Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

HAPPINESS THERAPY

                                         Happiness Therapy : affiche

 

Pat vient de passer huit mois dans un hôpital psychiatrique. Entré à la suite d’un « pétage de plombs » quand il a découvert l’infidélité de sa femme ; il n’a plus rien à sa sortie, ni femme, ni maison, ni travail.

 Il est pris en charge par ses parents, surveillé de près par eux, son psy et même son agent de probation ; il affiche pourtant une pensée positive car il est maintenant déterminé à se reconstruire et à reconquérir sa dulcinée. Il rencontre alors une jeune femme autant en perdition que lui ; elle lui propose une aide réciproque, du donnant-donnant qu’il ne peut pas refuser.

 

Un curieux film …. Cette happiness therapy n’est pas que la comédie romantique convenue qu’on pourrait supposer ; c’est aussi l’exposé minutieux des troubles de ce sympathique héros qui tente de remonter la pente avec l’aide maladroite de ses proches, une surveillance rapprochée « toxique » et cette rencontre avec une voisine qui va permettre cette thérapie du bonheur.

 

Le réalisateur David O.RUSSELL nous plonge dans cette confusion, collant à ce héros qui se bat à contre courant, et quel héros ! le séduisant et attachant Bradley COOPER, tendre ou violent. Jennifer LAWRENCE, sa partenaire, doit elle aussi retrouver un équilibre après un deuil, elle est à la fois sombre et lumineuse et est la source d’énergie du film.

Autour de ce couple de gentils « déséquilibrés », parents et amis ne sont pas non plus des modèles … et on se demande souvent si les plus fous ne seraient pas dans leur camp ! … encore un rôle presque caricatural pour Robert De NIRO, dans la veine du patriarche de la série « Mon beau père et moi » … heureusement repêché par une jolie scène d’explication avec son fils.

 

Agitation, rire, charme et pas de danse au programme de cette très agréable thérapie de groupe … qui nous a donné une parenthèse de bonheur.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article