Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jour 20 - BIRGU

par Danielle SAUBION 11 Août 2011, 19:51 Halte à MALTE

Dernière journée de vacances maltaises ; dernière journée de vacances, demain on volera vers Paris.


Aujourd’hui nous comptons visiter la ville de BIRGU, et rendre une petite visite à son casino !


Pour BIRGU, c’est le bus #2, on monte à bord à 13h40, pleins d’espoir … on part à 14h50 … dans l’incompréhension* générale … quoique nous ne soyons pas nombreux à prendre cette ligne ! (* un lecteur assidu aura déduit que depuis quelques temps on a finalement renoncé à comprendre le dysfonctionnement des bus d’ici !!)

15h10, on est à BIRGU ! (tout ça pour ça !!)


BIRGU, c’est l’Histoire des  Chevaliers de MALTE.

La ville est située sur Grand Harbour, juste en face de LA VALETTE.

Les trois pointes de la rive Est du port sont à l’origine trois villes, « TROIS CITES» ( Three Cities  / Cottonera) leur nom actuel ; il y a SENGLEA, VITTORIOSA (devenue BIRGU, beaucoup moins joli et évocateur !) et COSPICUA.

Nous avons jeté notre dévolu sur VITTORIOSA, pour son casino, certes, mais aussi pour son glorieux passé.


En 1530, les chevaliers de l’Ordre de Saint Jean sont chassés de RHODES par les ottomans, Charles Quint leur offre une terre, c’est l’île de MALTE, verrou de la Méditerranée. En échange, les hospitaliers-soldats donneront un faucon à leur suzerain chaque année (… il vient de là le « faucon maltais » !).

Les chevaliers s’établissent à VITTORIOSA, position stratégique bien abritée mais aux avant-postes de l’île.

L’Ordre s’installe, construisant « auberges » et fortifications.

Mais, le 18 mai 1565, les turcs assiègent l’île, pluie de boulets de canon et bain de sang, la ville cède, on évalue les pertes humaines à 7000 hommes ! Quatre mois plus tard, les renforts viennent au secours des chevaliers, retournent et emportent la situation ; mais les trois péninsules sont gravement détruites, l’Ordre se déplace vers LA VALETTE qui sera désormais la capitale de l’île.


On va se promener dans cette petite cité. Nous entrons par la Porte de France, et arrivons rapidement sur la place de la Victoire (Vittorio Square/misral’ri-Rebha), place principale de la ville. Au centre, une grande statue de marbre blanc, c’est Saint Laurent, juste derrière, une coquette maison avec une jalousie verte et de drôles de balcons de dentelle blanche, c’est juste à côté que se situait l’auberge dévolue aux chevaliers germains de 1530 à 1572, une plaque apposée sur le mur le rappelle.

BIRGU - Porte de France

 

BIRGU - vittoriosa Square

Au fond de la ruelle, juste à gauche, un autre bâtiment : la « Sacra Infermeria », le premier hôpital de l’Ordre, où furent soignés les blessés pendant le siège ; il devint par la suite un couvent, il est accolé à la grande église Sainte-Scholastique.

BIRGU - Sacra Infermeria

Nous voici maintenant au bord d’une jolie baie d’où nous avons une belle vue sur Grand Harbour, au loin à droite, LA VALETTE, dont on identifie clairement The Siege Bell Memorial et à gauche Kalkara Creek, la ville de KALKARA et son paisible petit port qui a vu débarquer en 1565 les hordes ottomanes. Au fond de la baie, l’église Saint Joseph ; détruite pendant la Deuxième Guerre Mondiale, elle est reconstruite et consacrée en 1954, elle veille désormais sur cette petite anse bien tranquille.

BIRGU - kalkara creek

Au bout de la pointe, sur l'autre rive, c’est la Villa Bighi, un ensemble monumental. La construction est le fait de Fra Giovanni BICHI, inquisiteur à Malte de 1634 à 1639 ; il souhaitait un petit domaine pour sa retraite. Le malheureux ne verra jamais la fin des travaux commencés en 1675, il meurt de la peste en 1676. La Villa, comme l’île, passe ensuite de mains en mains, Napoléon y aurait (dit-on) séjourné … juste avant que son copain l’amiral Nelson ne suggère, en 1803, d’y construire un hôpital naval. L’idée est retenue mais rien n'est fait, jusqu’en 1813. Une nouvelle épidémie de peste frappe l’île, la Villa devient hôpital. Enfin en 1829, la Marine Royale britannique prend possession des terrains et du voisinage, la première pierre est posée en 1830, la dernière en 1832.

Pendant les deux guerres mondiales, la villa-hôpital est au cœur des combats, durement touchée elle aussi ; elle rend l’âme en 1970. Des écoles prennent un temps le relais, de plus en plus délaissée la villa se délabre, elle n’est plus qu’entrepôts quand les pavillons les plus mal en point ne sont pas purement et simplement détruits … certains sont en cours de réhabilitation … quel dommage … heureusement de BIRGU, on ne voit rien de ces délabrements, et c’est le beau bâtiment à colonnes qu’on regarde !

BIRGU - vue sur Villa Bighi

Encore plus loin, derrière la Villa, se dessine le Fort Ricasoli, un bastion construit par les Chevaliers à la fin du XVIIème siècle. Il est gravement endommagé pendant la dernière guerre, mais aujourd’hui sa pire menace vient de la mer elle-même qui le ronge inéluctablement. Il se prête maintenant aux joies du cinéma, s’offrant comme décor dans des superproductions telles que « Troie » ou  « Gladiator ».


A travers de petites rues, nous bifurquons vers l’autre côté de la péninsule, apercevant derrière des grilles le fort Saint-Ange.

BIRGU - Fort Saint Ange

Le premier fort de l’île. Bien avant l’arrivée des Chevaliers, le site était déjà occupé par des places fortes, des traces néolithiques, romaines et arabes en attestent ; au XIIIème  siècle une forteresse y est construite ; le Grand Maître choisit donc cet emplacement pour la construction du bastion, les travaux commencent. Le Grand Siège éprouve durement les fortifications, les Chevaliers traversent la baie, et ce n’est qu’à partir de 1690 que d’importants travaux remettront le fort sur pied, les occupants successifs se chargeant de le modeler à leur goût. Nouvelles attaques directes par les bombardements de la Deuxième Guerre Mondiale ; le fort est de nos jours la propriété de l’Ordre, entité indépendante.

Un étroit passage et nous voici le long du grand bassin du Fort, puis une fine langue de mer, Dockyard Creek, qui nous sépare de SENGLEA.

BIRGU - bassin du fort

Nous sommes au bord d’une belle et grande marina. Les petits yachts de ST JULIAN nous avaient bien plu … que dire des monuments qui mouillent ici ? Du plus moderne, au vieux voilier, le catalogue est très complet !! Nous sommes sur Vittoriosa Wharf. On longe encore un peu le quai, passant devant le casino de la ville, et arrivons à l’ancienne porte du port. Là un vieux marin bricole son luzzu et nous interpelle, il propose de nous faire traverser la baie jusqu’à LA VALETTE, pour 5€ par personne. Ca, c’est un super plan, on l’avait repéré dans le Routard ! et on veut terminer la journée là-bas! On va se payer un p’tit tour en luzzu … mais pas tout de suite, on doit finir notre exploration et aller faire une petite visite au joli casino. A plus tard, marin !


Voici la grande église Saint Laurent, la seconde plus ancienne église de l’île. Les Chevaliers débarquent en 1530, Saint Laurent sera leur paroisse jusqu’en 1571. La construction actuelle date de la fin du XVIIème siècle ; elle souffre des bombardements de la dernière guerre sans être trop endommagée. Elle est impressionnante vue du quai ! la petite croix maltaise sur son fronton attire l’attention.

BIRGU - St laurent (3)

Il est 16 heures, on retourne sur le quai pour aller nous attarder un peu devant (et dans !) un très joli palais. Le Palazzo del Capitan, une belle bâtisse construite en 1685 ; il fut la résidence des capitaines ou officiers de Marine sous les régimes successifs (chevaliers, flottes française ou britannique). Comme beaucoup de constructions de la ville, de la région, il n’est pas épargné par la guerre. Il renait en 2001 quand la ville décide d’y implanter un casino, « Casino di Venezia ». Effectivement, l’extérieur rappelle vaguement un palais vénitien, l’intérieur est par contre, très étonnant, on a vraiment la sensation de pénétrer dans un palais du temps jadis, murs de pierre, tentures, grand escalier, lustres pesants ; c’est tout à fait inattendu de trouver des tables de jeux ou des machines à sous dans un tel cadre. L’endroit est totalement désert, le personnel a du mal à ne pas sombrer dans l’ennui, il doit faire bonne figure devant les deux trouble-fête !

BIRGU - Casino de Venezia

On quitte ce lieu charmant à 17h30, comptant retrouver notre batelier, hélas Papy n’est plus à sa place, on a beau jeter un coup d’œil à la ronde, il est vraiment parti ! et personne n’a pris le relais, on attend quelques minutes avant de changer nos plans ; nous sommes bien déçus, cette promenade nous tentait bien !


Il va malheureusement falloir reprendre le chemin du bus ; aucun problème pour trouver l’arrêt … mais c’est le bus qui (une fois encore) a du mal à nous trouver !!! On va encore l’attendre une demi-heure !

A 18h20, il nous prend enfin en charge, pour nous déposer à 18h45 à LA VALETTE.


Nouveau désappointement, alors que nous venions pour terminer nos petites courses nous voyons les magasins sur le point de fermer ! c’est inouï !!! il est à peine 19 heures, nous sommes dans la ville principale de l’île, la capitale !!! et ici la vie s’arrête à 19 heures !!!

On expédie rapidement nos courses, c’est vraiment irritant, d’autant que sans cette éternelle attente pour les bus nous n’en serions pas là !!!

Evidemment les monuments sont bouclés eux aussi. Et pour parfaire le tout, la ville semble se vider, boutiques fermées, terrasses désertées … nous qui souhaitions diner ici ce soir pour faire un petit extra pour le dernier soir, et voir LA VALETTE by night, c’est réussi !!!


Il est plus de 20 heures, on se dit qu’on n'a vraiment plus de temps à perdre ici, à quoi bon s’infliger un repas dans une ville morte et devoir subir ensuite les aléas d’un retour tardif ?? alors on va, pour la dernière fois, prendre notre bus # 91, sans regret, mais avec quelque amertume !


A 21h10, nous sommes, fidèles au poste, attablés à la terrasse du Sensi Smile !! pour notre dernier repas !

Nous étions arrivés le premier soir pleins de ressentiment, désespérant devant tant de laisser-aller, et finalement nous avons toujours été très bien accueillis, reconnus, choyés, et on a toujours très, trop, bien mangé !!

L’ambiance, soir après soir, a toujours été plaisante, elle nous a permis de voir, au plus près la vraie vie maltaise, à la bonne franquette !

On repartira avec un bon souvenir de nos diners au bord de cette baie grouillante !

repas-copie-1.JPG

Allez, il faut rentrer, ranger nos dernière babioles dans les valises, faire un dernier inventaire avant la dernière épreuve de demain !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

michelle 25/09/2011 00:08



Bonjour Danielle,


Un bonjour à ma concurrente sur citybloggingtour . Je trouve ton blog très intéressant et tes photos bien sympas !!


Bonne chance pour le concours et à bientôt.


Michelle



Haut de page