Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

Treize à la douzaine !

Petit retour sur une famille qui me tient à cœur, déjà mentionnée : celle de Michel et Marie.  

 

Louis le Quinzième règne sur la France depuis 16 ans , la région landaise est perçue alors comme « un pays de marécages où vivent des classes infortunées qui y végètent et dont la plupart meurent de fièvres ; et des résiniers, maigres et voués à une mort précoce, vivant dans de mauvaises cabanes sous des forêts humides » , cette charmante description étant tirée de l’atlas Migeon paru … en 1879, soit plus d’un siècle après les événements qui nous concernent ! Sachant qu’au siècle du Roi Soleil, on dit que les Landes sont un pays malsain peuplé de gnomes hideux, là, c’est la Grande Mademoiselle, petite fille d’Henri IV qui parle !  

 

Bref, l’attrayant décor ainsi planté, revenons à nos moutons … ou plutôt à nos vaillants laboureurs !  

 

 

Michel naît fin 1739. Son père entrera dans les annales de la commune par son exceptionnelle longévité ; le valeureux s’éteindra à l’âge (canonique !!) de 70 ans – en 1781 – un exploit à l’époque !  

 

Marie est née en 1736. Ils se marient en février 1759.  

 

L’union porte rapidement ses fruits puisque Marie donne naissance à SES premiers enfants le 20 décembre 1759. Deux petits Pierre voient le jour, chacun nanti d’un parrain et d’une marraine, leurs actes de naissance se suivent sur le registre paroissial, immédiatement suivi de la déclaration des décès dans des termes très « affectés » : Pierre est décédé le 20 du mois de décembre 1759, et autre Pierre, et frère jumeau le vingt deux du même mois, fils légitimes ….. ont été ensevelis le vingt, et l’autre le vingt deux … ». les premiers espoirs de descendance du couple se referment sur les petites tombes.  

 

24 juillet 1761, arrivée de Michel. De la bonne graine qui donnera une belle lignée. Deux fois marié, je lui connais huit enfants. Il aura son heure de gloire à la Révolution, lorsque, en mai 1790 il sera sergent de la milice, et adjoint le la première municipalité.  

 

La fratrie s’agrandit le 21 mai 1763 ; avec de nouveau des jumeaux, sans nom !!! l’acte les signale comme légitimes et jumeaux, « l’un desquels est décédé le même jour après avoir été ondoyé , et enterré dans le cimetière de la présente église », et « l’autre a été baptisé aussi le même jour » ; « l’un » et « l’autre » ne s’étant vu attribuer aucun prénom…    mais « l’autre » ayant survécu .. combien de temps et sous quel nom ??? mystère …

 

Une petite Catherine naît le 24 novembre 1764, je n’en sais pas davantage sur sa vie !

 

De même, je ne sais de Marie que sa date de naissance, le 20 janvier 1767.

 

Nouvel arrivage groupé le 15 octobre 1768, Jeanne, qui survivra et aura maris et enfants ! et Catherine, qui, nouveau coup du sort pour ses parents, ne vivra que 4 jours !

 

Maîtrisant bien les moyens de conception, un peu moins ceux de contrôle des naissances !!! le toujours vert, Michel, n’a encore que 30 ans et n’a pas fini de se reproduire !

 

Marie arrive le 15 décembre 1771, suivie de Jeanne le 22 novembre 1773 (de bonne constitution, comme sa mère, elle aura  près d’une dizaine d’enfants !). Puis une nouvelle petite Marie, le 17 décembre 1775, et enfin le 15 juin 1778, un fier gaillard, prénommé Pierre – encore !!- qui fondera une famille en 1804 !  

 

Plus de trace de nouveau-né au-delà, la maman, Marie, est toujours en vie en 1804, lorsque Pierre se marie, mais la date de son décès n’est pas élucidée, recherche compliquée par l’orthographe à « géométrie variable » de son patronyme qui figure sous différentes formes dans les registres, au gré du bedeau : FORSAT; FOUSSAT; FOSSAT; FOSSATS ; HOUSSAT.

 

Le cas de Michel  est plus vite réglé, il est décédé le 06 mai 1809, sans que l’acte ne fasse état de sa situation de veuf, ou de l’existence d’une veuve !!!

 

Si on dresse le bilan de leurs vies, après dix grossesses, et treize enfants nés viables, Quatre sont morts dans leurs premiers jours, et quatre autres ont une descendance avérée ; le doute subsiste sur la longévité des cinq derniers. Tout cela en moins de vingt ans ! 

 

 

Des amateurs pour repartir vers le grand siècle … celui des Lumières ??


 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article