Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AU BOUT DE LA NUIT

par Dan & C° 2 Juillet 2008, 07:36 Billets d'où


                          Au bout de la nuit

Policier d'élite de Los Angeles, Tom LUdlow entre tue tout le monde, libère deux gamines séquestrées et rafle les lauriers, ses "petits" écarts étant couverts par son chef.
Mais ses méthodes un peu expéditives ne sont pas du goût de tout le monde, son ancien collègue les lui reproche, et les services internes sont aussi en alerte.
Aussi quand l'ex-partenaire se fait tuer, et que les circonstances portent à croire qu'il est coupable, difficile pour lui de trouver du soutien .. et d'y voir clair.

C'est du lourd ... façon indigeste ! Rien ne nous est épargné ! Que du déjà vu, de la psychologie à 2 balles, pas une once de nuance, et un suspense ... brrrr .... terrible ! l'hémoglobine qui gicle et les regards appuyés dans une atmosphère glauque pas crédible une minute.

Il y a des méchants et .... des méchants ! 
A peine l'esquisse d'un bon sentiment ; de noble cause que nenni, tous pourris jusqu'à la rédemption finale .... il ne manque plus que l'ombre de la bannière étoilée pour toucher le fond du ridicule.

"Dirty Harry "peut dormir sur ses deux oreilles, ces canards boiteux ne lui arrivent pas à la cheville ! Le salopard solitaire baladait sa dégaine et son rictus avec panache et conviction. Le pauvre Keanu REEVES trimballe ses macchabées avec un regard de chien battu ; et pourtant il s'applique, pas de quartier, du nettoyage en règle, avec la bénédiction de son chef ; mais alors qui sont ces si méchants qui soufflent sur sa pauvre tête ? On a aussi droit au "Pars, Chérie, moi je reste car si je ne fais pas le sale boulot qui le fera ? " ....
Ouh, la,la ... on lui en veut ? mais qui donc peut s''acharner sur un policier d'élite comme lui ? Un si brave garçon !!

Côté distribution, nous étions alléchés par l'affiche, deux pointures quand même ! Keanu REEVES, donc, mérite bien qu'on fignole un peu son costard tellement il est à côté de la plaque : impassible, impersonnel, imperméable, impossible, il traverse le film avec la même tête qu'il vienne de prendre une raclée, tuer quelques types, enterrer son ami  ou embrasser sa copine ....
Côté guignol, Forrest WITAKER, force notre respect ; il est grimacier et agité, ce qui ne sert pas son personnage déjà caricatural ... et la scène finale est un vrai bijou ! Hélas !!!
Et il y a Hugh LAURIE (Dr House, le héros du petit écran) ... rasé de près et dans le rôle du rusé renard, il a de faux airs du Clint EASTWOOD des fameuses années "Dirty Harry" , mais le cynisme du cher docteur lui convient mieux et il semble falot sur grand écran ....  

Merci la Fête du cinéma de nous avoir offert ce chef d'oeuvre à 2€, ça ne valait pas davantage.

commentaires

Haut de page