Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

Jour 12 - OTTAWA => TORONTO

au compteur : 422 km

au programme : route d'OTTAWA à TORONTO par la "TransCanadienne"fleur43

 

Aujourd’hui on va jusqu’à TORONTO, et je veux passer par la « Transcanadienne », éviter les voies rapides et musarder dans la campagne canadienne.

Nous traversons une région agricole, le paysage ressemble énormément à la campagne française, mises à part les maisons et les fermes, toujours aussi belles et démesurées.  Les clôtures aussi sont étonnantes, elles semblent tenir debout par le simple entrecroisement des morceaux de bois, des troncs d’arbres même pas rabotés.

P1020810.JPG

P1020812.JPG

La route est vraiment agréable, juste deux voies de circulation … et pourtant nous sommes sur la Hwy 7, « la Transcanadienne », pas un chat à l’horizon, sauf, çà et là des petites cahutes de vendeurs de fraises, ou « blueberries » à la sauvette … on se croirait dans le Midi !

P1020819.JPG

Une chose a changé c’est le passage définitif à l’anglais, jusqu’à maintenant les indications, divers panneaux étaient bilingues.

Cette portion de route ne traverse aucun village, mais la civilisation nous suit avec les informations régulières de changement de « county », et les jolis panneaux de la « Trans Canada » verts, et l’écusson surmonté de la couronne, sinon c’est la rase campagne, champs de fleurs, lacs, étangs couverts de nénuphars ; c’est très joli.

P1020822.JPG

P1020816.JPG

Nous faisons un arrêt pique-nique dans un endroit incongru. Des kilomètres durant on a cherché une aire pour déjeuner, rien à l’horizon ; on va tout de même finir par trouver un endroit calme, verdoyant, reposant …. D’un repos éternel même ; nous dénichons un petit chemin bucolique  menant à une ferme mais qui s’arrête devant un cimetière perdu en pleine nature, dans un champ non clôturé ; encore une bizarrerie canadienne.

P1020832.JPG

En milieu d’après-midi, on quitte la Hwy 7 et on reprend l’autoroute vers TORONTO toute proche.

Nous y arrivons vers 17 heures, trouvons notre hôtel … et sommes confrontés au problème du stationnement en ville, pas de place disponible, parkings payants partout, limités dans le temps ; et la menace de l’enlèvement de véhicule pour les contrevenants ! Nous pouvons heureusement profiter de LA place de parking de l’hôtel.

Ici s’arrête cette journée de transition qui nous a conduits de la jolie et bourgeoise capitale du Canada à la banale et populeuse capitale de l’Ontario.

coupdecoeurUne fois encore nous sommes emballés par le charme des routes canadiennes transversales .... penser que la Hwy 7 est la "Trans Canadienne" ... il faut le voir écrit pour le croire !

Si c'était à refaire, je modifierais cette étape et la prolongerais jusqu'aux Chutes du Niagara. J'ai mal estimé l'intérêt de la route, ayant prévu des arrêts plus fréquents, une durée de route plus longue ; j'ai surévalué TORONTO, espérant de cette grosse ville (et du quartier dans lequel nous échouons) beaucoup plus de charme. Bref, avec un effort supplémentaire de 135 km, nous aurions gagné du temps sur la journée de demain, et aurions été, à coup sûr, mieux logés, et surtout, nous aurions pu voir les chutes de nuit !

 

hotel-clip-art COMFY GUEST HOUSE : Peut être pas à fuir, mais au moins à éviter ! Dans un quartier peu reluisant, il ne s'agit NI d'un hôtel, NI d'un B&B ; mais plutôt d'un meublé impersonnel et à peine confortable : le lit (grand) collé contre le mur, la porte de la chambre vitrée laisse passer la lumière et les bruits du couloir dans lequel circulent de fantômatiques voisins.  à signaler : LA place de parking à 10 $ la journée, ce qui est bon maché pour TORONTO.  la cuisine à l'étage à la disposition de tous  (pas de petit déjeuner). il faut aussi signaler quelques rituels un peu contraignants tels le dépot systématique des chaussures à l'entrée, le verrouillage scrupuleux des portes et l'absence de personnel sur place (il faut impérativement fixer un rendez-vous pour prendre possession de sa chambre ! pas facile quand on est itinérant, et qu'il faut patienter dans des rues où le stationnement est un vrai casse-tête !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article