Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

ANGELE ET TONY

                                                         Angèle et Tony

 

Deux solitaires se rencontrent par le biais d’une petite annonce, mais leurs motivations sont loin d’être les mêmes. Lui est marin pêcheur, il n’a pas le temps de trouver l’âme sœur ; elle est à la dérive et a besoin de trouver un homme et un travail.  Méfiants, ils vont s’observer et petit à petit s’apprivoiser.

 

Un très joli film, plein de charme.

Aussi simple que profond, il nous a immédiatement séduits, conquis même.

 

Ce sont les deux lignes du synopsis qui nous ont attirés, c’est tout le talent d’une réalisatrice débutante et de ses interprètes qui nous a emballés.

 

Et pourtant, tout pourrait être si terne : la situation difficile d’Angèle, la vie sombre de Tony, la grisaille ambiante, l’âpreté de ces marins, de ces paysages, la lutte sociale en toile de fond … c’est Zola chez les normands !

Et pourtant, avec beaucoup de simplicité et de pudeur,  Alix DELAPORTE nous raconte cette histoire grave et prenante, sans trucage ou renfort d’effets larmoyants, juste de beaux personnages, une grande justesse dans l’observation et dans la restitution d’un monde à part. Sa mise en scène dépouillée nous prend dans ses filets et nous ramène doucement vers la terre ferme, comme ses protagonistes. On attend l’éclaircie, on en rêve … et elle nous la donne avec tellement de facilité ! Quelle belle réussite pour un premier film !

Et puis il y a les acteurs du film, si vrais, eux aussi, si simples ! Des évidences …

Et surtout, il y a Gregory  GADEBOIS, brave type bourru, terriblement touchant ; et la très jolie Clotilde HESNE, noyau, joyau du film.

 

Ce film, fruit d'un producteur indépendant, a reçu le Prix du Meilleur Premier Film Français au Festival de Deauville.

 

Pas de monstre, pas d’allien, pas d’explosion, pas de poursuite… pas de 3D … ça existe encore ? Et ça fait un film ? … oui, et un bon ! Inouï !!

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article