Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jour 3 - GUIMARÃES

par Dan SAUBION 16 Juillet 2016, 15:25 PORTUGAL

Au programme aujourd’hui la découverte de GUIMARÃES.

 

GUIMARÃES a une place à part au Portugal, la ville est considérée comme le berceau de la nation. Au Xème siècle, la comtesse galicienne Mumadona est installée ici, devenue veuve, elle décide d’édifier un monastère sur son domaine, et de le protéger des invasions des Normands et des Musulmans par une forteresse.

La cité prospère, et à la fin du XIème siècle, un couple que nous avons déjà croisé vient s’y établir, il s’agit d’Henri de Bourgogne et Thérèse de Castille (Henrique et Teresa),  c’est ici que va naitre en 1110, dit-on, leur fils Afonso Henriques, le futur premier roi du Portugal. Plus tard, c’est à GUIMARÃES qu’aura lieu, en 1128, la bataille de São Mamede qui oppose Teresa, régente des biens de son époux bourguignon et héritière des princes de Castille, à son fils qui souhaite rompre son lien de vassalité avec l’Espagne et donner l’indépendance à son pays en poursuivant la Reconquête contre les Maures. Il se proclamera roi du Portugal en 1140, le pays sera officiellement reconnu par le pape en 1179 ; mais ce n’est qu’en 1256 que LISBONNE en deviendra la capitale !

 

On commence par un petit tour à l’Office du Tourisme, l’accueil est exceptionnel, l’employé qui parle très bien français me remet un plan de la ville, il m’indique ce qu’il faut voir et me dessine même les itinéraires.

Nous voici donc bien équipés pour visiter la ville dans les meilleures conditions.

Suivant les conseils reçus, on commence donc par la visite de la colline du château, il suffit de remonter la rue qui part du centre d’informations.

Les premières images que nous avons de la ville sont très séduisantes, façades fleuries, rues pavées, placettes calmes, …

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous passons devant le Convento de Santa Clara, construit au XVIème siècle, il a été abandonné en 1834 au moment de l’extinction des ordres religieux (décrétée au terme de la guerre civile consécutive à la succession de Jean VI), le couvent est transformé en séminaire avant de devenir, depuis 1975, la mairie de la ville.

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous arrivons Largo do Carmo, un ravissant jardin public, bordant le couvent. On admire les beaux arbustes fleuris, avec leur surprenante floraison blanche et mauve, c’est joli et frais.

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Une demi-heure après notre arrivée en ville, nous sommes devant la statue d’un chevalier en armure, c’est le roi Afonso Henriques. Derrière lui, le parc du Palais des Ducs de Bragance (Paço dos Duques) et un peu plus loin le château (Castelo) où nous nous rendons.

Jour 3 - GUIMARÃES

Il s’agit donc d’une grosse fortification édifiée au Xème siècle pour protéger le monastère de la ville. A la fin du XIème siècle, Dom Henrique (Henri de Bourgogne) la fait renforcer et en fait son château. Au fil du temps et de l’évolution des techniques militaires, la construction évolue avant d’être laissée à l’abandon après avoir perdu son importance défensive.

Il ne reste, finalement, que l’ossature du château, les remparts, les tours et le donjon auquel est accroché le drapeau blanc à croix bleue du Minho. L’entrée est libre, et le site bien aménagé, des jeux d’époque sont à la disposition des visiteurs, les élèves d’une école s’en donnent à cœur joie ! 

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

On fait le tour des remparts, profitant des vues sur les toits du Palais Ducal tout proche et ses 39 cheminées.

Jour 3 - GUIMARÃES

A la sortie, nous allons voir, dans le parc, entre château et palais, l’église de São Miguel. C’est une toute petite chapelle romane chargée d’histoire pour les portugais, c’est ici qu’aurait été baptisé Dom Afonso Henriques et, sous les dalles du sol, sont inhumés de nobles guerriers de l’époque. 

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous allons jusqu’au Palais ducal, on hésite à faire la visite, il est près de midi, il y a plein de monde, l’entrée coûte 5€ … on laisse tomber et on continue. Nous nous contenterons d’admirer l’extérieur de ce palais construit au début du XVème siècle par Dom Afonso, premier duc de Bragance et bâtard du roi João Ier. Sa femme, devenue veuve, se tourna vers la religion et ouvrit le palais aux plus nécessiteux. Il a été l’objet d’une importante restauration en 1933, et est l’une des résidences officielles du Président de la République.

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous jetons un rapide coup d’œil au Convento de Santo Antonio dos Capuchos, construit au XVIIème siècle, et appartenant à la Santa Casa da Misericordia qui l’a transformé, en 1842, en hôpital. Il est maintenant occupé par un musée.

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous repartons vers le centre-ville, repassant devant le Convento de Santa Clara et les beaux azuléjos de sa façade latérale

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Puis nous remontons la rua de Santa Maria ; c’est l’une des rues les plus anciennes de la ville. Elle a une grande valeur historique car cette petite ruelle médiévale reliait, à l’origine, le Château au Monastère fondés par la Comtesse Mumadona. Elle  a longtemps été habitée par l’élite de la ville (nobles, religieux ou bourgeois). C’est aujourd’hui un joli passage, avec de belles maisons à balcons en fer forgé, ou en bois travaillé, souvent fleuris ; les façades sont blanchies à la chaux, soulignées de granit. Au passage, je m’arrête pour regarder les bonnes pâtisseries exposées dans une vitrine… bien appétissant tout ça ! 

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Nous débouchons sur la grande place, Praça São Tiago. C’est une place triangulaire qui a conservé son tracé original médiéval. L’apôtre São Tiago (Saint Jacques) y aurait déposé une image de la Vierge, et au XIème siècle, Dom Henrique aurait fait construire ici une chapelle vouée au saint, remplacée par une autre au XVIIème. Elles ont toutes deux disparu, remplacées par une coquille gravée dans le sol … qui disparait aujourd’hui sous les terrasses de café. 

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Au coin de la place une curieuse galerie d’arcades relie la Praça de São Tiago au Largo da Oliveira. Il s’agit de l’ancien Hôtel de Ville (Antigos Paços do Concelho) dont la construction aurait débuté au XIVème siècle pour être achevée au XVIIIème, ce qui explique l’allure surprenante de cet édifice.

Jour 3 - GUIMARÃES

On passe sous les arches pour arriver Largo da Oliveira, une grande, riche et belle place qui doit son nom à un miracle. Un olivier planté en face de la petite église de Santa Maria meurt. En 1342, un commerçant place une croix normande au pied et l’arbre redonne feuilles et fruits ; on y voit un miracle, bientôt l’église devient Santa Maria da Oliveira (Sainte Marie de l’olivier), la place le Largo da Oliveira (la place de l’olivier). Hélas, en 1870 l’arbre est retiré en dépit de l’avis du peuple furieux ! Il sera replacé en 1985, à son emplacement – supposé – originel. 

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Nous entrons donc dans l’église, dont la visite (église et cloître) est payante (2€).

L’igreja da Nossa Senhora da Oliveira est l’église du couvent construit à la demande de la comtesse Mumadona. La collégiale et la salle capitulaire subsistent, maintes fois remaniées. C’est un centre religieux important faisant partie de l’itinéraire des pèlerins de Compostelle. Nous faisons le tour du cloître, tout petit, puis de l’église plutôt austère malgré un bel autel en argent et le buffet d’orgues mis en valeur par la charpente en bois.

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Sur la place se trouve une curieuse petite construction, un petit édicule gothique qui abrite le Padrão do Salado (pilier du Salado), il commémore la bataille du Salado qui a vu le triomphe des armées portugaises et espagnoles sur les Maures en 1340. La fameuse croix normande de l’olivier est à l’abri sous le monument.

La place est très vivante, il y a des commerces tout autour, des terrasses un peu partout. 

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous suivons les conseils donnés à l’Office du Tourisme pour aller, maintenant, vers le Largo do Toural, le cœur de la ville actuelle. Cette longue place a toujours été un centre de vie à GUIMARÃES. Au XVIIème siècle, c’est un marché aux bestiaux hors les murs qui se tient là, ainsi que les touradas (corridas portugaises à cheval), ce qui donne son nom à la place. En 1878, le Toural devient jardin public, c’est maintenant une place pavée (des petits pavés bombés !) qui a retrouvé sa fontaine Renaissance qui avait été placée là en 1583, puis déplacée aux XIX et XXème siècles.

La place est agréable, même si elle semble un peu vide ; elle est égayée par les belles demeures du côté nord, et l’église São Pedro rompt la monotonie des façades à l’ouest. Elle est la première église de la région de BRAGA à avoir reçu la qualité de basilique, elle a été construite en 1737. 

Jour 3 - GUIMARÃES

A l’extrémité de la place, après la fontaine, au tout début de l’Alameda de São Dâmaso, un arrêt impératif devant un morceau de rempart et une inscription : « AQUI NASCEU PORTUGAL », pas d’équivoque dans le texte ! GUIMARÃES se revendique berceau du Portugal ! 

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous suivons cette longue promenade, un grand jardin public, jusqu’au Largo Repùblica do Brasil, une longue avenue formée de trois grands parterres. Nous sommes dans la partie moderne de la ville, c’est au bout de cette avenue que nous trouverons le téléphérique.

Jour 3 - GUIMARÃES

La perspective est très jolie, après les étendues fleuries, la petite église de Nossa Senhora da Consolação e Santos Passos (Notre Dame de la consolation et des Saintes Etapes) ; au XVIème siècle, c’est un discret petit ermitage baroque qui est construit ; les deux tours, l’escalier et la balustrade viendront compléter le monument un siècle plus tard. 

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous nous mettons en quête du téléphérique … pas facile à trouver ! En chemin on voit, sur les talus, beaucoup de digitales, cette plante portugaise qui fleurit beaucoup à Madère. 

Jour 3 - GUIMARÃES

Arrivés à la « gare » du téléphérique, nous sommes tout seuls ! On achète nos billets, 5€ l’aller-retour (ida e volta), le départ est prévu à 13h30. Nous montons dans une cabine, et c’est parti pour près d’une dizaine de minutes de montée.

Le Teleférico de GUIMARÃES est le premier à être installé au Portugal, il a ouvert le 11 mars 1995 ; depuis il draine les touristes de tous horizons jusqu’au MONTE PENHA, sur une distance de 1,7 kilomètres et une pente de 400 mètres !  

Pendant la montée, c’est amusant de voir les arbres, pins et eucalyptus, défiler au-dessous de nous ; de magnifiques villas avec piscine aussi.

Jour 3 - GUIMARÃES

A l’arrivée, nous ne savons pas trop dans quelle direction aller, nous ne voyons que des sentiers et de gros blocs de rochers moussus.

La colline est aménagée pour les visiteurs, des sentiers qui serpentent entre les rochers, des statues dispersées, des grottes, des passages … et on arrive sur l’esplanade du sanctuaire ; elle semble immense par rapport à l’édifice de construction contemporaine. Ici plus rien à voir avec les constructions baroques des environs de BRAGA ; pour Monte Penha, les travaux ont commencé en 1930, en 1939, un incendie en détruit une partie, retardant les finitions ; l’inauguration n’aura lieu qu’en 1947.

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

On entre dans l’église qui est aussi sobre à l’intérieur qu’à l’extérieur. 

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

On retourne vers la gare du téléphérique en passant par d’agréables chemins qui serpentent autour de gros rochers qui semblent en équilibre, fendus par un coup d’épée de légende !

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Une heure plus tard, on reprend le téléphérique dans le sens de la descente … il y a toujours autant d’animation !

 

Jour 3 - GUIMARÃES

Nous retournons vers la voiture après une vadrouille de sept kilomètres en ville. Maintenant, direction le bord de mer à POVAO DE VARZIM … où se trouve l’un des rares casinos du Portugal.

Nous prenons l’autoroute qui traverse des paysages agricoles, champs, vignobles, prés avec des vaches … et forêts, petits villages. On voit encore les pieds de vigne poussant en hauteur, accrochés parfois à un pylône électrique, si le terrain est en pente, la vigne pousse à cheval sur les deux niveaux.

Nous arrivons à POVOA DE VARZIM et allons nous promener le long de cette belle et longue plage de sable fin équipée de petites tentes en tissus rayé; il y a pas mal de monde, mais peu de gens se baignent. 

Jour 3 - GUIMARÃES

On va ensuite vers le casino, un joli pavillon blanc du côté du petit port de pêche, l’occasion encore d’une plaisante balade au bord de l’eau. Il y a des bateaux colorés, la capitainerie sur le quai, des conserveries un peu plus loin, sous l’ancienne protection de la citadelle. 

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Le casino, quant à lui, a été construit entre 1930 et 1934, modestement inspiré de l’Opéra Garnier et du Casino de Monte Carlo. Sur la grande esplanade, devant l’établissement, des beaux arbres à fleurs rouges ne passent pas inaperçus, un feuillage vert sombre et des fleurs spectaculaires rouge vif, ce sont des rince-bouteille (callistemon).

Nous entrons prendre le frais dans le Casino … c’est bien tout ce que nous en tirerons !!! 

Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES
Jour 3 - GUIMARÃES

Retour chez Fatima pour notre dernière soirée à BRAGA, demain nous partons pour PORTO, nouveau point de chute de notre Portugal Trip !  

Jour 3 - GUIMARÃES

GUIMARÃES ! Une charmante ville, un centre historique riche, de plaisantes places très vivantes. Un vrai coup de cœur pour GUIMARÃES.

Jour 3 - GUIMARÃES

Via airbnb : toujours chez Fatima, pour la dernière nuit GARDENIA RESIDENCE

https://www.airbnb.fr/rooms/5628321

commentaires

Haut de page