Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

NORMANDIE - Rouen, pays de Bray, de Caux .... - Avril 2009

 


Nous avons devant nous les trois jours du week-end de Pâques ; l'idée d'une escapade normande a germé : Rouen, puis étape à Forges les Eaux, un tour à la mer vers Dieppe, et découverte de la région en fonction de la météo. Proposition immédiatement adoptée mais soumise aux caprices du temps.


Nous avons eu de la chance, les cieux sont restés cléments avec nous ; pas franchement généreux mais ils nous ont livré la brume plutôt que la pluie, ce qui, en un sens, n'a pas desservi le plaisir des yeux, offrant de fantomatiques images.
                      

 




Quelques petits tours de roues et nous voici arrivés à ROUEN que nous allons découvrir.
Le centre ville historique est un régal pour le promeneur. ..... Déjà l'automobiliste a la satisfaction de pouvoir garer facilement son véhicule dans les nombreux parkings de la ville (en sous-sol, ou en surface grâce au sympathique système "Park en Ciel" et ses horodateurs humains !.... c'est payant, d'accord, mais tellement commode quand on est en villégiature et qu'on cherche à éviter les "prises de tête" !!). Le visiteur, lui flânera avec plaisir dans cet ancien quartier de la ville, agréablement rénové.

Central et incontournable, le Vieux Marché, vivant et coloré .... et qui sent bon le poisson frais ! Sa  silhouette particulière souligne la place bordée de petits restaurants d'une part et l'emplacement du bûcher de la Pucelle, de l'autre.
La place n'a plus rien à voir avec celle de l'époque médivale, toutefois on voit encore l'empierrage des soubassements des constructions de l'époque, et la grande croix et le bûcher ont été bâtis sur les emplacements originaux.

De là, nous entrons de plein pied dans le coeur de la vieille ville en longeant, rue aux Juifs,  le Palais de Justice - Parlement de Normandie,remarquable par sa façade gothique si merveilleusement sculptée, de la dentelle de pierre. Il aura fallu tout le XVème siècle pour construire ce monumental palais, et aujourd'hui, on ne peut que rester admiratif devant un tel travail, une telle richesse décorative.



Nous arrivons au pied de l'imposante cathédrale Notre-Dame. Encore un bijou d'art gothique dont la construction s'est échelonnée du XIIéme au XVIIéme siècle, nous permettant d'apprécier l'évolution du style, encore timide sur certaines arches ou porches, jusqu'au gothique flamboyant, et sa profusion décorative des clochers ! Ici encore, on ne se lasse pas d'admirer cette fine dentelle.

Cette magnifique oeuvre d'art a été malmenée par la dernière guerre et un affichage précieux nous montre l'étendue des dégâts au sein de la cathédrale, qu'il faut absolument aller voir tant est saisissant le contraste entre la façade chargée et découpée, et l'intérieur aux lignes élancées, aux volumes impressionnants, à ce transept de taille imposante.

Quelle luminosité, quelle majesté ! Quelle délicatesse aussi dans le décor !


A la sortie, après avoir longé la cathédrale nous arrivons, en quelques pas, à l'église SAINT MACLOU (consacrée au saint breton aussi nommé Saint Malo).
Encore une profusion de ciselures pour cette église cachée sur une petite placette, et sa curieuse façade en arc de cercle décorée de pyramides de dentelles.
Une fois encore un petit tour à l'intérieur s'impose pour juger de ces lignes dépouillées et de cet étonnant "arc de gloire".


La visite se poursuit sur la gauche de l'église par une rue sans âge, aux maisons de guingois, et par l'incontournable "AITRE DE SAINT MACLOU".





Ce curieux ensemble est né, suite à la grande Peste Noire de 1348, pour répondre à la pénurie de sépultures ;  il fallait, en effet, faire face à des milliers de morts, et on ouvrit là une fosse commune.
L'endroit est joli, calme et agréable, mais si on s'attarde à regarder la décoration des piliers de bois l'origine du lieu se rappelle à notre souvenir par des pelles, pioches et autres crânes noircis !

Nouvelle étape, encore religieuse, l'abbatiale SAINT OUEN, maintenant. Au coeur d'un joli parc, une imposante église, toujours gothique, construite elle aussi en plus de deux cents ans, à cheval sur trois siècles (1318/1549). Elle est monumentale mais reste gracieuse.... et cette fois, nous n'y entrons pas !

Retour vers le vieux marché et l'occasion de passer devant une curiosité : la place ROUGE MARE et le souvenir insolite d'une victoire de Richard Sans Peur en 953, qui nous vaut aujourd'hui une curieuse maisonnette rouge sang et sa statue embusquée qui nous nargue !

Dernier gros morceau de cette visite du vieux Rouen : le GROS HORLOGE. D'abord hésitants devant la montée, nous nous sommes laissés séduire par l'idée d'en savoir un peu plus sur cette magnifique horloge qui orne la porte de la vieille cité .... et nous avons bien fait !!! Il faut sans faute faire cette visite (qui n'est pas du tout pénible, et surtout très bien organisée et documentée !).
Par palier, guidés par le maître des lieux, nous découvrons le coeur de l'ouvrage ; c'est passionnant, très plaisant, et nous offre, en récompense, de magnifiques vues panoramiques sur toute la ville !






..... et toujours, le fil des rues, vivantes, grouillantes, entre Moyen Age et XXIème  siècle !!





Avant de quitter ROUEN, une table - modeste et passe-partout - mais très sympa et d'un très bon rapport qualité/prix : le "Carpe Diem Café" sur la place du vieux marché, savoureux et généreux.



Nouveau jour, nouveau décor !
Adieu briques et silex ... bonjour calcaire, car en pays de Caux c'est de cela dont il est question ! La côte d'Albâtre se l'est, toutefois, jouée pudique, voire très pudibonde, dissimulant ses beautés sous un voile de brume.

Heureusement arrivés assez tôt sur les falaises d'ETRETAT, nous avons pu admirer son panorama unique, nimbé d'un halo de brume maritime qui lui conférait un charme très particulier, romantique à souhait.





..... et petit tour en ville ..... descente et remontée à pied, s'il vous plait !!, et la Dame Brume avait gagné du terrain et tout masqué, la preuve en image :


Nous partons chercher d'autres vues, hélas à FECAMP, nous n'avons même pas vu la falaise (il y en avait une ?) .... ni la mer du reste .... juste quelques galets initiateurs !
Cap vers SAINT VALERY EN CAUX qui nous réserve un accueil plus lumineux.



Et nous terminons cette journée particulière par DIEPPE, nous pensions avoir pris le brouillard de vitesse, que nenni, il nous rattrape au pas de charge, dévorant goulument le paysage.





Hélas, l'heure du retour a déjà sonné, il nous faut rentrer au bercail, laisser derrière nous les paysages, monuments, marchés, pommiers .... et casinos (curieux pays où on en trouve un par ville .... le fief des pirates est aujourd'hui le paradis des bandits manchots ! )

Retour bucolique à travers le pays de Bray, la basse Picardie et l'arrivée sur la région parisienne !

Alors, en vrac, ou plutôt dans l'ordre desquels nous les avons découverts, quelques sites qui méritaient finalement le détour.

Le château de BREMONTIER-MERVAL :
un ensemble très vaste de bâtiments qui ont du connaitre leur heure de gloire, le site est reconverti en lycée agricole.


L'abbaye-chapelle de SAINT GERMER DE FLY :
un très joli petit village, une auberge qui a l'air plus que sympathique (carte et menus attrayants ...mais bien trop tôt dans la journée pour que nous nous attablions !!) et surtout cette curieuse construction qu'est la monumentale église, encastrée dans le décor, et à laquelle une chapelle plus modeste s'est collée.


L'abbaye de SAINT JEAN AUX BOIS :
voici une nouvelle étape sur "la route du roman au gothique par les forêts royales de l'Oise".

Le château de PIERREFONDS :
restauré par Violet Le Duc en 1860  que nous nous sommes promis de visiter un de ces prochains jours !


L'église de MAROLLES :
un tout petit village, traversé par hasard, à côté de Villers Cotterêts.

et pour finir, MAREUIL SUR OURCQ :
son église et son canal.



et voilà, fin de la virée, pleine de jolies surprises, de belles découvertes, entre ciel, mer et campagne.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article