Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sweetmemory

Un petit tour dans le vaste Monde, une pause dans une salle de spectacles, un détour par la cuisine ou auprès du sapin de Noël ... deux ou trois créations … Bienvenue chez moi , agréable visite, et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire. Pour être informés des articles récents, n’oubliez pas de vous inscrire. A bientôt.

RACE

race, comédie des champs elysées, yvan attal

Quand un homme blanc, riche et hautain est accusé d'avoir violé une femme noire dans une chambre d'hôtel, doit-on accepter d'assurer sa défense, et quelles en seraient les conséquences pour l'avenir du cabinet ? Ce sont les questions auxquelles cherchent à répondre deux avocats associés, un noir et un blanc, plus motivés par la cupidité que par l'éthique ou le souci de justice.

 

Pas du tout séduits, et pourtant il y a matière à faire un bon spectacle, c'est dommage !

 

Bon sujet de pièce, déjà vu, certes ; mais dont l'angle aurait pu être passionnant : conflit de races, conflit d'intérêts, manœuvres de procédure ... Passionnant, si le texte ne se perdait trop souvent en phrases didactiques, convenues et ronronnantes. Quelques bonnes répliques toutefois, ... mais  ce n'est pas le point faible !

 

Rien à dire sur la mise en scène de Pierre LAVILLE ... rien !!! C'est tout dire !  ... Le décor est joli .... la direction d'acteurs .. absente !!?

 

Là où le bât blesse, c'est justement dans la calamiteuse interprétation ! C'est d'une désolante platitude ! Sur un tel sujet brûlant, on voudrait de la passion, de l'émotion, de la tension, de l'empathie pour les causes défendues ... Et ... rien ! Pire, plutôt que de se laisser captiver par les arguments, on a envie de secouer ces mollassons !

La palme revient, sans contexte, à Thibault de MONTALEMBERT dont je me demande encore comment il appréhende son personnage présenté comme arrogant, sûr de lui, puant de fric et enfant gâté ? On espère Rhett BUTLER, on a Simplet ! Pas crédible !

Qui pourrait relever le niveau ? Sûrement pas Alex DESCAS ; lui a pris le parti de ré-ci-ter-son-tex-te-com-me-un-éco-lier-de-pri-mai-re-ân-no-ne-rait-du-Vic-tor-Hu-go !!! Pffff !!! Quel ennui !!

Un peu plus éveillée, mais pas trop convaincante, Sara MARTINS. 

 

Il faut, enfin, le métier d'Yvan ATTAL, pour éviter le naufrage. Heureusement que lui ne se ménage pas ; il semble souvent seul en scène, avec un texte important, au propre comme au figuré ; il est le personnage essentiel de cette affaire et s'impose évidemment.

 

Quelques bons éléments pour un spectacle de qualité pourtant, mais qui nous a laissé de marbre. Dommage !

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article