Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

Auprès de mon arbre

 

 

 

Autre des mes passions, la généalogie.  

Au départ, il s'agissait pour moi de reconstituer l'ascendance des enfants, de concrétiser leurs racines. Grandement aidée par mon oncle et mon cousin, qui ont eu la même démarche, et par ma grand-tante qui avait depuis longtemps retracé l'histoire familiale de son côté ; je me suis lancée dans ce passionnant jeu de pistes.  

Nous en sommes à quelques 1850 personnes, sorties de l’anonymat du temps pour revivre, un peu, dans nos mémoires et ayant définitivement droit de cité dans nos arbres.  

La chasse aux actes d'état civil est un travail de fourmi vraiment captivant, dans lequel toute nouvelle découverte débouche sur un trésor de voies à explorer ; évidemment pour chaque individu, deux parents sont à trouver, et quelques frères et soeurs !!! une quête exponentielle !

 Les impasses sont réellement frustrantes et les enfants nés de parents inconnus, un vrai crève coeur pour celui qui cherche à percer les mystères de son ascendance. J'ai, dans presque toutes les branches, rencontré ces situations où le père n'est pas déclaré, voire le cas d'un enfant trouvé - à Dax - dont l'identité véritable ne sera jamais révélée.  

Mais quelle joie lorsque le puzzle se met en place, lorsqu'on remonte petit à petit le fil des siècles et qu'on traverse l'histoire, imaginant la vie de nos aïeuls, au début du XXème siècle (facile, ce sont mes grands-parents !), puis on arrive doucement à Napoléon Ier, la Révolution et le grand tournant des actes d'état civil (rédigés en mois révolutionnaires qui nous obligent à faire la conversion, citoyen!) .. ensuite c'est le saut dans le grand fourre-tout des registres paroissiaux, de plus en plus illisibles .. et de moins en moins précis ! Mais bon an - mal an ; nous avons tous (je parle des mes précieux associés et moi-même) abordé le XVIIème siècle ... c'est exaltant d'identifier un parent ayant vécu à l'époque de Louis XIV ... voire Louis XIII !!! d'imaginer sa vie, son environnement, les mentalités si différentes à l'époque où l'espérance de vie se situait aux alentours de 30 ans et où les enfants naissaient les mères à peine remises des efforts de l’enfantement précédant et reparties au labeur sans "congé maternité" !!!

Un petit exemple familial édifiant qui fait sourire :  dans la branche sarthoise, mon oncle a relevé le détail d’une gentille petite famille (la nôtre !!!) : Pierre, né en 1683 décédé en 1759, est veuf de Renée, dont il a eu 20 enfants ! Il  épouse, ensuite, Anne. Il ne lui a fait que 9 enfants, ce qui porte son palmarès à 29, qui dit mieux !!!!  Belle santé l'aïeul !!! A noter qu'en 1742, lors du remariage,  Pierre avait 59 ans et pour avoir des enfants jusqu'a 1752, Anne devait avoir au plus 30 ans en 1742 soit environ 30 ans d'écart.  

Autre couple très fécond, qui a toute ma tendresse eu égard à la rudesse de leur existence : dans les Landes, cette fois , Marie et Michel voient le jour vers 1735, ils auront 13 enfants (dénombrés à ce jour …) et par trois fois des jumeaux, lesquels ne vivront pour la plupart que quelques heures, au mieux quelques jours. A tel point que sur un acte, les petits ne sont même pas nommés … il s’agit du premier et du second !!! l’un de ces petits bonhommes a survécu (combien de temps, je l’ignore) sans avoir de prénom réellement mentionné dans son acte de naissance, j’ai été amenée, suivant la logique de l’époque, à lui attribuer celui de son parrain !  

Ce retour aux sources, les plus lointaines possible, s’il est un véritable casse-tête est aussi une source perpétuelle d’anecdotes et d’imbroglio qui, tels des chausse-trappes, nous égarent parfois, et nous donnent, quand on démêle enfin les liens de parenté, de vraies et pures satisfactions, contents d’avoir déjoué les pièges tendus par les « officiers » d’état civil.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article