Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

Jour 14 - POZZALLO => MARSASKALA ... de la SICILE à MALTE

from SICILIA to MALTA

 

Journée de transition !  Et journée d’attente ; on sait qu’on va passer notre temps à perdre notre temps, ou plus ou moins … on s’attend au pire !


La situation se présente comme ça : on doit avoir libéré la chambre pour 10 heures. 13h45, le taxi. Rendez-vous à 14 heures pour l’embarquement sur le ferry, et départ à 15h30. Arrivée à LA VALETTE à 17 heures, de là il nous faudra trouver un taxi pour nous conduire à l’hôtel. Et il faut que tout s’enchaine !!! sans incident de dernière minute !


On a une matinée à "occuper". 

On va la passer sur un banc, à observer la vie locale. On redoutait l’ennui, c’est finalement amusant.

Donc, un banc à l’ombre sur une place où tous les papis du village viennent discuter tôt le matin. Le manège va nous occuper un bon moment ! On imagine les mammas aux fourneaux, papotant au marché tandis que les hommes devisent au calme et au frais ; ils se connaissent tous et s’installent par groupe ; on a fatalement piqué la place de l’un d’eux !!!


On a en face de nous la statue de Padre Pio, elle est installée dans un petit enclos fleuri, une plaque à l’entrée fait appel à la générosité des passants pour l’entretien du monument. Nous sommes étonnés de constater la dévotion des gens, avant de commencer leur journée, ils viennent ici se recueillir ou prier un instant, caresser la statue, tous se signent de près ou de loin.

POZZALLO (5)

Ce religieux est né en 1887 ; ordonné prêtre, il participe à  la Seconde Guerre Mondiale dans le corps médical. En 1918, les premières manifestations miraculeuses ont lieu, il présente les stigmates de la crucifixion,  qu’il tente de dissimuler dans un premier temps. L’affaire s’ébruite, le prêtre remis en question se voit interdire de dire la messe, des médecins l’examinent sans pouvoir déterminer d’où proviennent ses plaies, miracle ou supercherie ? L’église ne voit pas d’un très bon œil tout ce tapage. En 1933 il peut toutefois reprendre sa place, on lui attribue depuis de nouveaux pouvoirs. Il meurt en 1968, à la suite d’un malaise survenu en pleine messe, au cours de laquelle il célébrait le cinquantenaire de l’apparition de ses premières marques. Il sera canonisé en 2002 par Jean Paul II.


Autre exaltant monument de POZZALLO, un ficus géant dans le parc de la ville.

Bon, il est temps de regagner notre hôtel et d’y attendre le taxi qui doit nous conduire au port.

Il arrive, on charge les bagages … quand je dis au revoir à l’hôtelier, il me serre amicalement la main et me retient un instant, il revient avec une petite charrette sicilienne dans un petit paquet transparent ; c’est un petit cadeau ! c’est aussi gentil qu’inattendu ! je quitte la SICILE avec cette belle image.


Nous sommes à l’embarcadère en dix minutes ; le chauffeur nous montre là où on doit embarquer, la guérite de la compagnie pour récupérer nos billets et nous dépose devant la buvette du port.

Une courte attente à l’ombre avant que le guichet ouvre, et alors que le port semblait désert, un attroupement se forme, le client avant nous n’a pas réservé ses places, il veut embarquer avec femme, enfants et voiture ; il en a pour plus de 600€, qu’il règle en liquide, sous nos yeux effarés !!! décidemment, on ne se sera jamais fait aux mœurs siciliennes en matière d’argent !


Lorsque notre tour arrive, ça va vite, nos billets sont dans la première enveloppe de la pile ! A nous le gros bateau ! avant d’entrer dans la zone d’embarquement nous avons un contrôle d’identité. Un peu plus loin, nouveau contrôle, avec remise de nouveaux billets, et en prime, pour chaque passager, un coupon de 10€ à investir dans un casino de LA VALETTE ; cette fois, les formalités sont terminées, notre gros ferry nous attend. Photos bien sûr avant de monter à bord.

ferry (5)

Petite inquiétude, l’accès se fait part une passerelle-escalier, ça va pas être triste avec nos trois grosses valises ! et là, surprise ! les bagages doivent être déposés dans des petits charriots, génial !

Débarrassés de nos fardeaux nous voici donc partis à la découverte de notre embarcation. Quel luxe, la grande classe ! Nous sommes accueillis à bord comme des hôtes de marque !

Je m’attendais à un bateau de transit, banal et inconfortable. Nous sommes dans un très beau bateau, très bien aménagé et très confortable. Bar, et restauration rapide, machines à sous, écrans géants, et surtout des banquettes et fauteuils colorés, répartis agréablement, brisant l’effet « transport en commun » ; on s’installe sur un emplacement pour deux personnes avec une petite table, juste derrière de grandes baies vitrées ; nous allons être aux premières loges durant la traversée.

Il n’est que 14h05 … nous levons l’ancre dans près d’une heure et demie !

Un petit en-cas à un tarif raisonnable compte tenu de l’endroit.

On part pile à l’heure, on sent à peine le bateau bouger. Comme dans les avions, nous avons les démonstrations des consignes de sécurité …en cas de naufrage !

Puis c’est un film qui commence.


Vers 17 heures nous atteignons MALTE. Le port d’arrivée n’est pas à LA VALETTE même mais dans sa banlieue, à FLORIANA, nous accostons un peu avant 17h30, les manœuvres d’amarrage et de débarquement et nous voici en terre maltaise !

A la descente, il faut récupérer nos valises, ça se fait assez rapidement.

Pas de souci pour trouver un taxi, ils font la queue à la sortie du débarcadère. Le premier qui se propose refuse de nous conduire jusqu’à MARSASKALA, le second est moins difficile, la ville et le nom de l’hôtel lui suffisent.

On ne peut pas lui reprocher de faire durer le plaisir, il fonce comme un beau diable dans la circulation, klaxonnant quand ça ne roule pas assez vite à son gré ; et en 10/15 minutes il nous dépose devant la porte de l’hôtel, encaisse ses 30€ et part vite chercher d’autres clients.


Et voilà, nous allons poser nos valises pour une semaine dans l’île des chevaliers.

Nos conditions de séjour changent radicalement par rapport à la SICILE : nous nous déplacerons en bus, et avons choisi un hôtel en demi-pension.

 

Ahhhh ! les bus maltais !!!! ahhhhh ! l’hôtel maltais !!! mais c’est une autre histoire, à décliner jour après jour !!!

 

Allons jeter un coup d’œil à la baie, SAINT THOMAS’ BAY ! Heureusement, elle est jolie. Bordée d’une belle falaise blanche, une petite plage au fond, et de notre côté plage et rochers aménagés pour la baignade. Ca doit être agréable puisqu’il y a plein de monde dans l’eau. Dans la baie elle-même flottent de nombreux petits bateaux, voiliers, bateaux à moteur et même quelques luzzi (les bateaux typiques de MALTE).

MARSASKALA (2)
 Plus tard dans la soirée, dinant au bord de l’eau, pendant le repas, on a assisté à un déballage inattendu, sur la plage, les quais et tout le long de la côte, des familles sont venues s’installer, certaines profitent des barbecues en dur, les autres ont apporté le leur, mais tout le monde allume de grands foyers et y fait cuire ses victuailles. Il y a un monde fou sur ce bord de mer, un va et vient ininterrompu ! à l’occasion, ils viennent au bar compléter leur festin d’une bricole, d’une glace pour les gamins ; c’est très curieux, ça fait vraiment vacances et surtout couleur locale !

MARSASKALA (7)
On voit aussi une mère de famille promener, je devrais dire « trainer », ses deux petits gosses, d’à peine deux ans sans doute, en laisse, les faisant marcher et monter les escaliers à son rythme, et les rabrouant et les trainant littéralement, s’ils ne vont pas assez vite ! inimaginable de voir ça en FRANCE !!!

 

Le repas terminé, nous partons découvrir le centre ville de MARSASKALA. Bon, on va suivre la côte jusqu’au bourg, il nous faut aussi trouver les stations de bus pour nos excursions ! Il y en a juste devant l’hôtel, mais les bus ne vont pas à VALETTA   !

Notre chemin est bordé de belles, magnifiques, énormes villas de grand standing, portant à croire que ce coin est une riviera de luxe, image assez éloignée de l’impression que nous avons ressentie jusqu’à maintenant !

De loin en loin, on perçoit une animation nouvelle, on aborde une autre baie, plus vivante, avec en perspective une grosse église, c’est  SAINT JOHN’S BAY.

MARSASKALA

Il y a beaucoup de monde dans ce secteur, mais finies les grillades sur la plage, ici ils sont tous attablés dans les très nombreux cafés et restaurants. C’est joyeux et lumineux par ici, il y a des petites camionnettes de marchands de glaces, des déballages de toutes les babioles qu’on trouve dans les marchés de nuit (bijoux, montres, accessoires pour cheveux …).

On fait le tour de cette baie, jusqu’au pied de l’église où se déroule un concert donné par les membres de la police locale ! on se renseigne auprès de l’un d’eux pour nos bus, il n’est pas plus fixé que nous !

J’ai pris le soin de me procurer le plan du réseau maltais, mais on n’a trouvé aucun des numéros indiqués ! Le souci est que, depuis peu, tout le système a été changé ! les trajets et les intitulés des lignes ont été modifiés (nous l’apprendrons plus tard !) Nous voilà dans de beaux draps !!!

On continue encore un peu notre virée en ville et on finit par tomber sur un terminal de bus !! super !!! les deux bus qui passent à l’hôtel s’arrêtent là, les 119 et 135, et surtout, le 91 qui passe toutes les dix minutes, et qui va à LA VALETTE ; et bien voilà un souci en moins ! … sauf que des 119 ou 135, on en a vu aucun depuis le début de notre balade !!!


On rentre donc à l’hôtel par le même chemin (faute de bus !).


Dodo dans notre belle chambre ; au pays des songes, les quelques vicissitudes rencontrées ici se seront évaporées !


Demain, on rechausse nos sandales de touristes !

 

 hotelOCEAN REEF HOTEL : impossible de donner un avis cohérent et impartial pour cet hôtel, une calamité, en pleine rénovation, une équipe en rodage. 

En arrivant, je vous aurais dit "FUYEZ !!" ; une semaine plus tard, en partant,  je vous aurais dit "nous sommes arrivés au pire moment ; l'hôtelier s'est décarcassé pour que tout se passe au mieux, l'atmosphère s'est améliorée de jour en jour. . allez, on a passé un bon séjour finalement".

 

clipart restaurant chef tSENSI SMILE KIOSK : le restau de plage juste à côté de l'hôtel, tenu par la même équipe ; mais là beaucoup plus performante, parfaitement au point et très sympathique. En bordure de plage, c'est effectivement plus un "kiosque", une paillotte, qu'un vrai restaurant, en ce qui concerne le cadre bon enfant, le service décontracté. Mais laissons parler les papilles : à la fête tous les soirs, avec des plats très copieux, savoureux, locaux ! En demi-pension, nous y prenons aussi nos petits déjeuners, à la carte, toujours renouvelés, au soleil du matin sur la baie ; le plein de tonus pour la journée ! 

Et la même mention particulière pour le boss aux petits soins, présent du matin à tard le soir ! Attentif, disponible, efficace.

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article