Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jour 9 - JEREZ DE LA FRONTERA

par Dan SAUBION 1 Septembre 2013, 08:00 ANDALOUSIE

Première nuit dans notre chambre, spacieuse et confortable de JEREZ.

Savoureux et copieux petit déjeuner à l’hôtel, puis le temps de ramasser nos affaires et on part à 11h20 faire un tour en ville. On a décidé de ne pas prendre la voiture, bien garée ici, difficile à garer en ville, sans parler des complications de circulation … on ira plus vite à pied, le centre ville n’a pas l’air bien loin sur le plan, et on pourra comme ça découvrir le quartier.

On y va sans avoir « potassé le dossier », au feeling ; on verra ce qu’il ya … ce qu’on veut … et ce qu’on peut … faire !!

Cette promenade commence de façon vraiment très plaisante, la grande avenue de l’hôtel (avenida Duque de Abrantes) est très agréable, large, bordée par de belles villas, quelques restaurants (ça peut être utile, vu la funeste expérience d’hier soir !), nous ne sommes pas loin de la Real Escuela Andaluza del Arte Ecuestre où nous avons rendez-vous mardi matin.

Nous arrivons sur une très vaste place occupée par de grandes fontaines, des jets d’eau et une très étonnante et charmante statue représentant un attelage avec ses passagers, accompagnés de cavaliers, tous en costumes traditionnels. Il s’agit de la Plaza del Mamelon.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA-----sculpture--2-.JPG

L’esplanade fait place à une fraiche avenue qui ressemble à une palmeraie ! Encore une belle place, un palais, une statue, une église. La grande villa est le Palaccio Domecq, initialement construit pour le marquis de Montana de 1775 à 1778, il est confisqué et mis aux enchères à la fin du XVIIIème siècle à la suite du décès du Marquis.  Il sera acheté en 1920 par la famille DOMECQ.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---Palais--Domecq.JPG

DOMECQ et GONZALEZ ; JEREZ DE LA FRONTERA leur doit beaucoup, ils sont les pères fondateurs des deux bodegas (vignobles) les plus renommées de la ville, et du coup, ils sont partout ….  surtout Pedro DOMECQ. Le nom de GONZALEZ, associé à BYASS, est plus discret, ils se sont effacés derrière les gros fûts que l’on croise partout en ville, derrière les silhouettes de cet andalou avec son chapeau et sa guitare, derrière leur vin, le TIO PEPE ! Tout se joue entre la fin du XVIIIème et le début du XIXème siècle, c’est l’appât du gain qui attire GONZALEZ à JEREZ, tandis que DOMECQ, d’origine française, hérite du vignoble et du savoir-faire. Ceci dit, repartons en ville, devant le Palais de DOMECQ, et sa statue.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Tio-Pepe.JPG

 On prend ensuite la Calle Larga, une longue rue commerçante, sur le trottoir les fameux tonneaux et nous voici sur une drôle de petite place avec en son centre une curieuse horloge : les chiffres sont remplacés par les lettres PEDRODOMECQ et une petite silhouette représente le 6 … quand je dis qu’il est partout !

JEREZ-DE-LA-FRONTERA-----place-horloge-Domecq.JPG

De là nous arrivons à la Plaza del Arenal que nous avons déjà vue hier soir en cherchant notre restaurant, la place est toujours aussi animée, c’est l’endroit le plus populaire de la ville, celui où se déroulent fêtes et manifestations.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA------19-.JPG

Ce qui nous intéresse ce matin est un petit peu plus loin ; voici des remparts, et, ô surprise, une brocante, un vide grenier juste devant … on fait tourisme, on chinera plus tard.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---Alcazar-remparts-exterieurs-et-broc.JPG

De hautes murailles massives, des tours, des créneaux et entre deux bosquets une coupole, celle de la cathédrale.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---clocher.JPG

Il est 12h15 et nous allons commencer la visite de l’Alcazar, la forteresse de JEREZ DE LA FRONTERA. Elle a été construite au XIIème siècle, sous le règne almohade, et a été préservée et aménagée après le retour des Rois Catholiques.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---exterieur.JPG

L’entrée coûte 5€ par personne, la visite est libre, pour nous guider un flyer en anglais.

Nous sommes entrés par la Puerta de la Cuidad (la Porte de la Ville) qui était à l’époque le seul passage entre la ville et l’Alcazar. Elle nous amène dans une grande cour qui date de l’époque chrétienne, c’est flagrant quand on regarde le long bâtiment rose qui la borde, le Palacio de Villavicencio. On y achète les billets, il y a aussi des halls d’exposition et une belle maquette de l’ensemble de l’Alcazar. Cette cour est très agréable : ce joli pavillon, une grande statue équestre, et le « dallage » de petits galets ronds interrompu par un quadrillage géométrique et de hauts palmiers ; ça commence fort !

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---cour-d-entree.JPG

En face une petite galerie de cinq arcades, et une petite porte en fer à cheval typiquement musulmane, au sol une toute petite fontaine ; il s’agit de la minuscule cour des ablutions de la mosquée « privée » de l’Alcazar, devenue église dès 1264 avec l’entrée d’Alphonse X, le Sage, dans la ville. Nous entrons donc dans une petite salle ronde, les religions se superposent, le petit mihrab dans la cloison, tourné vers La Mecque, et le long du mur voisin, l’autel de ce qui est devenu la chapelle Sainte Marie. De part et d’autre de l’autel, sur des plaques de marbre le résumé de cantiques dédicacés par le roi à la Sainte. Pas d’autre décoration dans cette petite salle très lumineuse pleine de charme.JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---Patio-de-Armas.JPG

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---vers-mosquee.JPG

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---ancienne-mosquee.JPG

De la cour des ablutions, on passe sous un joli porche et nous voici dans un bâtiment dont la visite est tout à fait passionnante : c’est le moulin à huile ; il a été reconstitué d’après des plans du XVIIIème siècle, des panneaux explicatifs en français permettent d’en comprendre le fonctionnement, les différentes étapes de la fabrication de l’huile d’olive, si importante dans cette région : broyage, pressurage et décantation. Les dimensions des différents éléments sont impressionnantes !

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---moulin-a-huile--2-.JPG

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---moulin-a-huile.JPG

Nous devons retraverser la Cour d’Honneur pour aller dans les jardins.

Et dire qu’après ceux de SEVILLE et de CORDOUE, on ne se lasse toujours pas de ces merveilleuses petites oasis, véritables paradis. Ceux-ci sont (oh ! la belle allitération charcutière !!), bon, ces jardins sont beaucoup plus modestes que les précédents, mais toujours emprunts du même charme romantique ; de gros oliviers, des massifs de fleurs, et ici une fontaine en forme d’étoile à huit branches, un petit jet d’eau et quelques nénuphars et c’est tout un monde qui nous ouvre ses portes !

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---jardins--2-.JPG  JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---jardins-bassin-etoile.JPG

Sans oublier quelques vasques et la statue d’Alfonso X El Sabio, primer rey castellano de Jerez 1264.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---jardins.JPG

La visite des jardins se poursuit par celles des bains et des remparts.

On commence par la seconde porte de l’Alcazar, la Puerta del Campo, celle-ci donnait sur l’extérieur de la ville, elle avait donc un rôle défensif évident. C’est la raison pour laquelle elle est si étroite et sinueuse, un seul cavalier à la fois pouvait la franchir  et en retenant sa monture ; donc pas d’attaque massive ou sournoise possible par cette porte sous haute surveillance. 

Quelques marches et voici les « bains » - le hammam, encore une fois ! Comme pour la mosquée, il ne faut pas perdre de vue que nous sommes dans la forteresse, ils ne sont donc à destination que du maître des lieux. Ici on se purifie le corps et l’esprit, et accessoirement on papote et on complote ! On retrouve la forme classique des bains arabes, hérités des thermes romains, avec les pièces froide, tiède et chaude. Ces salles sont en très bon état de conservation, de hauts piliers terminés par des arches en forme de fer à cheval et un plafond étoilé ; c’est si joli. On les découvre avec beaucoup de plaisir.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---bains--2-.JPG

JEREZ-DE-LA-FRONTERA-----Alcazar---bains-arabes---plafond.JPG

JEREZ-DE-LA-FRONTERA----Alcazar---bains--4-.JPG

Un petit tour sur les remparts, maintenant. Il nous permet de découvrir les installations « fonctionnelles » du Real Alcazar (l'Alcazar au temps des Rois Catholiques). On commence par le four à céramique, il est postérieur à l’occupation maure ; il était impensable avant d’avoir un tel matériel produisant bruit et poussières dans ce havre ; le roi chrétien n’en a cure et fait démolir une partie des bains pour l’installer, les « chaudières » des bains deviennent donc les « fourneaux » de cette usine à briques !

Juste à côté, le puits (moulin à eau) ; ici l’eau a toujours été une préoccupation importante, il y a bien sûr le puits principal pour les besoins élémentaires, mais ici c’est un récupérateur d’eau de pluie, il sera utilisé pour l’arrosage des vergers et des jardins. Ici, il était actionné par un homme.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---Alcazar---mecanisme-puits.JPG

Nous prenons un peu de hauteur en grimpant en haut du chemin de ronde, quelle belle vue, non seulement sur JEREZ, mais aussi sur la tour octogonale de l’Alcazar. Elle date de l’époque almohade, véritable tour de guet, elle domine toute la campagne environnante.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---Alcazar---vue-depuis-les-remparts.JPG

Voici maintenant le pavillon royal, la piscine ( ?) et les vergers. Ce pavillon est la seule partie habitable sauvegardée de l’époque maure. Il est situé au-dessus des jardins, bassins et vergers ; la vue n’en est que plus belle. Quant à la « piscine », il s’agit plutôt de la réserve d’eau pour les vergers et jardins …. Mais rien n’interdisait, sans doute, d’y piquer une tête !

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---Alcazar---jardins.JPG

A l’extrémité du rempart, de ce côté, la Torre Homenaje (Tour de l’Hommage ou Tour Ponce de Leon) est une grosse tour carrée construite en 1471 par le Marquis de Cadiz, nous n’y avons pas accès, elle est masquée par la scène provisoire d’un festival de flamenco.

Et nous terminons devant le pavillon où nous avons acheté nos billets, le Palacio Villavicencio, construit au XVIIème siècle par l’héritier de la famille Villavicencio, parmi les plus riches et plus puissants notables de la ville. La fortune familiale a servi à restaurer la forteresse et à construire, sur les ruines du palais islamique, ce petit bâtiment baroque. A l’intérieur, outre des toilettes ( ), des vestiges retrouvés sur place sont exposés  ainsi qu’une maquette qui permet de bien visualiser le site que nous venons de découvrir, et à l’étage supérieur une « camera obscura », le gadget à la mode on dirait, la projection en temps réel de rues de Jerez.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---maquette.JPG

Et voilà, il est 13h15, et on va passer à autre chose ! Depuis ce matin, nous apercevons le dôme de la cathédrale, nous souhaitons en voir un peu plus. Quand on approche, on tombe sur deux statues, Manuel Maria GONZALEZ ANGEL qui s’appuie sur un tonneau de son Tio Pepe ; puis Jean-Paul II qui bénit le peuple de JEREZ !

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---cathedrale---statue-de-Manuel-Maria.JPG

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---parvis-cathedrale---statue-de-Jean-.JPG

Quant à cette grosse cathédrale baroque, elle est fermée quand nous arrivons (ce qui contredit les informations de mon guide !).

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---vue-sur-cathedrale.JPG

Nos aspirations spirituelles et touristiques mises à mal, on ne va pas se décourager, la Bodega Tio Pepe n’est pas loin, allons voir ….  Nouvelle déconvenue, aucune visite en français, jamais ! On a le choix entre espagnol, anglais ou allemand !! Pour comprendre des explications sur la vinification et l’historique du domaine, on ne se sent ni le courage ni l’envie de se lancer, surtout vu le prix ! Alors, nous retournons vers le marché aux puces de l’Alcazar, mais il est près de 13h30 et les exposants sont entrain de remballer, on n'a décidemment pas de chance …

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---Bodega-Tio-Pepe.JPG

Bon, JEREZ a décidé de nous bouder, alors on rentre à l’hôtel et on va lézarder sur le bord de la piscine !

Ce soir on a décrété qu’on resterait dans le quartier pour diner ; et on va trouver une petite cantine bien sympa et pas chère.

JEREZ-DE-LA-FRONTERA---restaurant--3-.JPG

 

divers5.gif LE COUP DE COEUR DU JOUR : L'Alcazar ... pas trop de choix, bien sûr ; mais vraiment une belle visite qu'il ne faut surtout pas manquer.

 

hotel HOTEL GUADALETE : ... nous y sommes pour la semaine ! Et nous réjouissons de la présence de la piscine !

 

clipart restaurant chef t MESON DEL ASADOR : un p'tit restaurant à tapas de quartier, accueil et service sans façon, du tout venant mais bon et pas cher ... et qui évite les galères de centre ville.

 

 

commentaires

Haut de page