Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

DUPLICITY

                        Duplicity



Deux anciens espions, elle ex de la CIA, lui démissionnaire du MI6, sont reconvertis dans l'espionnage industriel. Après avoir déjà été en concurrence sur le terrain international, les revoici face à face pour l'extorsion d'une formule qui assurerait la fortune à la firme qui l'exploiterait la première. Chacun soutenu par son clan, à la fois rivaux et associés, attirés l'un par l'autre,  ils cherchent à s'emparer de la fameuse formule dans un contexte où tous les coups (même les plus tordus) sont permis.

Un scénario très dense, machiavélique, presque confus, parfois, si on ne veut pas perdre le fil ! Le montage du plan, les faux-amis et les flash-back brouillent habilement les pistes ; mais du coup, ces tours de passe-passe deviennent parfois trop pesants pour la fluidité du film qui perd sa légèreté et auquel il manque, à mon goût, un brin de peps, la touche de fantaisie glamour qui en aurait fait une réussite. Cette complexité nuit à l'ensemble ; la réalisation s'applique à nous faire la démonstration de sa grande astuce, notre esprit tente de ne pas "décrocher" et finalement il en ressort une impression de lourdeur quand on attendait un spectacle jubilatoire ! A côté "Ocean's eleven" et surtout "L'affaire Thomas Crown", dans le même style, sont bien meilleurs !

Même constat un peu désolé au niveau de l'interprétation, les deux acteurs principaux sont bons (comme on dirait d'un élève qu'il est "gentil"  pour qualifier son manque de relief !!), mais rien de bouleversant ! Clive OWEN, charmant et charmeur, est trop souvent dans le registre du manipulateur-manipulé; et Julia ROBERTS a perdu l'étincelle qui illuminait "Pretty woman" ou "Erin Brockovich", elle est finalement assez terne dans ce rôle pourtant porteur.

Mouais, pas un mauvais film, pas un mauvais spectacle ; mais le regret de s'être attendu (à tord - mea culpa) à mieux, à quelque chose de malin, brillant, pétillant ; ce que je n'y ai pas trouvé.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article