Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

THE LAST FACE

par Dan SAUBION 11 Janvier 2017, 22:15 Billets d'où

THE LAST FACE

La guerre fait rage au Liberia. Wren, directrice d’une ONG, se rend sur le terrain pour rendre compte de l’action de l’organisation. Sur place, elle est amenée à travailler avec l’équipe de Médecins du Monde, dont Miguel, un séduisant chirurgien espagnol. Une idylle se noue entre eux, malgré leurs différences et la guérilla violente et sanguinaire qui les entoure.

C’est le dernier film de Sean PENN dont on connait l’humanisme et l’engagement politique. Il parle donc d’un sujet, qu’a priori, il connait bien. Quel dommage qu’il plaide aussi mal sa cause. Il passe à côté de tout, son sujet, son histoire, ses personnages, sa façon de filmer ! Rien ne tient la route, tout est bancal ; on assiste, démunis, à ce grand loupé pourtant plein de bonnes intentions … il parait que l’Enfer en est pavé !

Alors donc ? quoi donc ? Sean PENN nous montre, complaisamment, les horreurs de la guerre. Certes, la guerre c’est moche, mais les bistouris qui tranchent dans le vif, les boyaux qui se déroulent dans la nature et le sang qui dégouline, ça peut détourner du vrai sujet, d’autant que nous sommes constamment ramenés vers l’histoire d’amour aussi niaise que convenue. Et si ces joyeusetés sont montrées avec netteté, il n’en va pas de même pour nombre de séquences où l’image est, volontairement, tout ou partie floue, quand elle ne virevolte pas comme prise dans une spirale infernale !!!  et puis il y a le montage … des flashback qui perturbent le rythme du film, le faisant partir tous azimuts et nous faisant perdre le fil de la romance alambiquée et du discours politique qui ne parvient pas à s’installer … sauf dans l’interminable et poussif discours final ! Et que dire du lien entre ces peuples martyrs aussi irréconciliables que ces amants tragiques !!!

Et si, au moins, l’interprétation rachetait l’affaire ! Bien sûr il y a la superbe Charlize THERON … belle mais larmoyante … on dirait un lapin albinos !! Elle aura conquis la gente masculine, sauvant le film du pilon. Surprise de trouver au générique … Jean RENO … dont le seul intérêt est de voir son nom au générique ! et Adèle EXARCHOPOULOS, insupportable, geignarde. Enfin le charme hispanique de Javier BARDEM pourrait relever le niveau … mais même armé de bonne volonté, on n’arrive pas à le suivre !

Au final, on se dit qu’il a fallu beaucoup d’application pour rater à ce point un film pourtant prometteur … comme quoi une belle affiche ne suffit pas …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

Haut de page