Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BOSTON en 4 jours - 3

par Dan SAUBION 14 Octobre 2015, 18:37 COTE EST DES ETATS UNIS - De Washington à Boston

Aujourd ‘hui, nous avons décidé d’aller visiter la partie nord du Freedom Trail. Pour cela, on doit aller dans un quartier nord de BOSTON, CHARLESTOWN, sur l’autre rive de la Charles River. 

Nous commençons, il y a longtemps que le sujet n’a pas été abordé, par les fameux donuts de la chaîne DUNKIN’ DONUTS … redoutablement bons ! … aussi caloriques que bons !!! mais dégustés sans mauvaise conscience … le programme de la journée va nous permettre de rapidement les compenser ! 

BOSTON en 4 jours - 3

Nous prenons le métro jusqu’à Community College, dans le quartier de Charlestown. Nous traversons un quartier résidentiel tout en montée … nous allons vers Bunker Hill ! alors, on grimpe la « hill » … avec, rapidement en ligne de mire, le « bunker » ! 

BOSTON en 4 jours - 3

Notre visite de ce matin commence par le Bunker Hill Monument, le voilà qui se détache bientôt sur le ciel azur, perché en haut de sa volée de marches. C’est un haut (très haut) obélisque de granit blanc, 67 mètres ! Le monument a été érigé en 1843 pour commémorer la première bataille de la Révolution le 17 juin 1775. Ce jour-là se retrouvent face à face une armée anglaise nombreuse,  entrainée et bien armée ; et une bande de colons inexpérimentés. L’Histoire retiendra le mot d’ordre lancé par les chefs militaires colons : « Ne tirez que lorsque vous verrez le blanc de leurs yeux ! ». Bien que finalement défaits, les révolutionnaires ne déméritèrent pas et impressionnèrent leurs adversaires par leur bravoure.

BOSTON en 4 jours - 3

Nous souhaitons monter en haut du monument … 294 redoutables marches … qui se méritent : il faut aller chercher un laisser-passer au musée juste à côté.

Nous y sommes très gentiment accueillis par les rangers, toujours aussi serviables, et bien organisés : l’ascension se fait par un petit escalier, il n’y a que peu de place au sommet, alors le flux est régulé par leurs soins, ils assignent à chacun un horaire de départ, en attendant on peut aller faire un tour dans le petit musée qui expose des portraits, peintures de la bataille. Le docteur Joseph WARREN a droit à tous les honneurs, c’est l’un des héros du combat : alors qu’il fait partie du commandement, il choisit de se battre au milieu de ses soldats, ramassant un fusil pour lutter contre l’ennemi britannique, il est parmi les derniers à se retirer, mais il est blessé à la tête et meurt sur le champ de bataille.

BOSTON en 4 jours - 3

A l’heure dite, un ranger nous invite à gagner l’escalier de l’obélisque … 294 marches devant nous, avant le graal !

A l’entrée, un petit autel, encore à la mémoire de WARREN, à l’emplacement de la construction initiale du premier monument érigé ici en 1794.

BOSTON en 4 jours - 3

Maintenant nous n’avons plus aucun argument pour différer la montée de cet étroit escalier en colimaçon, les premières marches sont numérotées, puis, de loin en loin le décompte se raréfie … 10 … 50 … 100 … et enfin, ENFIN !!! la 294ème !! Une dizaine de minutes qui nous ont semblé une éternité … mais au bout la récompense ! Nous voici sur la plateforme aménagée, il y a effectivement pas mal de monde ! 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Nous reprenons notre souffle … et prenons tout notre temps (sans en abuser ! conscients que d’autres attendent en bas !) pour contempler le paysage que nous voyons à travers de petites baies vitrées : d’ici BOSTON apparait comme une petite ville provinciale, des quartiers résidentiels, beaucoup de verdure ; c’est vrai que nous sommes dans le quartier de Charlestown, sur l’autre rive de Charles River, le centre-ville est au-delà du fleuve. D’où nous sommes, nous pouvons voir les nombreuses terrasses aménagées sur les toits des maisons, on dirait que les locataires peuvent se partager le sommet des immeubles, meublant et décorant chacun, à son goût sa petite terrasse.

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

En cinq minutes nous en avons fait le tour, et entreprenons la descente, les croisements avec ceux qui montent dans l’autre sens sont toujours aussi compliqués.

Nous voici revenus à l’air libre, on se promène encore un peu autour du monument. Un dernier regard à la belle statue de Joseph WARREN devant l’obélisque et nous retournons vers les rues en pente du quartier en admirant au passage les jolies maisons, puis nous allons voir le petit musée consacré à la construction du monument ; y sont exposés les croquis des projets des différents architectes et diverses pièces relatives à cette édification.

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Bunker Hill Monument est un des points de départ du Freedom Trail, nous le suivons donc, via Adam Street, jusqu’au point d’intérêt suivant : Charlestown Navy Yard, le chantier naval historique de la ville.

L’Indépendance acquise, la nouvelle nation veut renforcer ses défenses en se dotant d’une Marine. La construction du chantier naval commence en 1800, on y fabriquera, équipera, entretiendra et réparera les vaisseaux de guerre … jusqu’à sa fermeture en 1974. Le chantier naval a donc été directement concerné par tous les conflits dans lesquels les Etats Unis ont été impliqués.

200 bateaux ont été construits ici, plusieurs milliers sont venus mouiller ici pour être réparés, équipés des technologies toujours plus innovantes, il y a une corderie sur place, la seule de la Marine américaine ; les missiles remplacent les boulets de canon, la technologie les anciens outils de navigation.

Après sa fermeture en 1974, le site est transformé en espace historique et ouvert au public qui peut ainsi découvrir les lieux et aussi visiter deux anciens vaisseaux de guerre, l’USS Constitution et l’USS Cassin Young.

Nous arrivons à l’entrée qui est surveillée par des marins et n’a rien de touristique, on a vraiment l’impression de pénétrer dans une zone militaire : guérite à l’entrée, bâtiments sans charme et personnel en uniforme qui nous demande ce qu’on vient faire là.

Plus loin un beau navire attire toutes les attentions, une élégante frégate construite en 1797, l’USS Constitution (USS signifiant United States Ship, tout simplement).

Un peu plus loin, voici le Visitor Center, sorte de petit musée de la marine américaine.

On irait bien visiter le vieux bateau, mais il est protégé par des grilles, et rien ne semble indiquer que l’accès est possible. Le navire est en cale sèche, ce qui le protège et permet des interventions d’entretien et de rénovation. Ce quai est l’un des premiers construits en pierre en 1833, remplaçant les structures en bois antérieures plus fragiles et aussi plus dangereuses pour les hommes, le matériel et les bateaux. Le premier vaisseau à entrer dans ce Dry Dock 1 (cale sèche n°1) fut l’USS Constitution … en 1833 ! Ce fleuron de la Marine américaine a connu ses heures de gloire durant la Guerre de 1812 (contre les britanniques). Il remporta alors trois batailles contre les marins de la Perfide Albion, y gagnant son surnom de « Old Ironsides » (le vieux cuirassé), un marin voyant les boulets glisser et ricocher sur sa coque en chêne massif aurait témoigné qu’il avait « les flancs en métal » (ironsides !). 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Dans le bassin d’à côté, voici un bateau beaucoup plus récent, mais au passé tout aussi glorieux. Pour aller le voir de plus près nous devons passer un contrôle de sécurité, nos sacs sont passés aux rayons X sous les yeux de deux militaires. Encore un petit bout de chemin au milieu des matériels de chantier, des baraquements et le voici : USS Cassin Young DD793. 

BOSTON en 4 jours - 3

Une passerelle le relie au quai, nous sommes invités à monter à bord, des rangers sont sur place pour renseigner et assurer la sécurité des visiteurs.

Le navire est un destroyer mis à l’eau en 1942. Bateau rapide et maniable, il a été engagé dans la Guerre du Pacifique pendant le second conflit mondial. En 1945, il se distingue au cours de l’invasion d’Okinawa ; il y assure des tirs de soutien avant de devenir patrouilleur radar, ces vaisseaux étant les cibles prioritaires des Kamikaze. Le Cassin Young en fut deux fois victime, ce qui couta la vie à 23 marins et fit une centaine de blessés.

Le navire reste en activité jusqu’en 1960, et est, dans l’intervalle, régulièrement revenu mouiller à BOSTON pour y recevoir les dernières améliorations technologiques du moment.

Multiples plaisirs une fois à bord ! Déjà, tout bêtement, on ne monte pas tous les jours sur le pont d’un navire … de guerre … américain … chargé d’histoire ! Nous avons d’ici une nouvelle et belle vue sur le chantier naval, l'USS Constitution et sur un magnifique voilier amarré de l’autre côté du bassin. Et, pour finir, la visite du destroyer est très intéressante, inattendue et passionnante. 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Nous avons donc accès au pont supérieur, ses différents armements, les blindages, les tourelles des canons, les locaux où sont entreposés et montés les obus ; puis les salles de commandement, de vie … de survie ! Ainsi nous voyons la petite pièce réservée au bureau d’approvisionnement, essentiel dans le bon fonctionnement du navire,  la fourniture, la distribution, la gestion de toutes les denrées du bateau étant cruciale, des munitions au fuel, en passant par la nourriture et les produits de base. Le tout étant géré dans quelques mètres carrés ! 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Autre pièce, autre nécessité, voici la salle de soins, exigüe, elle aussi, juste le nécessaire ; le médecin de bord assurait les premiers soins, en cas de besoin d’un acte chirurgical le matelot devait être transféré sur un autre bâtiment. Le docteur faisait aussi office de bibliothécaire et d’aumônier du navire.

BOSTON en 4 jours - 3

Un peu plus loin, un petit box est réservé aux transmissions. Le poste de secours se résume à un cagibi dans lequel est entreposé un rudimentaire matériel d’intervention : extincteurs, casques, cordes, haches …  et plan du navire ! 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Nous voici maintenant dans une salle, plus grande, qui me parle davantage : la cuisine !! Matériel XXL pour nourrir tous ces marins ! 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Et un peu plus loin, plus inattendu, le pressing, avec un appareil à repasser … j’ai du mal à imaginer son fonctionnement en période de combat … mais la discipline militaire doit s’imposer partout et en toutes situations sans doute … et toujours le petit doigt sur la couture d’un pantalon impeccable ! 

BOSTON en 4 jours - 3

Retour au grand air … voici les torpilles ! 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Nous avons fait le tour du bateau, avons enrichi nos connaissances … permission de retourner à terre accordée !

Nous allons poursuivre la visite de Charlestown Navy Yard. Nous nous dirigeons vers la jolie promenade qui borde un autre bassin, le Dry Dock 2, qui accueille le beau voilier vu du Cassin Young, c’est le « Juan Sebastian de Elcamo », un navire-école de la Marine Espagnole ; le plus grand et le plus ancien vaisseau encore à flot de l’armada espagnole.

BOSTON en 4 jours - 3

Le bateau a été construit et mis à l’eau à CADIX en 1927, et depuis il peut s’enorgueillir d’une dizaine de tours du Monde. Il est maintenant utilisé dans la formation des élèves officiers, et  il parcourt chaque année les mers, ambassadeur de la Marine Espagnole, il fait escale dans un grand nombre de ports du Globe. Il porte le nom d’un navigateur-explorateur basque du XVème siècle.

BOSTON en 4 jours - 3

Quel plaisir de voir qu’on peut monter à bord ! C’est un magnifique voilier blanc qui mesure 113 mètres  de long, il est fin et élancé. Sur le pont, bois roux, cordages, cuivres forment un ensemble très élégant, raffiné … bien loin de l’image d’un navire de guerre. Nous pouvons nous promener librement sur le pont, un des élèves prend le temps de nous montrer le circuit effectué cette année, parti de CADIX le 6 janvier, pour arriver à BOSTON après un tour complet de l’Amérique du Sud, et la remontée jusqu’ici via le Canal de Panama.

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

lesEncore une visite aussi inattendue que plaisante.

Nous devons maintenant retrouver notre Freedom Trail, repartant vers le Visitor Center, nous allons dans Shipyard Park, le grand jardin du Chantier Naval, dans lequel a été édifié le Massachusetts Korean War Veterants Memorial , monument à la mémoire des hommes tombés durant la Guerre de Corée, il a été inauguré en 1993.

BOSTON en 4 jours - 3

Avant de quitter le Chantier Naval, je vais faire un petit tour au toilettes … ce qui n’aurait rien de bien passionnant si je n’étais tombée sur une petite affiche expliquant comment les marins d’autrefois vivaient ma situation : à l’extrémité avant du bateau (the head, sans doute en rapport avec la figure de proue !), une planche avec des trous en ligne … la mer en dessous … et voilà ! pas besoin de chasse d’eau … les toilettes sur les bateaux seraient toujours appelées comme ça de nos jours !! Amusant … Décidemment je me coucherai moins bête ce soir !! 

Bien, cette page culture « torchée » … il faut revenir au vrai tourisme ! Nous ressortons de la base navale et retrouvons notre petit chemin pavé de rouge.

Nous suivons Constitution Rd jusqu’à un square, City Square Park, un petit espace vert créé en 1996 à l’endroit exact de l’emplacement originel de Charlestown en 1629.

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Quittant ce square, nous devons maintenant rejoindre l’autre rive de la Charles River, le Trail emprunte le Charlestown Bridge. Le premier pont connu à cet endroit a été achevé en 1786, avant la traversée se faisait en bateau. Le pont métallique actuel, qui nous attend, a été, lui, construit en 1900. Il est long de 332 mètres … à nous, donc, cette traversée ! Elle nous donne l’occasion d’avoir une belle vue sur le port de plaisance de la ville. 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

A la sortie du pont, nous mettons le pied dans North End, le plus ancien quartier résidentiel de la ville.

En un petit quart d’heure nous sommes arrivés devant le prochain point d’intérêt du circuit : Copp’s Hill Burying Ground, c’est le deuxième plus ancien cimetière de BOSTON, celui-ci date de 1659. Il a eu depuis trois agrandissements. Il est situé sur une des collines de BOSTON, autrefois appelée Wind Mill Hill, à cause du moulin qui était en activité ici ; la colline a pris ensuite le nom d’un de ses occupants, William COPP, un cordonnier, qui vivait ici avec sa famille dans les années 1635. 

BOSTON en 4 jours - 3

Ce cimetière est vraiment très plaisant … si on peut dire ! Une belle pelouse de laquelle émergent les pierres tombales, tantôt alignées, tantôt dispersées, à l’ombre des grands arbres ou en plein soleil. Les stèles du XVIIème siècle sont encore étonnamment bien conservées. A côté de quelques personnages en vue de la ville, beaucoup d’artisans et commerçants du quartier sont enterrés ici, ainsi que de nombreux membres de la communauté afro-américaine qui résidaient au pied de la colline.

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Sortant du cimetière, nous remontons la petite rue jusqu’à une église perchée à son sommet, Old North Church. C’est la plus ancienne église de BOSTON, elle a été construite en 1723. Elle a joué un rôle important dans la Guerre d’Indépendance, en effet les patriotes attendent le signal qui annoncera l’arrivée des troupes anglaises ; dans la nuit du 18 avril 1775, Robert NEWMAN, le sacristain, va monter accrocher deux lanternes au clocher. Il a convenu d’un code avec Paul REVERE, une lanterne si l’ennemi arrive par la terre, deux si c’est par la mer (“One, if by land, and two, if by sea”). La formule va entrer dans l’histoire américaine. L’intérieur de la petite église en briques rouges est très agréable, en pur style géorgien, blanc, dépouillé, avec les mêmes petites séparations que nous avons déjà pu voir, dans  une petite niche le plus ancien buste de George WASHINGTON.

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Juste à côté de l’église, nous entrons dans St Francis of Assist Garden (le jardin de St François d’Assise), une  chapelle se trouvait là, fréquentée par une petite communauté italienne, aujourd’hui disparue, reste, depuis les années 70, ce petit jardin romantique, la chapelle a été transformée en magasin de souvenirs.

BOSTON en 4 jours - 3

Voici ensuite un autre jardin mis en valeur, le 18th Century Garden, le projet est , dans ce quartier aux maisons anciennes, de faire revivre un jardin tel qu’il était conçu au XVIIIème siècle, disposition et variétés des plantes ont été recréées ici. Ça donne une jolie profusion de verdure.

BOSTON en 4 jours - 3

Ces jardins nous conduisent sur une placette occupée par une curieuse installation, sur des fils tendus sont attachées des plaques d’identification militaires, il y en a des centaines. C’est le War Memorial (mémorial de la guerre), chaque plaque (dog-tag) rend hommage à un soldat tombé sur les fronts d’Irak ou d’Afghanistan … et il y en a tellement ! Les plaque sont vierges, elles ne portent aucun nom, aucune mention … elles sont juste là pour témoigner. 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Nous sortons de ces « jardins » et arrivons sur Paul REVERE Mall. C’est une promenade piétonne, pavée de briques, au centre de laquelle se dresse la statue équestre du héros, le représentant lors de sa folle chevauchée du 18 avril 1775, devenue légendaire et emblématique de la Guerre d’Indépendance.

BOSTON en 4 jours - 3

Paul REVERE est issu d’une souche protestante française ; son père, Appollos RIVOIRE, est né en Gironde, sa famille choisit l’exil après la révocation de l’Edit de Nantes. Paul REVERE (RIVOIRE s’est transformé en REVERE) nait en décembre 1734 et devient un artisan orfèvre prospère, on sait aussi qu’il était un graveur sur cuivre de grand talent … et un dentiste, installant des fausses dents à ses contemporains. Impliqué dans la vie communautaire, lorsque le ton monte entre le Royaume britannique et les colons, il devient coursier pour le Comité de Sécurité du Massachusetts, assurant la transmission des nouvelles, des décisions, avec NEW YORK ou PHILADELPHIE. Arrive la fameuse nuit … le Docteur WARREN (celui de Bunker Hill) l’envoie à LEXINGTON, un peu plus au nord, pour avertir Samuel ADAMS et John HANCOCK que les troupes anglaises se sont mises en marche vers eux par la voie maritime. REVERE saute sur son cheval vers 22 heures et file vers le nord, alertant les villageois sur son passage. Au terme de sa « Midnight Ride », il arrive vers une heure du matin. Il est ensuite arrêté par une patrouille anglaise, retenu plusieurs heures avant d’être libéré. Désormais sans monture, il parviendra malgré tout à rejoindre ses compatriotes pour la bataille. Après la guerre, en 1790, il ouvre une fonderie qui va alimenter les chantiers navals voisins, dans la foulée il crée un laminoir, et fournit les plaques de cuivre de la coque de l’USS Constitution et du dôme de la State House. Il s’investit dans des œuvres de bienfaisance. Il meurt le 10 mai 1818, à l’âge de 83 ans et est enterré dans Granary Burying Ground, que nous avons déjà visité.

Voilà pour l’homme, passons à la statue … la ville tarde à être reconnaissante, on commence à y travailler en 1883, le projet est choisi en 1899 (quand même !), et la statue est inaugurée en 1940 !! et elle est finalement bien belle.

BOSTON en 4 jours - 3

A la sortie du Paul REVERE Mall, nous arrivons devant une nouvelle église, St Stephen’s Church, toujours dans le même style architectural géorgien. Elle est construite en 1804, sur les plans de l’architecte Charles BULFINCH, à l’emplacement de l’ancienne église érigée ici en 1714. La cloche est fondue dans les ateliers de Paul REVERE. Elle s’appelle alors « New North Church » (en écho à sa voisine « Old North Church »), c’est une église unitarienne ; elle prend son nom actuel en 1862, devenant alors une église catholique. En 1897, l’intérieur est ravagé par un incendie,  et en 1929, c’est le sanctuaire qui est endommagé. Le 23 juillet 1890, la petite Rose FITZGERALD y est baptisée, elle deviendra plus tard Madame KENNEDY, la maman de JFK.

BOSTON en 4 jours - 3

Nous entrons dans l’église, l’intérieur est d’une charmante simplicité, tout blanc, très lumineux. Ça n’a pas toujours été le cas, des gravures au mur montrent la décoration, chargée, antérieure à l’incendie ; en 1950, on y trouve encore pas mal de fresques ; il n’y a plus aujourd’hui qu’un discret chemin de croix.  Bien sûr nous nous attardons un peu devant les fonts baptismaux.

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Retour au Freedom Trail, avant d’être de nouveau interrompus par un curieux jardin, un espace délicat, très joli, calme, un vrai havre de paix, mais cantonné derrière de hautes grilles chargées de protéger des belles statues, de la Vierge, du Christ et des Saints. Nous sommes devant St Leonard’s Peace Garden, jardin attenant à l’église du même nom, construite en 1873 par la communauté italienne, c’est la première église catholique romaine de Nouvelle Angleterre. 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

PLe Chemin de la Liberté s’évade maintenant vers North Square Park, une place triangulaire, pavée, sertie de maisons en briques rouges. Au fond, une grosse église trapue, Sacred Heart Church (l’Eglise du Sacré Cœur), c’est la troisième église construite sur ce site, une en 1676 qui a brulé, la suivante en 1770 et la construction actuelle datant de 1833. En 1884, elle est rachetée par la communauté des immigrants italiens, et devient Sacred Heart Church en 1888.

BOSTON en 4 jours - 3

Devant elle, la placette est délimitée par de lourdes chaines, elle est égayée par un joli massif fleuri. C’est la plus ancienne place publique des Etats Unis, elle remonterait à 1649 ; et c’est aussi ici que se situe la maison de Paul REVERE, juste au bout de la place, une vilaine maison grise, en bois. 

BOSTON en 4 jours - 3

La maison a été construite en 1680. REVERE  y a vécu, avec sa famille, de 1770 à 1800, soit pendant la Guerre d’Indépendance. C’est drôle de penser que le soir du 18 avril 1775 il a dû souhaiter le bonsoir à sa femme, lui prodiguer des conseils de prudence avant de partir pour une chevauchée nocturne qui allait faire de lui un héros national.

La maison se visite (entrée 3,50$), mais il est bientôt 15 heures et nous préférons continuer notre découverte.

Nous sommes surpris de trouver beaucoup de restaurants assez luxueux dans ce quartier. Plus rien à voir avec les fast-foods, ici les nappes et serviettes sont en tissus, les tables joliment dressées. C’est décidemment le coin de la gastronomie, car, quand ce ne sont pas des restaurants, ce sont de belles boutiques comme celle du traiteur italien qui nous attire tout particulièrement !! 

BOSTON en 4 jours - 3

Et voilà, il est plus de 15 heures et nous sortons du vieux quartier de North End. Débouchant d’Hanover St, nous traversons Cross St et arrivons dans un agréable jardin public qui fait le lien entre le vieux quartier de North End, et celui, plus moderne du centre-ville dont nous apercevons les buildings. 

BOSTON en 4 jours - 3

North End Park est un espace vert très agréable, de grandes pelouses, des bancs, des tables et des chaises, une allée de parasols et des jets d’eau qui sortent du sol pour faire le bonheur des enfants qui peuvent s’y rafraichir par ce chaud après-midi d’été. Et les gamins s’en donnent à cœur joie ! 

BOSTON en 4 jours - 3

On s’assied au bord de ces plans d’eau … avant de reprendre notre promenade, nous tombons sur un grand marché alimentaire, les fruits et les légumes sont vraiment bon marché, et très variés et appétissants. Bizarrement, les vendeurs de viandes, poissons et fromages sont installés dans des petits magasins en sous-sol. 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

La balade continue, on est de retour dans un quartier plus commerçant, et on se retrouve à Faneuil Hall, on monte les marches juste en face du monument et on arrive sur une grande terrasse sur laquelle sont installées des grandes chaises pour le repos des promeneurs. 

BOSTON en 4 jours - 3

On s’y installe, coincés entre le BOSTON historique à nos pieds, et le BOSTON moderne si on lève les yeux vers les gratte-ciel qui nous entourent. 

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

On passe de la statue de Samuel ADAMS, en contrebas devant le Visitor Center, à celle de William « Bill » FENTON RUSSELL, la star du basket de l’équipe de BOSTON dans les années 60.

BOSTON en 4 jours - 3
BOSTON en 4 jours - 3

Bien, il est temps de rentrer, notre journée de tourisme est terminée pour aujourd’hui. 

BOSTON en 4 jours - 3

Bel itinéraire qui nous a fait découvrir la partie la plus ancienne de BOSTON, chargée de l'histoire de la guerre d'Indépendance.

Difficile d'établir un classement entre l'ascension de Bunker Hill Monument, la visite du chantier naval et des bateaux, et cette succession d'églises charmantes.

BOSTON en 4 jours - 3

AIRB&B, toujours notre agréable chambre dans la belle maison de Gerta à Winthrop

commentaires

Haut de page