Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

3 BILLBOARDS - LES PANNEAUX DE LA VENGEANCE

3 BILLBOARDS - LES PANNEAUX DE LA VENGEANCE

Trois énormes panneaux publicitaires laissés à l’abandon marquent l’entrée de la petite ville d’Ebbing – Missouri. Mildred HAYES va les louer pour porter son message : sa fille Angela a été tuée, violée pendant son agonie, les mois passent sans que la police ne procède à une arrestation … WILLOUGHBY, le chef de la police est nominalement mis en accusation …

Cette initiative va faire quelques remous.

 

Un film âpre, aigre, amer, acide, mais qui trouve le moyen de laisser une grande place à l’humour.

 

En racontant l’histoire de cette femme qui ose se dresser contre l’ordre établi et bousculer les codes d’une citoyenneté politiquement correcte, Martin Mc DONAGH dresse une galerie de portraits de personnages plutôt antipathiques, souvent borderline, aux caractères bien trempés mais qui se révèlent passionnants et attachants.

Dans ce tableau d'une petite ville presque sans histoire et qui ne veut pas de vague, le réalisateur parvient à déplacer notre intérêt de l’action proprement dite vers les relations chaotiques entre les protagonistes. Il jongle avec les scènes, les relance d’une pirouette, nous surprenant sans cesse en nous conduisant là où on ne s’attend pas, désamorçant une tension d’un sourire, concluant sur une pique vacharde ou un geste de tendresse.

Le discours du film est de la même veine, dans cette Amérique profonde, armée jusqu’aux dents de mauvais sentiments où l’autodéfense fait loi, il parvient à voir poindre une pointe d’humanité.

 

Le film s’articule autour du personnage de Mildred, la formidable Frances Mc DORMAND, cette mère détruite et va-t-en-guerre. Elle est cash, sans fard, grandiose.

Point de gravité du film, elle laisse malgré tout une belle place à ses partenaires/adversaires : Woody HARRELSON (le chef WILLOUGHBY) donne beaucoup   d' éclat à son rôle ; Sam ROCKWELL, impeccable ; et Peter DINKLAGE, touchant ; et tous … chacun parvenant à tirer son épingle de ce jeu où chacun cache si bien le sien.

 

 

Un sacré bon film.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article