Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UN SECRET

par Dan 9 Octobre 2007, 21:00 Billets d'où

               

 Cécile de France, Ludivine Sagnier, Patrick Bruel, Claude Miller dans Un secret (Affiche)

François est un enfant chétif et discret qui vit dans son monde. Solitaire, il s'est inventé un frére athlétique qui le domine. Il vit entouré de l'affection de ses parents qu'ils voit forts, sportifs et aimants, même s'il ne se sent pas à la hauteur des attentes de son père. Il parvient à être lui-même en compagnie de leur voisine, amie de longue date de ses parents, Louise. Autour d'eux gravitent des parents proches, tous juifs, alors que ses parents, eux, n'affichent pas leur religion et vont jusqu'à le faire baptiser, assumant totalement leur scission.
L'enfant, grandissant, se cherche et se révolte un jour où il doit affronter les images des camps de concentration. Louise va alors lever définitivement le voile sur le passé de ses parents et lui révéler la vraie histoire familiale, lourde d'une pesant secret. 

Trop ou pas assez, il manque quelque chose à ce film pour être à la hauteur du livre ; à moins que l'erreur ait été de lire le livre avant de voir le film ? en tous cas, nous restons sur une sensation de déception, d'une oeuvre superficielle par rapport à la force, à l'intensité de cet ouvrage si passionnant et prenant que je l'ai dévoré d'une traite, en trois heures, un après-midi d'été.

Où est-ce que la réalisation pèche, je n'en sais trop rien tant elle est fidèle à l'histoire que nous raconte Philippe GRIMBERT ? Mais ses personnages sont, à travers ses mots, profonds, émouvants, et tellement attachants ; on les suit avec passion et on les quitte bouleversés. Or, dans le film, tout cela demeure assez superficiel, un peu dénaturé et clairement affadi. Le trait est parfois accentué, et rend un personnage fort, rigide ; une femme délicate, douce et perdue, insignifiante et incohérente ; l'attirance longtemps refoulée mais qui  se révèle à travers les chagrins vire  à l'adultère pur et simple. Quel dommage ! 
Et pourtant tout était réuni pour aboutir à un grand film. Grand, il l'est par son esthétisme, sa distribution ; le montage est un peu boiteux même s'il se veut imaginatif. 
Belle affiche : Cécile DE FRANCE est lumineuse, racée, très belle et élégante. Patrick BRUEL, en charge d'un rôle lourd, est un peu trop "monocorde", ce qui ne lui ressemble pas. Ludivine SAGNIER saborde vite son personnage qui n'attire pas la sympathie. Celle qui, à mes yeux, tire le mieux son épingle du jeu, est Julie DEPARDIEU, servant avec intelligence et modestie le récit de Louise.

Le film sera probablement dans la "course aux César" ... de là à dire que c'est mérité ???

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page