Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

GONE BABY GONE

                     Gone Baby Gone

Une fillette de trois ans a disparu dans les faubourgs de Boston. L'oncle et la tante de l'enfant font appel à un couple de détectives privés ; alors que la mère, droguée, est dépassée. Les enquêteurs vont devoir remuer la lie des bas quartiers pour retrouver la trace de la petite, parallèlement à la traque policière menée par un inspecteur pugnace, et un capitaine de police très impliqué ...

Ce film est machiavélique, c'est une enquête "à tiroirs", où l'issue d'une situation ouvre la porte à un rebondissement inattendu, et de fil en aiguille, on dénoue la trame de cette disparition où chacun, conditionné par son passé, et fort de ses convictions, va devoir prendre, au prix de difficiles cas de conscience, des décisions lourdes de conséquences.
 
C'est le premier film mis en scène par Ben AFFLECK, belle reconversion pour l'acteur qu'on n'a pas vu dans un rôle fort depuis un bon moment !  Et bonne nouvelle, la star gominée au sourire ravageur a un joli talent de réalisateur. A la fois très conventionnel mais aussi résolument moderne, cette curieuse alchimie donne un film vif et dur mais qui porte une grave réflexion sur la responsabilité. Une patte "estwoodienne" dans le style et l'esthétique de ce film, pour un acteur quand même pas génial , passé à la réalisation avec inspiration !!

Et côté interprétation ; c'est une délectation !!! en tête, Casey AFFLECK, le petit frère , dans le premier rôle !!! Il est de toutes les scènes !! Il nous communique ses certitudes jusqu'à ce que ...... Il fait face à deux monstres sacrés du cinéma américain : le toujours parfait Morgan FREEMAN, encore une fois épatant de talent et d'humanité ; à ses côtés Ed HARRIS, métamorphosé, stupéfiant dans son rôle de vieux flic revenu de tout intransigeant. Quand aux rôles féminins, si celui de Michelle MONAGHAN, pleine de charme, joue un peu les "utilités" ; Amy RYAN, mère droguée, loin d'être parfaite, est étonnante.

En résumé, la dernière bonne surprise de l'année.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article