aux travaux de couture. Soixante-seize d’entre elles s’attelèrent à la fabrication de cette couverture qu’elles offrirent à la responsable de leur atelier. Ce travail étant l’exemple de ce que la préoccupation de son prochain peut produire.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Voici maintenant la grande salle de réunion, de grandes travées de bancs, ici chacun peut prendre librement la parole, débattre, exprimer ses idées, sans protocole ni hiérarchie. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

A la sortie, de retour dans la rue, un panneau attire notre attention sur le fait que Philadelphie était la seule ville des colonies dans laquelle toutes les confessions religieuses cohabitaient sans heurts, un modèle de démocratie.

Nous promenant dans Arch St, nous découvrons un joli buste de Benjamin FRANKLIN, décidemment très présent ici, et entrons, par hasard dans une charmante ruelle. Il s’agit de Loxley Court (entre 321 et 323 Arch Street), un étroit petit passage entre des maisons en briques aux volets vert olive, dotées chacune d’une trappe menant à la cave, et au fond un adorable jardin au milieu de maisons très bien restaurées. Loxley était un charpentier, membre de Carpenters’Hall, il fut le premier habitant de la rue en 1744. L’endroit respire le calme et la douceur de vivre, jolies maison, petits parterres fleuris et surtout de jolies statues

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Quelques mètres plus loin, au 239 Arch St, voici un site incontournable de Philadelphie : Betsy ROSS House. Nous entrons dans une cour pavée, au mur est accroché un grand drapeau américain avec les treize étoiles circulaires originelles. C’est de là que Betsy ROSS tire sa gloire, c’est elle qui aurait cousu le premier drapeau pendant la Guerre d’Indépendance.

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

L’histoire de Betsy n’est pas banale, née dans une famille de Quakers en 1752. Elle est apprentie tapissière quand elle épouse John ROSS alors qu’elle a 21 ans, mais John est un milicien, il est tué en 1776 sans que le couple ait eu d’enfant. George ROSS, l’oncle de John, est membre du Congrès Continental et signataire de la Déclaration d’Indépendance, il suggère à Betsy de coudre un drapeau pour la cause, elle achève ce travail début juin 1776. En 1777, elle se remarie avec un capitaine de marine ; fait prisonnier par les anglais il meurt en captivité en 1782, ils ont eu deux filles. En 1783, Betsy épouse un compagnon de réclusion de son second mari … Le couple vit dans cette maison, cinq filles naitront de cette union. Betsy meurt en 1836, n’ayant cessé ses activités de couturière qu’à 70 ans. Elle et son mari sont enterrés dans le jardin.

La petite maisonnette construite en 1740 se visite … ou pas …. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

On continue … prochaine étape : Elfreth’s Alley, la plus ancienne rue résidentielle des Etats Unis. Au XVIIIème siècle, les artisans avaient leurs domiciles au-dessus de leurs échoppes, Jeremiah ELFRETH était l’un d’eux, il était forgeron. La ville a grandi autour de la petite rue pavée sans faire disparaitre son charme d’antan ! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Il est bientôt 16 heures, et nous refermons la page du livre d’histoire ; retour tranquille au B&B.

On rentre en suivant la 3rd St, on passe devant Christ Church, construite au début du XVIIIème, encore une fois grâce à l’intervention de Benjamin FRANKLIN qui contribue au financement du clocher, ajouté en 1754. L’église est connue pour avoir été le lieu de culte des révolutionnaires. Juste un rapide coup d’œil, mais pas de visite … faisant le tour on découvre une stèle à la mémoire de James WILSON, l’un des signataires de la Déclaration et de la Constitution. 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Dans une petite rue jouxtant l’église se tient un petit marché, juste quelques stands, confitures faites maison, saucisses, pâtes fraiches et herbes séchées ….

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

En chemin, quelques fresques murales, caractéristiques de la ville ; des enseignes rigolotes, de jolies rues … Et nous voici arrivés dans South Street … matérialisée par une grande mosaïque que nous n’avions pas encore vue ! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Suivant les conseils de George (notre hôte) … et les recommandations des guides touristiques … nous devons goûter, avant de quitter Philly, au fameux cheese steak, LA spécialité culinaire de la ville. L’établissement le plus réputé est « Jim’s Steaks », c’est aussi l’adresse que nous a indiquée George, ce sera donc l’expérience gastronomique de ce soir !

Qualifier de restaurant le « Jim’s Steak » est lui faire grand honneur … ça ressemble plutôt à un fast food !!! On passe devant les tables de cuisson pour aller commander notre cheese steak … sur place ou à emporter … mais vu le peu d’espace on se demande bien, en faisant la queue, où se passe le « sur place » … à l’étage ma bonne dame !!!

Alors, ce fameux cheese steak, qu’est-ce donc ??? Quel extrême raffinement se cache derrière ces mots ? Un sandwich … à la viande … et au fromage !!! Suivant son goût, on indique au cuistot si on veut des oignons, des champignons, tel ou tel fromage … Le gros long  pain, coupé en deux, est rapidement mis à réchauffer, puis garni d’une tranche de provolone, suivie d’une pelletée d’oignons qui rissolent sur une plaque, auxquels on ajoute des copeaux de viande presque fondue à force de cuire … et voilà, le tout est déposé sur une feuille de papier, un plateau … puisqu’on consomme sur place !!! 

Allez, il faut mordre à pleines dents dans cet énorme truc !!!! C’est juteux, ça coule, ça coule gras … ce n’est pas mauvais, mais franchement pas de quoi se relever la nuit !! enfin, on aura fait l’expérience cheese steak !! Nous voilà calés pour un bon moment !!! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Après ce festin, on traine un peu dans South Street, très animée dans la soirée, avant de rentrer.

C’est l’occasion de tomber sur quelques « curiosités » … bien … philadelphiennes ? Tel cet arbre dans lequel sont accrochées des tas de peluches … c’est rigolo... et mignon comme tout !!

Bien moins sympathique, voici maintenant une tête plantée sur un poteau indicateur … gore !! 

PHILADELPHIE en 4 jours - 3
PHILADELPHIE en 4 jours - 3

Allez, retour à la maison maintenant et gros dodo bien mérité après cette grande journée historique ; demain, déjà notre dernière journée à Philadelphie, aucun programme d’établi … et plus grand chose à voir … ça se jouera au feeling …

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

L'agréable découverte de ce quartier historique ; l'ambiance restituée des assemblées. Mais le regret de ne pas avoir assez potassé le sujet avant de partir !

PHILADELPHIE en 4 jours - 3

AirB&B, chez George et Jessica, à l'hospitalité exemplaire !

commentaires

Haut de page