Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MINUIT A PARIS

par Danielle SAUBION 12 Juin 2011, 15:18 Billets d'où

                                                Minuit à Paris

 

Ils sont beaux, riches, américains et fiancés ; ils séjournent pour quelques jours à Paris avec les parents de la jeune femme.

Pour elle c’est plutôt shopping et jet set ; pour lui, passionné par la ville-lumière, c’est l’occasion de découvrir la capitale, une porte ouverte sur le rêve…. Et s’il vivait son rêve ?

 

Oui ! Oui ! Ouiiiiii !

Poésie, nostalgie, féérie, rêverie …. Woody ! Oui !

Alors, si, quand on vous dit Scott Fitzgerald, vous ajoutez « Kennedy » …

Si, quand on vous dit Hemingway, vous demandez « Margaux ou Mariel ? » …

Passez votre chemin … les autres apprécieront cette « nuit au musée » d’un genre nouveau.

Ce joli film est une belle réflexion sur le classique « c’était mieux avant … », une belle étude de ce sentiment d’insatisfaction que l’on traine souvent, de cette nostalgie du temps passé, et surtout une magnifique reconstitution d’une atmosphère, d’un art de vivre, d’un souffle particulier d’une belle époque. Et puis, il y a cette déclaration d’amour à Paris, vous l’aimiez en arrivant, vous en repartirez encore plus épris … Vous la découvrez, vous en tomberez amoureux : les trois premières minutes du film lui sont exclusivement consacrées, de ses lieux mythiques à ses recoins cachés, jours de soleil ou jours de pluie, au soleil ou sous la lune.

Le tout servi par le talent, la patte, l’élégance du grand Woody ALLEN, dans son registre tendre et nostalgique ; brillant !

Et puis il y a la découverte d’Owen WILSON, le zozo des comédies américaines lourdingues, le complice de Ben STILLER … pas le prince de la finesse à nos yeux ! Il entre parfaitement dans le costume du personnage de Woody ALLEN … sans lapsus ! Dans certains plans, on perçoit même une ressemblance entre les deux hommes, doux rêveurs décalés. Une révélation ! On adhère, on adore !

Et puis, toute la galerie de portraits si crédibles, on plonge totalement.

Et puis, il y a Marion COTILLARD, fine et délicate, un beau rôle, un beau personnage, une jolie présence.

Et Katie BATES, encore, toujours formidable … et tous les autres ... et Carla ? … on s’en fout, elle n’a qu’un petit rôle dont elle se sort sans ternir le film. Il y a tant d’autres choses à dire sur ce film …

Et puis il y a la bande originale, qui colle au film autant qu’au réalisateur !

 

Il y a des magiciens qui font du cinéma le septième art, Woody ALLEN est de ceux là !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page