Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

AMOUR

                                          Amour : affiche Emmanuelle Riva, Jean-Louis Trintignant, Michael Haneke

 

Anne et Georges forment un couple uni d'octogénaires, cultivés et mélomanes, ils vivent une agréable retraite feutrée.

Victime d'une attaque cérébrale, Anne reste paralysée d'un côté. Georges décide d'assumer seul, avec amour, les nouvelles contraintes quotidiennes et d'organiser pour sa femme la vie la plus confortable possible, même si la situation est de plus en plus difficile à gérer, la santé d'Anne se dégradant petit à petit.

Quelle épreuve ! Quelle vérité ! Quelle intensité ! Quel film !!! Palme d'Or à Cannes cette année ; un film magnifique !

Mais quelle épreuve que cette lente et inexorable descente aux enfers ! C'est terrifiant ! On est en complète empathie avec les personnages se demandant si on sera un jour le soignant ou le soigné, ou peut être l'enfant, ... ou peut être seul ?

Michael HANEKE crée une ambiance silencieuse et immobile, glaçante et pourtant chaleureuse ! Absence de musique, longs plans fixes, huis clos, tout contribue à nous recentrer en permanence sur ces deux êtres, sur ce douloureux tête à tête chargé d'amour.

Et ce couple est interprété par deux icones du (vieux) cinéma français : Emmanuelle RIVA et Jean-Louis TRINTIGNANT. Ils sont simplement extraordinaires. Si justes. Quelle performance pour Mademoiselle RIVA, quelle retenue pour Monsieur TRINTIGANT, vraiment ils sont époustouflants !

Une jolie présence d'Isabelle HUPPERT, qui est le courant d'air de ce huis clos.

Alors, même si le sujet est grave, terrible ; le film difficile et douloureux ; il faut le voir. Pour l'histoire qu'il raconte bien sûr, mais aussi, en outre, surtout, pour sa facture magistrale.

La sortie de la salle s'est faite à pas de loups ; muets, saisis par l'émotion, l'intensité, comme envoûtés ! Bouleversés.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article